chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Endseeker - Global Worming

Chronique

Endseeker Global Worming
Depuis le début de sa carrière il y a pratiquement une décennie le quintet hambourgeois a pris la bonne habitude de publier tous les deux ans un nouvel album toujours dans la droite ligne de son prédécesseur, mais avec à chaque fois une amélioration qualitative du côté des compositions qui arrivent à être régulièrement plus marquantes et mémorables. Ayant véritablement franchi un cap avec « Mount Carcass » ce successeur (et quatrième opus depuis 2017) va continuer sur cette bonne impression entrevue récemment, toujours inspiré par un bon vieux Swedeath des familles à la simplicité relative et à l’envie de bouger permanente. Car si on a pu reprocher à l’entité de n’être qu’une pâle copie des maîtres suédois il faut lui reconnaître en revanche cette capacité à faire sonner parfaitement ce style décidément immortel et en perpétuel renouveau, et de ce côté-là ce « Global Worming » va rester sur cette lancée tout en voyant l’ajout d’un soupçon de modernité au niveau de la production. Si évidemment tout cela reste du HM-2 reconnaissable à des kilomètres la production énorme a bénéficié de la technologie actuelle sans pour autant se compromettre dans des excès sonores, tant ça reste reconnaissable et particulièrement addictif et ce dès les premières secondes de l’excellent et classique morceau-titre.

Donnant d’entrée tout le panel rythmique du combo cette ouverture sans surprises montre néanmoins qu’il est en grande forme tant l’énergie déployée y est impressionnante, et voit toujours cet entrain communicatif et ce groove imposant qui donne instantanément envie de secouer la tête entre vitesse débridée et passages mid-tempo imposants où quelques rasades de lourdeur suffocante apparaissent. Bref on sait de suite où l’on va et ce sentiment ne va jamais disparaître durant toute l’écoute, et ce malgré quelques changements subtils selon les plages que ce soit de façon plus groovesque et lente sur « Hell Is Here » tout en variations ou le plus direct « Violence Is Gold » qui joue encore sur ces modifications de tempos. Si durant ce premier tiers on ne va rien trouver à redire à la qualité proposée en revanche on va être beaucoup plus réservé et mitigé sur le décevant « Wheel Of Torture » qui ne va jamais décoller, la faute à un manque criant de variété sur cette ambiance Doom pâteuse qui s’embourbe à vouloir s’étirer sur une durée trop importante, mais heureusement cela va être la seule faute de goût de ce long-format qui va de suite repartir sur de bonnes bases sans jamais faiblir jusqu’à son ultime seconde. Car effectivement « C.B.V. » va remettre tout de suite les pendules à l’heure en ressortant toute la panoplie technique favorite de ses créateurs où ça se montre d’un dynamisme sans fin entre quelques rasades de passages enlevés et d’autres plus ralentis où ça va groover comme il se doit. D’ailleurs ce dernier point pourtant déjà bien présent au préalable va encore s’accentuer sur les monstrueux « Terror » et « Hanging Gardens » portés sur l’explosivité et la rapidité sans qu’ils soient répétitifs et linéaires, malgré leur simplicité de façade... sentiment encore renforcé sur le primitif et très brutal « Our Only Life » qui sent le Punk par tous les pores et qui outre le fait de ne pas s’éterniser sur la durée montre une facette primitive insolente d’efficacité, confirmant que la formation a définitivement pris son envol.

Terminant les hostilités avec le long et froid « Nemesis » celui-ci lorgne ici carrément vers certains aspects Doomesques tant ça se montre glacial et suffocant, et elle nous dévoile ici une certaine mélancolie et nostalgie loin de la violence entendue jusque-là et qui ne dépareille pas par rapport au reste en trouvant facilement sa place dans l’ensemble (tant ça reste bien grassouillet et sombre), malgré les tentatives de faire entrer la lumière. Si évidemment ça reste de la bonne deuxième division et que tout cela ne fera jamais partie des classiques du genre, on se rend compte que les Allemands commencent à avoir une discographie qui a de l’allure et sans ratage notable, ce qui est fort plaisant. Alors oui ça manque de façon récurrente d’hymnes imparables et on a toujours autant de mal à faire ressortir un passage plus qu’un autre mais au final on n’en a cure, vu que tout est attractif et parfaitement exécuté en prenant toute son ampleur sur scène là où ses créateurs sont les plus à l’aise. Et bien qu’ils n’aient pas encore réussi à franchir le cap supérieur (et on doute qu’ils y parviennent un jour), ils font parfaitement l’affaire en première partie d’un ténor aguerri, ce qui n’est pas si grave au final vu que cela a l’air de leur convenir parfaitement et n’influe en rien sur leur motivation et la qualité de leur travail.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
07/12/2023 08:32
Cette illustration c'est vraiment tout ce qu'on aime dans le death !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Endseeker
Death Metal
2023 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.4/10

plus d'infos sur
Endseeker
Endseeker
Death Metal - 2014 - Allemagne
  

tracklist
01.   Global Worming
02.   Hell Is Here
03.   Violence Is Gold
04.   Wheel Of Torture
05.   C.B.V.
06.   Terror
07.   Hanging Gardens
08.   Our Only Life
09.   Nemesis

Durée : 40 minutes

line up
parution
27 Octobre 2023

voir aussi
Endseeker
Endseeker
The Harvest

2019 - Metal Blade Records
  
Endseeker
Endseeker
Mount Carcass

2021 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Demilich
Demilich
Nespithe

1993 - Necropolis Records
  
Undeath
Undeath
Lesions Of A Different Kind

2020 - Prosthetic Records
  
Universally Estranged
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Predation

2020 - Autoproduction
  
Bloodbath
Bloodbath
The Arrow Of Satan Is Drawn

2018 - Peaceville Records
  
Cerebral Rot
Cerebral Rot
Spewing Purulence (EP)

2020 - Parasitic Records
  

Woods of Infinity
The Northern Throne (Compil.)
Lire la chronique
Savage
Demo 1 (Démo)
Lire la chronique
Shitstorm
Only In Dade
Lire la chronique
Ild
Kvern
Lire la chronique
Apparition
Apparition (Démo)
Lire la chronique
Soul Incursion
Eternal Darkness (EP)
Lire la chronique
Fetid Zombie
Where Worms Craw (EP)
Lire la chronique
Jarhead Fertilizer
Carceral Warfare
Lire la chronique
...and Oceans
Cosmic World Mother
Lire la chronique
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tomb Mold
Aperture Of Body (EP)
Lire la chronique
Aūkels
Meddjan sklāit ten
Lire la chronique
Torture Rack
Primeval Onslaught
Lire la chronique
Plague Of The Fallen
Amongst The Rats
Lire la chronique
Farsot
Life Promised Death
Lire la chronique
Dismo
The Achitect of Chaos
Lire la chronique
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Benediction
Subconscious Terror
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Gosudar / Malignant Altar
Gosudar / Malignant Altar (...
Lire la chronique
Abject Mentor
Abominaciones
Lire la chronique
Sardonic Witchery
Barbaric Evil Power
Lire la chronique
L7
Bricks Are Heavy
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Mind Conflict
Temple of God
Lire la chronique
Tweedledead
Infernotes
Lire la chronique
Hulder
The Eternal Fanfare (EP)
Lire la chronique
Infernal Execrator
Diabolatry
Lire la chronique
Ignis Mortis
Haeresis Maleficarum (EP)
Lire la chronique
Flaming Ouroboros
Anthems For Brotherhood
Lire la chronique