chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
189 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Halny - Zawrat

Chronique

Halny Zawrat
C’est dur de parler d’un groupe qui n’a lui-même pratiquement rien à dire. HALNY propose une musique particulièrement passe-partout qui ressemble à toutes les autres formations sans inspiration ni identité mais qui ont tout de même envie de participer à la grande messe du black metal… Ce sera dur de faire une longue chronique de ce Zawrat, mais il mérite quand même un peu de notre attention, alors essayons…

HALNY est un groupe polonais qui sort ici son premier album. Son nom signifie « Montagne ». Il a vu le jour en 2014, il y a dix ans, mais sans concrétiser la moindre sortie avant 2024. Il est constitué de 5 musiciens, dont deux guitaristes. Et bien que le niveau de chacun soit très respectable, le manque d’originalité des compositions empêche le groupe d’accéder à une étape supérieure. Les 6 pistes assurent bien côté enrobage, avec une puissance de feu intéressante et des ambiances à la polonaise bien efficaces, mais elles s’oublient assez vite.

L’album commence directement et efficacement. J’avoue avoir moi aussi envie de mettre des coups de pompe dans la tronche de petits enfants en écoutant « Zawrat » et les morceaux qui le suivront. Mais pas plus (ni moins) qu’avec XAOS OBLIVION, SZNUR, SYTRIS et toute la tripotée de groupes polonais capables de nous empaler de la même manière. Le label Via Nocturna, en bon vendeur, essaie de nous faire croire à des rapprochements sonores avec les tout aussi Polonais MGLA et FURIA, mais sornettes, ce sont des groupes plus basiques qui viennent plutôt à l’esprit.

L’album dure 33 minutes au total, et le chant est en polonais. Il s’écoute avec plaisir, surtout lorsque les guitaristes se lâchent et offrent des solos puissants. Son problème est de se perdre dans la masse. Il ne pourrait s’en extraire qu’en live à mon avis, car HALNY fait une musique qui prend une autre dimension lorsqu’elle est rejouée sur scène. Sa rage et sa hargne devraient être contagieuses et mettre alors tout le monde d’accord sur le fait que ça bute. Mais en version « écoute », il manque véritablement quelque chose.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Halny
Black Metal polonais
2024 - Via Nocturna
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Halny
Halny
Black Metal polonais - 2014 - Pologne
  

tracklist
01.   Zawrat
02.   Limba
03.   Wiecznie
04.   Faust
05.   Maj
06.   Turnia

Durée : 33:13

parution
21 Mars 2024

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique