chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Morbid Angel - Covenant

Chronique

Morbid Angel Covenant
C’est sous forme de trio que Morbid Angel enregistre Covenant. Le guitariste Richard Brunelle choisit de quitter le groupe. Il ne composait que rarement et sa vision du groupe n’était pas celle que le compositeur tout-puissant Trey Azagthoth envisageait. C’est donc en 1993 et avec un seul guitariste que le groupe compose et enregistre le successeur du mitigé mais néanmoins excellent Blessed Are The Sick. Après le « A », le « B » Morbid Angel s’attaque au « C ». Un « C » qui pourrait être synonyme de catastrophe, constipation ou encore christianisme (cherchez le(s) erreur(s)). Mais ce « C » va rimer avec culte et chef d’œuvre.

Alors que certains groupes de death s’essaient à l’expérimentation ou d’autres moyens pour essayer de se différencier de la masse, Morbid Angel va à contre-courant du style en décidant de passer à la vitesse supérieure, ce que peu de formations pouvaient faire à l’époque. Le disque débute avec « Rapture ». L’intro est directe, le son est massif et plus gras que sur l’album précédent, grâce à la production made in Morrisound. Le travail effectué par Fleming Rasmussen (producteur des trois premiers Metallica) est remarquable, les instruments sont parfaitement audibles, la basse se fait grondante, la caisse claire martèle inlassablement. Rapture est une parfaite entrée en matière qui permet de s’acclimater au climat occulte qui se dégage tout au long de l’album. Dans les grandes lignes, on a droit à un mélange des deux premiers albums, à savoir la variété des tempos d’Altars Of Madness et l’efficacité de Blessed Are The Sick. Et cette orgie infernale est agrémentée d’une ambiance qui ferait passer celle d’Altars Of Madness pour un disque de comptines de Noël. Une atmosphère tout simplement incroyable se créée au fur et à mesure de l’album. Très mystique et occulte, cet album transpire le souffre et les flammes d’un enfer insoutenable.

Le chant reste dans la continuité de ce que l’on pouvait entendre sur Blessed Are The Sick, à savoir un chant plus guttural et moins « black » que sur Altars Of Madness mais avec ce quelque chose de plus démoniaque. Les refrains font mouche à chaque fois, David Vincent est un très grand chanteur de death métal, sa voix est reconnaissable entre mille et son style inimitable. Arrive « Pain Divine », la chanson phare de l’album, un pain dans la gueule (elle était facile celle là j’avoue). Tous commence sur les chapeaux de roue et ce riff hypnotique venu de nulle part vous attrape et ne vous lâche plus pendant presque 4 minutes. Pete Sandoval se bonifie davantage et alterne entre passages lents et accélérations furieuses. L’ambiance dégagée est divinement (ah ah) diabolique, comme si cette chanson était maudite. Morbid Angel a toujours le secret pour placer LE break qui tue, qui fait du morceau une véritable ode au cornu. Soit on a droit à un riff d’une lenteur écrasante sur un rythme qui ne l’est pas moins ou bien c’est un solo magistral de Trey Azagthoth. Ceux-ci restent dans la droite lignée d’Altars Of Madness, et moins démonstratifs que sur Blessed Are The Sick. C’est eux qui renforcent et amplifient cette aura mystique sur chaque break. Une chose assez incroyable est qu’on à l’impression d’entendre la guitare se lamenter (si si) des souffrances que Trey lui inflige. Sur « World Of Shit (The Promised Land) », l’effet est tout bonnement saisissant et les guitaristes ne manqueront pas d’apprécier une technique qui reste irréprochable.

Comme je l’ai dit, la grande richesse de l’album vient de l’atmosphère que chaque titre dégage et de la variété des rythmiques tout en restant très direct et homogène. A l’époque, non seulement peu de groupes étaient capables de rivaliser avec une telle vitesse d’exécution mais ce qui fait de Covenant un album culte des plus cultes, ce sont les riffs de Trey. Plus directs, encore plus lourds que ceux qu’on pouvaient entendre sur Blessed Are The Sick et plus rapides que ceux d’Altars Of Madness, ils se font entêtants tel une litanie incantatoire (ça fait beaucoup de « t » j’avoue) sur « Vengeance Is Mine » et « Lions Den » ou encore accrocheurs et efficaces sur « Blood On My Hands » (une de mes favorites) et sa rythmique presque thrash.

Autre fait remarquable, le jeu presque « groovy » de Pete Sandoval sur « Sworn To The Black ». Tendez bien l’oreille sur ce titre car cela prouve qu’il n’est pas nécessaire de blaster à tout va pour rendre une chanson brutale et efficace. Le break fait mouche encore une fois et relance la machine, toujours plus intense via des blasts imparables. Enfin « Angel Of Disease », recolle aux influences d’Altars Of Madness car datant déjà de démos antérieures. Le chant redevient plus black, les tempos sont variés et on est de retour aux incantations dignes de Lord Of All Fever And Plague (« Praise the beast »).

A présent, on attaque le grand moment de l’album, ce qui a fait de Covenant une icône définitivement culte : le doublé « Nar Mattaru / God Of Emptiness ». « Nar Mattaru » est le seul titre atmosphérique de l’album et autant prévenir, c’est le calme avant la tempête. Des nappes volatiles de claviers, pour le moins étranges et mystiques, des cloches qui tintent et une froideur glaciale avant l’apocalypse finale tant attendue : « God Of Emptiness ». C’est LA grosse expérimentation du groupe. Un riff, lent, torturé, prémice de l’orientation poursuivie sur Domination. Une lourdeur terrassante, suffocante et maladive. Ici point de rapidité, le néant et la désolation s’installent tout au long du titre. Le chant écorché et rageur, alterne avec une voix parlée monocorde du meilleur effet. Puis arrive ce break génial où Trey arrache les pires gémissements à sa guitare, pour un final des plus torturé du même acabit. Les ténèbres vous encerclent et vous emportent, laissant derrière elles le chaos.

Que reprocher à Covenant ? On a beau chercher et on arrive à la conclusion qu’il n’y a rien à redire, tout est parfait. Covenant est le cd caractéristique du style de Morbid Angel (et aussi celui qui s’est le plus vendu dans l’histoire du métal extrême, plus de 500 000 exemplaires). Une alternance de passages lents lugubres et de parties très rapides ponctuées de solos et de breaks toujours aussi percutants et inspirés. On est de retour aux influences de l’immense Altars Of Madness mais avec une production bien meilleure. Plus homogène et inspiré que Blessed Are The Sick, tout en étant très varié dans les structures, Covenant est plus brutal, plus torturé et plus mûr que ces prédécesseurs. Les ambiances résident dans les titres mêmes ce qui explique la quasi-disparition des titres atmosphériques instrumentaux. Cet album est un pur chef d’œuvre puissant, sombre et malsain, d’inspiration occulte, composé de mains de maître, à placer aux côtés d’Altars Of Madness.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Häxan citer
Häxan
15/01/2009 18:46
note: 8.5/10
wé je sais que c'est un vieux morceau mais je trouve qu'il n'a rien à faire ici.
Scum citer
Scum
15/01/2009 18:26
note: 10/10
Angel of Disease est un vieux morceau qui a été composé bien avant Covenant ce qui explique le changement au niveau du chant et du tempo. Perso je trouve qu'il a tout à fait sa place et que c'est un bon titre Sourire
cglaume citer
cglaume
15/01/2009 17:45
Gronche Jr a écrit : Mais pourquoi sont-ils allés coller "Angel Of Disease" en plein milieu ??? Ca m'a toujours "gâché" l'écoute de l'album.

Perso j'adore ce morceau, même si c'est vrai qu'il tranche avec le reste ...
Häxan citer
Häxan
15/01/2009 17:08
note: 8.5/10
Mais pourquoi sont-ils allés coller "Angel Of Disease" en plein milieu ??? Ca m'a toujours "gâché" l'écoute de l'album.
citer
captor of sin (invité)
08/05/2006 1:06
chui tt a fait d'accord ac la chronique c l'un d meilleurs de morbid ac domination et du death en général
jvoulai seulment dir ke l'album de death le plus vendu n'est pa covenant ni l'eponyme de deicide , c vré ke covenantavai battu le record des ventes de death metal mai il fut battu par le tout aussi exellent "cause of death" d'obituary

P.S: god of emptiness est la premier chanson de death metal ke j'ai aimé Sourire)
Ander citer
Ander
25/09/2005 14:41
note: 8/10
Cette chronique me rend fier d' avoir ce skeud. Sourire Pour le chant de Angel Of Disease je trouve qu' il fait plus Thrash que Black... :o
Je suis pas d' accord pour la basse, elle est inaudible! o
Body Count citer
Body Count
25/09/2005 11:41
note: 10/10
Ouais terrible, c'est la folie cet album !
Juste un truc : Angel Of Disease fait un peu intru dans ce disque (sacré titre ceci dit en passant)...
Scum citer
Scum
24/09/2005 17:39
note: 10/10
Il faudra taper sur les doigts des sources que j'ai consulté alors et pas sur moi Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
24/09/2005 17:15
note: 9.5/10
Le meilleur Morbid pour moi, un chef d'oeuvre de bout en bout. Et c'est bien sûr cette atmosphère mystique, occulte qui fait tout son attrait. Putain la première fois que j'ai entendu "Pain Divine" j'ai cru que j'avais touché la perfection musicale! J'adore tous les morceaux en fait: "Rapture" et son côté presque groovy, "God Of Emptiness" pour sa lourdeur démoniaque", "Blood On My Hands" pour sa vitesse incroyable...l'instru atmosphérique "Nar Mattaru" est également géniale en terme d'ambiance et n'aurait pas fait tâche sur un album de Burzum. En bref, putain de riffs, putain de batteur, putain de hurleur, putain de soliste tarabiscoté et aussi putain de prod'. A mettre définitivement au panthéon du métal extrême.

Deux choses pour lesquelles je ne suis pas d'accord sinon: Flemming Rasmussen (avec 2 "m" boudiou!) n'est pas le producteur des 3 premiers albums de Metallica mais a "seulement" produit "Master Of Puppets" et "...And Justice For All". Il a participé en tant qu'ingénieur du son sur "Ride The Lightning" et sur "Kill 'Em All" il n'était même pas de la partie puisque c'est Paul Curcio qui s'est occupé (ou plutôt débarassé) du son, avec John Zazula qui finançait.
2è chose: il me semblait que c'était l'éponyme de Deicide l'album le plus vendu dans le death (et une démo de Vader bien placée aussi mais c'est pas un album)...

Sinon très bonne chronique, ça fait plaisir qu'un album aussi culte soit enfin chroniqué sur ce site de merde Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morbid Angel
Death Metal
1993 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (59)  8.97/10
Webzines : (16)  8.83/10

plus d'infos sur
Morbid Angel
Morbid Angel
Death Metal - 1984 - Etats-Unis
  

vidéos
God Of Emptiness
God Of Emptiness
Morbid Angel

Extrait de "Covenant"
  

tracklist
01.   Rapture  (04:18)
02.   Pain Divine  (03:58)
03.   World Of Shit (The Promised Land)  (03:20)
04.   Vengeance Is Mine  (03:16)
05.   Lions Den  (04:45)
06.   Blood On My Hands  (03:43)
07.   Angel Of Disease  (06:15)
08.   Sworn To The Black  (04:01)
09.   Nar Mattaru  (02:07)
10.   God Of Emptiness  (05:26)

Durée : 41:09

line up
parution
22 Juin 1993

voir aussi
Morbid Angel
Morbid Angel
Abominations Of Desolation

1991 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Blessed Are The Sick

1991 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Formulas Fatal To The Flesh

1998 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Heretic

2003 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Kingdoms Disdained

2017 - Silver Lining Music
  

Essayez aussi
Lost Soul
Lost Soul
Ubermensch
(Death Of God)

2002 - Osmose Productions
  
Valgrind
Valgrind
Seal Of Phobos (EP)

2017 - Everlasting Spew Records
  
Tyrant Goatgaldrakona
Tyrant Goatgaldrakona
Horns In The Dark

2013 - Metalhit
  
Uncanny
Uncanny
The Path Of Flesh (EP)

2012 - Dark Descent Records
  
Illdisposed
Illdisposed
Retro (Compil.)

2000 - DieHard Music
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique