chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
70 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Prieuré - Le départ

Chronique

Prieuré Le départ
J’avais conclu ma précédente chronique de l’EP « Magie, ténèbres, amertumes » par ces mots : « A présent, je n’ai qu’un seul souhait : que Sans-Visage trouve le temps d’écrire un album complet qui permette de développer toutes les idées, l’homme semblant parfois tiraillé entre des oxymores musicaux que le format court ne permet pas de totalement résoudre ». Je n’aurais pas eu bien longtemps à attendre puisque le voilà, ce tout premier album, intitulé « Le départ » : six morceaux (que l’on espère de choix), un peu moins de quarante minutes (la durée quasi idéale), un mastering une nouvelle fois confié à Borie de la Combe Noire, l’homme seul derrière PRIEURÉ rassemble ses gars sûrs pour ce qui est sans doute l’accomplissement de ces trois années d’existence.

Depuis ses débuts, Sans-Visage a considérablement allongé la durée de ses compositions. Lorsque l’on a de nombreuses de choses à exprimer, il n’y a pas trente-six solutions : soit tu écris plus de titres pour aborder davantage de sujets, soit tu les densifies pour mieux développer tes propos, option retenue ici. Du côté de l’esthétique, rien n’a changé, nous retrouvons le lettrage gothique et le choix du noir et blanc pour une illustration une nouvelle fois très médiévale qui me fait me souvenir de Chrétien de Troyes ou des Lais de Marie de France (« Les années fac » aurait dit Jean-François Porry), c’est évidemment totalement cohérent avec le style de black metal que pratique le groupe.

Justement, ne nous laissons pas tromper par les aspects rock rudimentaire de l’instrumental introductif qu’est « Priusquam », même si son étrangeté ne détonne pas tant que cela dans la globalité de l’album. En effet, PRIEURÉ ne fait une croix ni sur son héritage punk (« Du haut de la tour ») ni sur sa ruralité, cet attachement à la simplicité terrienne s’exprimant à travers la production rêche, brute et sans fard de « Le départ ». Cela n’en fait pas pour autant un disque sans subtilité, il a juste le caractère bourru des hommes du terroir (putain, je nage en plein cliché là non ?), le pragmatisme franc de ceux qui ont beaucoup à dire et rarement l’occasion de s’exprimer publiquement. Car c’est bien là l’une des choses qui me séduit particulièrement dans la musique de Sans-Visage : l’esthétique médiévale que l’on retrouve dans les visuels ou encore les titres des chansons ne transparait que peu dans la musique, cette dernière privilégiant donc un black metal pur et sobre dont la seule concession mélodique serait peut-être l’utilisation d’une guitare acoustique, dans « Les deuss » par exemple.

Quant à l’album pris dans sa globalité, il a l’homogénéité stylistique qui faisait encore légèrement défaut aux productions passées. Les deux pieds fermement plantés dans le lisier, la voix éructe, noyée dans un flot d’effet réverbe, surplombe des amoncellements de riffs secs, spectres faméliques enflammés par la rage. La batterie a, il me semble, elle aussi gagné en densité, notamment sur les passages les plus rapides (« Du haut de la tour ») et si son jeu reste assez peu démonstratif, il se prête admirablement à tous les tempos. Au final, il n'y a guère que la basse qui pâtit un peu du choix de ces sonorités très claires, pour ne pas dire stridentes. Elle a du mal à se faire une place, son rôle étant plutôt d’assurer la densité des passages instrumentaux en suivant scrupuleusement sa ligne rythmique, ce n’est assurément pas l’instrument roi de cet enregistrement.

Pour conclure, je pourrais dire que PRIEURÉ semble enfin être parvenu à définir le périmètre de sa vision du black, ou tout du moins à lui avoir donné sa forme la plus aboutie à ce jour. Je n’entends plus du tout l’influence des vieux PESTE NOIRE, la formation affirmant totalement son positionnement à la fois « raw black » mais également punk, la dimension « metal » n’étant en fait presque pas présente et c’est peut-être bien là la spécificité de ces chansons venues d’Armorique : une hybridation totalement réussie de genres extrêmes dont seule la moelle, riche, a été conservée. Il est là, le véritable « hymne de nos campagnes » : il sent la gnôle et l’étable, se bat à coups de fourche, parle en patois, se fout des modes et des mouvances.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Prieuré
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Prieuré
Prieuré
Black Metal - 2021 - France
  

formats
tracklist
01.   Priusquam  (01:44)
02.   Le départ  (08:51)
03.   Les deuss  (07:10)
04.   L'homélie du crapaud  (08:00)
05.   Du haut de la tour  (05:45)
06.   Armorique  (07:08)

Durée : 38:38

line up
parution
6 Octobre 2023

voir aussi
Prieuré
Prieuré
Magie, ténèbres, amertumes (EP)

2023 - Indépendant
  
Prieuré
Prieuré
Nos prières (EP)

2021 - Vetus Capra
  

Essayez aussi
Prison of Mirrors
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificiis ad Serviendum Abysso

2020 - Oration
  
Malleus
Malleus
Storm Of Witchcraft (EP)

2016 - Autoproduction
  
Darkened Nocturn Slaughtercult
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom

2019 - War Anthem Records
  
S.V.E.S.T.
S.V.E.S.T.
Urfaust

2003 - End All Life Productions
  
Eisenkult
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab

2021 - Purity Through Fire
  

Woods of Infinity
The Northern Throne (Compil.)
Lire la chronique
Savage
Demo 1 (Démo)
Lire la chronique
Shitstorm
Only In Dade
Lire la chronique
Ild
Kvern
Lire la chronique
Apparition
Apparition (Démo)
Lire la chronique
Soul Incursion
Eternal Darkness (EP)
Lire la chronique
Fetid Zombie
Where Worms Craw (EP)
Lire la chronique
Jarhead Fertilizer
Carceral Warfare
Lire la chronique
...and Oceans
Cosmic World Mother
Lire la chronique
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tomb Mold
Aperture Of Body (EP)
Lire la chronique
Aūkels
Meddjan sklāit ten
Lire la chronique
Torture Rack
Primeval Onslaught
Lire la chronique
Plague Of The Fallen
Amongst The Rats
Lire la chronique
Farsot
Life Promised Death
Lire la chronique
Dismo
The Achitect of Chaos
Lire la chronique
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Benediction
Subconscious Terror
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Gosudar / Malignant Altar
Gosudar / Malignant Altar (...
Lire la chronique
Abject Mentor
Abominaciones
Lire la chronique
Sardonic Witchery
Barbaric Evil Power
Lire la chronique
L7
Bricks Are Heavy
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Mind Conflict
Temple of God
Lire la chronique
Tweedledead
Infernotes
Lire la chronique
Hulder
The Eternal Fanfare (EP)
Lire la chronique
Infernal Execrator
Diabolatry
Lire la chronique
Ignis Mortis
Haeresis Maleficarum (EP)
Lire la chronique
Flaming Ouroboros
Anthems For Brotherhood
Lire la chronique