chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
173 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carnifex - Dead In My Arms

Chronique

Carnifex Dead In My Arms
Deux mois avant le fameux « The Cleansing » de SUICIDE SILENCE que Mitch avait encensé dans sa chronique ;-), CARNIFEX dégaine lui aussi son premier album en cette année 2007. Il donne suite à sa formation en 2005, ainsi qu’à la publication de deux EPs et d’une démo en 2006. D’ailleurs, on retrouve sur « Dead In My Arms » cinq titres (sur les onze) issus de ces précédentes productions, bien que réenregistrés. Parmi les petites différences entre les deux versions, je pense qu’il était sage de retirer l’extrait du film « 40 ans, toujours puceau » en introduction de « Collaborating Like Killers » et à l’inverse, je regrette la disparition du pig squeal sur « Hope Dies With The Decadent » (titrée « Hope Dies with A Decadence » en 2006). Peut-être que le label « This City Is Burning Records » (disparu depuis) ne voyait plus ça d’un bon œil et a voulu procéder à ces ajustements par rapport à l’EP « Love Lies in Ashes » qu’il avait lui-même produit ?

Ce qui a également été reproché à l’époque, ce sont les paroles simplistes de Scott, abordant les ruptures amoureuses et le dégoût de la vie. On va mettre ça sur le compte de l’inexpérience, comme il a appris à écrire sur des sujets plus variés et intéressants avec le temps (voir l’interview). Là où il est déjà très bon en revanche au moment de cette sortie, c’est au niveau de la maîtrise d’une palette vocale allant du spectre aigu au growl le plus grave (on reconnaît bien là le fan de CANNIBAL CORPSE).
Et ce qui passerait difficilement aujourd’hui, c’est le clip du cinquième titre (le plus joué en concert), le dénommé « Lie To My Face » (et son célèbre « What’s the fuck ? »), dans lequel on voit une jeune femme (présumément la petite amie) se faire bâillonner avec du gros scotch avant d’être rouée de coups. Quant à la pochette, le côté morbide ressort avec ce que l’on devine être un caveau devant un mur décrépi mais j’avoue que ce n’est pas clair. En ce qui concerne le line-up, cet opus voit l’arrivée à la guitare rythmique de Cory Arford, qui figure toujours aux effectifs de 2024 (on ne peut pas dire la même chose des guitaristes lead qui ont précédé, ni de ceux qui vont suivre !).

Musicalement, on a affaire à un Deathcore qui me semble plus proche du Death que du Metalcore. Alors bien sûr, il y a une palanquée de breakdowns et des traces de Hardcore comme sur la fin du morceau « Love Lies in Ashes » mais outre les chants, on relève surtout les riffs de guitare très puissants et quelques influences Slamming Brutal Death, au point que certains commentateurs aient utilisé l’expression de « Brutal Deathcore » pour qualifier ce premier long-format de CARNIFEX. La cerise sur le gâteau va être l’apport d’éléments mélodiques et groovy, comme ce lead super entraînant – presque dansant – sur le génial « Hope Dies With The Decadent », dont le thème se retrouve sur « Slit Wrist Savior ». Ils contrebalancent à bon escient des rythmes saccadés et autres passages dévastateurs auxquels le gang de San Diego va nous habituer. Enfin, malgré la présence d’un clavier discret au début de « Dead in My Arms », de guitare acoustique et de chuchotements inquiétants pendant le quasi instrumental « Dead in My Eyes », on est encore loin du Blackened/Symphonic Deathcore avec solos des œuvres noires « Die Without Hope » / « Slow Death ». Mais ça, ce sera pour une prochaine histoire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Lestat citer
Lestat
12/04/2024 23:00
Je ne suis pas sûr qu'ils l'avaient fait sous l'angle de la dérison !
Sosthène citer
Sosthène
06/04/2024 14:32
« 40 ans, toujours puceau » :-D Putain fallait oser sampler ça ! Même si c'est fait sous l'angle de la dérision, le choix est peu judicieux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carnifex
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Carnifex
Carnifex
Blackened deathcore - 2005 - Etats-Unis
  

vidéos
Lie To My Face
Lie To My Face
Carnifex

Extrait de "Dead In My Arms"
  
Lie To My Face
Lie To My Face
Carnifex

Extrait de "Dead In My Arms"
  

tracklist
01.   Intro  (00:41)
02.   These Thoughts Became Cages  (02:50)
03.   Slit Wrist Savior  (04:15)
04.   Hope Dies with the Decadent  (03:50)
05.   Lie to My Face  (03:01)
06.   Love Lies in Ashes  (03:42)
07.   A Winter in Remorse  (03:01)
08.   Collaborating like Killers  (03:53)
09.   My Heart in Atrophy  (02:59)
10.   Dead in My Eyes  (01:38)
11.   Dead in My Arms  (03:25)

Durée : 33:15

line up
voir aussi
Carnifex
Carnifex
Hell Chose Me

2010 - Victory Records
  
Carnifex
Carnifex
Slow Death

2016 - Nuclear Blast Records
  
Carnifex
Carnifex
The Diseased And The Poisoned

2008 - Victory Records
  

Essayez aussi
Burning Skies
Burning Skies
Murder By Means Of Existence

2004 - Lifeforce Records
  
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Hate

2012 - Halfcut Records
  
As They Burn
As They Burn
Ego Death (EP)

2022 - Indépendant
  
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Human Target

2020 - Nuclear Blast Records
  
Eyeless
Eyeless
Path To The Unknown

2004 - Sriracha Sauce
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique