chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shining - Shining

Chronique

Shining Shining
Quelle déception… Quel mauvais choix… J’en ai carrément envie de pleurer… « Mais de quoi il parle, le Sakrifiss ? » ? Il va falloir attendre un peu, c’est pas grand-chose, et ça ne mérite pas d’être cité tout de suite… J’en reparlerai plus bas, d’autant que ce n’est pas au sujet de la musique. La note est d’ailleurs suffisamment révélatrice comme ça, ce 11ème album des Suédois m’a beaucoup plu.

On ne va pas faire l’affront de présenter SHINING, tout le monde le connaît et sait qu’il est principalement tenu par un joyeux mais génial drille, Niklas Kvarforth. L’homme est l’un des plus connus de notre scène black metal depuis de longues années, et l’un des plus actifs aussi. Car lorsqu’il n’est pas en concert, lorsqu’il n’est pas en train de composer de nouveaux titres, il est au micro d’autres formations. Il nous fait le coup depuis longtemps et on a pu l’entendre par le passé auprès de SIGH, OFERMOD, MANES ou URGEHAL… Et en 2023 ce n’est pas la sortie de son nouvel album avec SHINING, 5 ans après X: Varg utan flock, qui lui a fait ralentir le rythme ! On se souvient déjà avoir commencé l’année avec le très bon projet HØSTSOL et l’album Länge leve döden. Il a ensuite posé sa voix sur un morceau des jeunes Grecs de WOTHROSCH, passé un peu plus inaperçu, puis il est apparu aux côtés du Français MAX ENIX pour cet album événement qui rassemblait également Stéphan Forté, Dan Swanö, Tom Englund et beaucoup d’autres encore… N’oublions pas non plus l’apparition de Niklas sur des titres de notre Français K.F.R, d’autant que c’est l’homme qui en est derrière, Max Taccardi, qui signe la pochette du nouveau SHINING… Oui, ça se remarque, c’est bien sa touche, et c’est toujours fait avec son sang…

Evidemment Niklas n’est pas seul à bord, et pour cette nouvelle cuvée, il a à nouveau opéré de nouveaux changements. Il n’y a plus que le guitariste Peter Huss qui est toujours à son poste, fidèle depuis V : Halmstad (2007). Tous les autres viennent d’intégrer la troupe. Celui qui saute tout de suite aux yeux, et aux oreilles, c’est le batteur Nicholas Barker. L’Anglais continue de faire sa collection de formations cultes et il intègre SHINING après avoir été entendu chez CRADLE OF FILTH, LOCK UP, OLD MAN’S CHILD, DIMMU BORGIR et ANCIENT. Le bassiste aussi est nouveau, c’est Alexander Friberg, ancien de NECROPHOBIC et FIRESPAWN, et du côté du deuxième guitariste, nous remarquons l’arrivée d’un personnage lui aussi expérimenté et reconnu en la personne de Charles Hedger (CRADLE OF FILTH, MAYHEM…). Et enfin, pour compléter le line-up, le Finlandais Tuomas Tahvanainen s’est vu confier quelques claviers.

Beaucoup. Beaucoup de changement dans le line-up, mais sans impact sur les compositions. Il y en a un évidemment sur la forme grâce aux compétences que chacun apporte, et c’est difficile de ne pas féliciter, entre autres, les frappes de Barker. Mais honnêtement, ce n’est que la peinture sur une œuvre qui est pensée, maîtrisée et conduite par Niklas Kvarforth. Et ce qui est certain, c’est que ceux qui n’écoutent SHINING que d’une oreille ne trouveront pas que cet album apporte grand-chose à la discographie déjà bien remplie du Suédois. Ces 6 morceaux reprennent effectivement tous ces éléments qui ont fait sa renommée. La structure des compositions, les variations dans les vocaux, les changements soudains mais naturels de rythme, la noirceur douloureuse qui se teinte tantôt de gris d’espoir, tantôt de lumière salvatrice…

C’est sûr, c’est un album de SHINING. Un autre. Un de trop ? Non. Non parce qu’en fait, l’album synthétise parfaitement les qualités du groupe et en propose de très efficaces variantes. Celui qui estime que SHINING tournait en rond continuera sans doute à le penser, mais celui qui n’attend plus de « nouveautés » mais souhaite juste de bons titres réussis devrait y trouver son compte. Ça a été mon cas. Alors que IX: Everyone, Everything, Everywhere, Ends m’avait semblé terriblement redondant et sans véritable raison d’être, j’ai été happé par ces 6 morceaux. Ils contiennent ce que j’aime du groupe, et finalement il y a bien des détails qui leur confèrent de petites touches d’originalité, aussi légères soient-elles. Je pense avant tout au côté martial dans « Avsändare okänd », mais il y a aussi l’intervention à la guitare d’Andy La Rocque sur « Fidelis ad Mortem ». Le musicien légendaire de KING DIAMOND ne se contente pas de ce featuring, il est aussi au mixing et au mastering de tout l’album. Et puis il y a un autre Français que Maxime Taccardi qui est à l’honneur de Shining : Erik Satie ! Le compositeur maudit est repris sur le titre « Åttahundratjugo », version sonate tristoune. Là aussi, ce n’est pas une nouveauté pour Niklas d’enrober un album de la sorte puisque X: Varg utan flock contenait un hommage à Frédéric Chopin…

Aucun doute, j’ai beaucoup apprécié cet album et c’est en réécoutant les anciens albums que j’ai pris la décision de ma note. Je le trouve meilleur que IX (7.5/10) et X (8/10), mais cependant en dessous de V: Halmstad (9.5/10). 8.5/10 est donc un résultat parfait, ne serait-ce que pour rester logique et bien le situer dans mon classement…

Mais alors de quoi me plaignais-je au début de cette chronique ? Tout simplement du titre de cet album ! « Shining »… Non mais oh ! C’est le 11ème opus de la formation suédoise et la plupart des sorties précédentes étaient présentées par un chiffre romain. J’aurais aimé que la tradition continue, et que l’on ajoute au moins un XI devant « Shining »… Là, cela casse notre succession, cela brise la continuité… Volontairement ? Pour repartir à I après 10 albums et marquer un renouveau ? Oui, mais alors dans ce cas-là il n’y a bien que ce nom d’album qui fasse dans le « redémarrage », car finalement ces compositions n’ont rien de neuf à proprement parler…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Yz citer
Yz
06/12/2023 18:33
Du côté des déçus / insatisfaits également. Reprendre les 3 / 4 riffs / arpèges qui ont fonctionné sur Halmstad et en faire un album ce n'est absolument pas suffisant. Un album fait en pilotage automatique, qui en plus de ne rien apporter, réussit à être énervant tellement le repompage est évident par moment.
Raziel citer
Raziel
06/12/2023 16:52
Vartruk a écrit : Plutôt emballé au début, je ressors mitigié même si certains titres sont très bons (Avsandare et Fidelis) il y a un espèce de ventre mou qui fait que j'ai du mal à accrocher sur tout l'album, je trouve que c'est une constante depuis le VI, le bon (voire très bon) cotoie le moyen voire l'ennuyeux. J'ai envie de dire que Shining est atteint du syndrome Drudkh chaque nouvel album donne envie de ressortir les vieux albums (ouais je suis un vieux con Gros sourire)

C'est exactement ça.
Vartruk citer
Vartruk
06/12/2023 15:09
Plutôt emballé au début, je ressors mitigié même si certains titres sont très bons (Avsandare et Fidelis) il y a un espèce de ventre mou qui fait que j'ai du mal à accrocher sur tout l'album, je trouve que c'est une constante depuis le VI, le bon (voire très bon) cotoie le moyen voire l'ennuyeux. J'ai envie de dire que Shining est atteint du syndrome Drudkh chaque nouvel album donne envie de ressortir les vieux albums (ouais je suis un vieux con Gros sourire)
Raziel citer
Raziel
06/12/2023 11:23
Avis très contraire à vous les amis.

J'ai trouvé ça très mauvais. Très ennuyeux. C'est mou au possible, pas d'accroche, pas de violence, pas de désespoir, pas de noirceur.

Comparer cet album à Halmstad, je dis non.

Alors oui, ça joue bien - c'est Shining quand même - oui, les compos sont au-dessus de bien d'autres groupes mais honnêtement, ça ne suffit pas à faire un bon album.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
04/12/2023 09:40
note: 8/10
Une vraie surprise cet album tant je n'attendais plus rien du groupe... et pourtant force est de reconnaître que je l'ai adoré, et qu'il est pour moi sans doute le meilleur depuis le mythique "V : Halmstad". Toujours mélodique mais en retrouvant cette noirceur quel que peu perdue sur les précédents disques et qui s'était estompée au profit de passages plan-plan un peu trop présents. Là Niklas retrouve l'inspiration et ses bonnes habitudes, et ça fait plaisir de voir que le groupe n'est pas mort et sait encore pondre de vraies bonnes choses Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shining
Black Metal
2023 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (4)  5.69/10

plus d'infos sur
Shining
Shining
Black Metal - 1996 - Suède
  

vidéos
Avsändare okänd
Avsändare okänd
Shining

Extrait de "Shining"
  

tracklist
01.   Avsändare okänd
02.   Snart är dom alla borta
03.   Allt för döden
04.   Fidelis ad Mortem
05.   Åttahundratjugo (Erik Satie cover)
06.   Den permanenta sömnen kallar

Durée : 50:05

parution
15 Septembre 2023

voir aussi
Shining
Shining
V - Halmstad
(Niklas Angående Niklas)

2007 - Osmose Productions
  
Shining
Shining
III - Angst
(Självdestruktivitetens Emissarie)

2002 - Avantgarde Music
  
Shining
Shining
VII: Född Förlorare

2011 - Spinefarm Records
  
Shining
Shining
IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends

2015 - Season Of Mist
  
Shining
Shining
X - Varg utan flock

2018 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Ascension
Ascension
Deathless Light (EP)

2014 - World Terror Committee Records
  
Otargos
Otargos
Fleshborer Soulflayer

2021 - Xenokorp
  
Ascension
Ascension
The Dead Of The World

2014 - World Terror Committee Records
  
Chiaroscvro
Chiaroscvro
Renégation

2023 - France, Black, Death, Grind
  
Vananidr
Vananidr
Vananidr

2019 - Purity Through Fire
  

Surprise de l'année
Woods of Infinity
The Northern Throne (Compil.)
Lire la chronique
Savage
Demo 1 (Démo)
Lire la chronique
Shitstorm
Only In Dade
Lire la chronique
Ild
Kvern
Lire la chronique
Apparition
Apparition (Démo)
Lire la chronique
Soul Incursion
Eternal Darkness (EP)
Lire la chronique
Fetid Zombie
Where Worms Craw (EP)
Lire la chronique
Jarhead Fertilizer
Carceral Warfare
Lire la chronique
...and Oceans
Cosmic World Mother
Lire la chronique
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tomb Mold
Aperture Of Body (EP)
Lire la chronique
Aūkels
Meddjan sklāit ten
Lire la chronique
Torture Rack
Primeval Onslaught
Lire la chronique
Plague Of The Fallen
Amongst The Rats
Lire la chronique
Farsot
Life Promised Death
Lire la chronique
Dismo
The Achitect of Chaos
Lire la chronique
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Benediction
Subconscious Terror
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Gosudar / Malignant Altar
Gosudar / Malignant Altar (...
Lire la chronique
Abject Mentor
Abominaciones
Lire la chronique
Sardonic Witchery
Barbaric Evil Power
Lire la chronique
L7
Bricks Are Heavy
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Mind Conflict
Temple of God
Lire la chronique
Tweedledead
Infernotes
Lire la chronique
Hulder
The Eternal Fanfare (EP)
Lire la chronique
Infernal Execrator
Diabolatry
Lire la chronique
Ignis Mortis
Haeresis Maleficarum (EP)
Lire la chronique
Flaming Ouroboros
Anthems For Brotherhood
Lire la chronique