chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Corpus Offal - Demo 2024

Chronique

Corpus Offal Demo 2024 (Démo)
Annoncé la semaine dernière et à la surprise générale par le label 20 Buck Spin qui décidément n’en finit pas d’être dans les bons coups, Corpus Offal est la suite indirecte des aventures de Cerebral Rot. Parce que oui, la mauvaise nouvelle dans cette affaire pour le moins inattendue c’est que le groupe de Seattle bouffe désormais les pissenlits par la racine... C’est triste, surtout avec une discographie de ce calibre, mais ce n’est pas comme si on nous avait laissé le choix. Alors plutôt que de s’apitoyer sur cette séparation, accueillons plutôt comme il se doit cette nouvelle engeance ainsi que cette modeste offrande.

Originaire d’Austin au Texas, Corpus Offal est donc la réunion d’éminents babouins passés maitres dans l’art du riff qui dégouline et du Death Metal qui suinte. En plus de Ian Schwab (ex-Cerebral Rot, Crurifragium, ex-Warpvomit...) et Clyle Lindstrom (ex-Cerebral Rot, Caustic Wound, Fetid...), tous les deux aux guitares, on retrouve également Jason Sachs (ex-Demoncy) à la basse et Jesse Shreibman (Autophagy, Bell Witch, Black Queen...) à la batterie. Un line-up deluxe qui, comme le suggère cet intitulé sans surprise, vient effectivement de sortir sa toute première démo. Une maigre contribution servant de mise en bouche à un premier album annoncé pour le courant de l’année prochaine. Autant vous dire que vous allez avoir largement le temps de poncer ces deux morceaux... D’ailleurs, on sait d’ores et déjà qu’ils figureront au tracklisting de ce premier longue-durée dans des versions néanmoins retravaillées et ré-enregistrées pour l’occasion.

Avec le soutien de Michael Foster (Necropsy Odor, Pus Emulsion, Regurgitated Entrails, Calcinado, Septic Fumes) et Dan Lowndes à qui le groupe a confié le mixage et le mastering de ces deux morceaux, Corpus Offal ne va pas se contenter de marcher bêtement dans les traces infectes et purulentes laissées par Cerebral Rot mais ne va pas non plus beaucoup se démener afin de s’en éloigner. En effet, difficile de ne pas tracer un parallèle entre les deux groupes dès les premières secondes de "Ripened Psychosis". Un lien de parenté tout à fait évidemment à l’écoute de ces riffs faisandés et surtout de ces leads sinistres et déglingués qui étaient jusque-là l’une des singularités les plus remarquables du Death Metal de Cerebral Rot. Naturellement je ne vais pas m’en plaindre car ces sonorités étranges et distordues apportent une saveur bien particulière à une formule qui pour le reste demeure tout ce qu’il y a de plus classique.

Car on ne va pas se mentir, le Death Metal de Cerebral Rot n’a jamais brillé ni par sa finesse ni par son originalité. Sans trop de surprise il en va évidemment de même pour Corpus Offal qui perpétue ainsi la tradition d’un Death Metal obèse et difforme grâce à ces riffs bien épais et, c’est là où cette nouvelle entité se démarque de son aîné, par une approche moins frontale et beaucoup plus rampante que son regretté grand frère. C’est en tout cas le constat que l’on va pouvoir faire à l’écoute de "Ripened Psychosis" affiché tout de même à plus de sept minutes et qui après un démarrage en trombe va rapidement changer de braquet et opter pour une cadence bien plus lourdingue. Un rythme lancinant et pesant souligné tout de même par un groove boursouflé ainsi que quelques leads dont Corpus Offal a le secret. Une cadence que les Texans vont tenir pendant près de six minutes avant un dernier petit coup de chaud bien senti.
Avec "Gorging Gastric Decendent", Corpus Offal va prendre la direction opposée en corsant tout de suite le ton et cela pendant près de six minutes. Quelques ralentissements sont naturellement à constater mais globalement le rythme est ici beaucoup plus soutenu que sur le titre précédent avec notamment de courtes salves de blasts appuyées par un riffing sombre et efficace, quelques leads toujours aussi chouettes et bien sentis, un growl épais et profond bien baveux et enfin un sens du groove diablement efficace. Bref, rien de bien sorcier ni rien de bien nouveau mais on s’en régalera une fois de plus avec grand plaisir.

Si le Death Metal de Corpus Offal n’est pas nécessairement à considérer comme la suite directe des aventures de Cerebral Rot, force est pourtant de reconnaître qu’il partage un grand nombre de points commun avec lui. De ce riffing sinistre et nauséabond à ces leads déglingués en passant par ce groove putride ou bien encore ce chant dégoulinant, difficile en effet de ne pas voir les parallèles qui existent entre ces deux formations. Cependant, en offrant à ses auditeurs un titre comme "Ripened Psychosis" en guise d’introduction à son univers et à sa musique, Corpus Offal semble également vouloir nous signifier que les choses pourraient être un petit peu différentes par ici. On attendra de pouvoir s’enfiler le premier album du groupe courant 2025 pour confirmer si c’est bel et bien le cas mais en attendant, ce n’est pas moi qui irait cracher dans la soupe à l’écoute de ce modeste préambule...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
02/04/2024 19:29
Wé c'est dommage cette fin de Cerebral Rot, on aimait bien !
isotaupe citer
isotaupe
02/04/2024 13:10
Mes glandes lacrymales ont abondamment suppuré un liquide épais et nauséabond à l'annonce (surprise) du split de Cerebral rot tant ma tristesse fut grande sur le coup... Et elle l'est encore!
Et puis à la lecture du line-up de ce nouveau projet (hummm on greffe du Autophagy à la bête, très bon!) et l'écoute de ces 2 nouvelles bombes méphitiques, je me dis que ça ne peut accoucher que d'un futur -très bon- album dans la veine des projets du père Schwab. Avec une touche peut-être plus brutale qu'à l'accoutumée...
Dans cette attente, je vais allumer quelques cierges d'adipocire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Corpus Offal
Death Metal
2024 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Corpus Offal
Corpus Offal
Death Metal - 2024 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Ripened Psychosis  (07:09)
02.   Gorging Gastric Decedent  (06:08)

Durée : 13:17

line up
parution
22 Mars 2024

Essayez aussi
Ossuary
Ossuary
Stellar Annihilation

2023 - Awakening Records
  
Purulency
Purulency
Transcendent Unveiling Of Dimensions (Démo)

2024 - Caligari Records
  
Malignant Altar
Malignant Altar
Realms Of Exquisite Morbidity

2021 - Dark Descent Records
  
Vacuous
Vacuous
Katabasis (EP)

2020 - F H E D Records
  
Tribulation
Tribulation
Down Below

2018 - Century Media Records
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique