chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Endemic - The Church Of Destruction

Chronique

Endemic The Church Of Destruction
Si on dit que c’est souvent le collectif qui est à la base de la réussite d’un groupe plutôt qu’une addition d’individualités, il existe des cas étonnants sur lesquels il faut se pencher à l’instar d’ENDEMIC qui nous propose ici une situation étonnante et incongrue où l’on retrouve exactement les mêmes membres que DEIMLER... pour un rendu musical totalement à l’opposé entre les deux. En effet si ce dernier nom n’a franchement rien de mémorable et d’intéressant à proposer (tant musicalement ça sonne bancal et déséquilibré), au contraire sous cette autre entité les mecs signent un premier jet absolument redoutable avec un disque totalement rétro dans l’esprit et rempli d’influences sympathiques où ça sent le old-school à mort. Si évidemment on va retrouver des inspirations proches de MASTER, DEATH, OBITUARY ou encore AUTOPSY... les ibères vont aussi nous gratifier de quelques relents musicaux dignes de VOMITORY, SADISTIC INTENT, et même INCANTATION. Autant dire que sur le papier tout cela a de la gueule et il faut reconnaître qu’on ne va pas être déçu du voyage, vu que pendant trente-six minutes les espagnols vont livrer neuf morceaux à l’écriture simplissime mais à l’entrain communicatif... où envie d’en découdre et de se vider la tête arrivent instantanément, et sans jamais disparaître en cours de route. Pas de chichis techniques ni durées à rallonge ici, seul le dynamisme et la noirceur semblent compter... et de ce côté-là c'est du tout bon tant cette église de la destruction se place d’emblée parmi les meilleures réalisations de ce début d’année 2024.

Difficile en effet de résister au groove communicatif porté par un frappeur particulièrement dynamique et qui n’hésite pas à jouer sur les bons vieux roulements, idéal donc pour ajouter un supplément rétro à un opus qui n’en manque pourtant pas à l’instar du très bon « Endemic Aberration ». Nulle trace ici d’intro ou d’outro inutile, les trois compères misant sur l’efficacité permanente et ce démarrage va donner le ton de ce que vont être l’ensemble des titres ici présents, vu qu’ils proposent une alternance régulière entre blasts dévastateurs et parties lentes bien lourdes et opaques d’où nulle trace de lumière n’apparaît. Tout ça avec en prime quelques accélérations bien senties au milieu de riffs très simples mais grassouillets comme il faut où les voix caverneuses comme criardes se succèdent régulièrement, avec une vraie attractivité et furia sonore. On pourra dire cela de la suite composée des groovesques et impeccables « Lucifer’s Corpse » et « Expelled From Myself » qui sortent là-encore tout le panel rythmique sans en faire des tonnes, mais en proposant cependant une vision plus massive et sombre de la musique du combo qui ne prend néanmoins aucun risque majeur tant ça reste balisé et oppressant. Poussé par le monstrueux « Nailed Face Down » (où tout passe en revue de manière encore plus inspirée que précédemment) cette galette va se maintenir au même niveau jusqu’à sa conclusion, sans pour autant montrer quelconque trace d’ennui ou de décrochage… et ce bien que la construction se fasse assez similaire à la longue voire même franchement prévisible. Si l’équilibré « Warhammer Dogs » va pousser plus loin le côté glauque et putride, que ce soit avec « Their Bodies Blessed By God » ou « Obeys The Lazarus Blindly » le ressenti d’interchangeabilité va montrer toute sa présence, sans pour autant nuire au rendu global qui se montre réussi et varié tout en faisant preuve d’une écriture encore plus directe et primitive.

D’ailleurs cela va atteindre son paroxysme sur le furibard « Unconsecrated » qui ne ralentit jamais l’allure, préférant garder le pied sur la pédale d’accélérateur pour mieux montrer ses influences Punk autant que floridiennes de l’époque du mythique Morrisound Studios. Bref on aura compris qu’il n’y a absolument aucune surprise comme de technicité outrancière mais est-ce qu’on attendait autre chose finalement ? Il y’a fort à parier que l’on y réponde par la négative vu qu’entre la pochette (magnifique au demeurant et signée du mexicain Julian Felipe Mora Ibañez) et la production chaude et dégoulinante typiquement Scott Burns, on sait parfaitement où l’on met les pieds et c’est amplement suffisant tant ici tout y est exécuté de fort belle manière et avec un vrai savoir-faire. Si on pinaillera logiquement sur ce côté interchangeable et répétitif cela ne nuira pas au bon ressenti initial, tant on est happé de suite par cette ambiance nocturne et la furie qui s’en dégage et cela se révèle parfait pour se vider la tête et être ainsi un parfait défouloir sans prétentions, mais qui fait mal aux cervicales même les plus résistantes. Si tout cela ne passera pas l’épreuve du temps il y’a néanmoins de quoi s’occuper un bon moment, preuve une fois encore de la qualité des signatures d’Awakening Records qui sans faire de bruit s’impose de plus en plus comme un des meilleurs labels en matière de Death et de Thrash à l’ancienne… et ce quelles que soient les nouveautés proposées sur son catalogue qui se maintiennent toutes relativement au même niveau, comme c’est le cas des trois acolytes ici présents.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Endemic
Death Metal
2024 - Awakening Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Endemic
Endemic
Death Metal - 2022 - Espagne
  

tracklist
01.   Endemic Aberration
02.   Lucifer's Corpse
03.   Expelled From Myself
04.   Nailed Face Down
05.   Warhammer Dogs
06.   Their Bodies Blessed By God
07.   Obeys The Lazarus Blindly
08.   Unconsecrated
09.   Church Of Destruction

Durée : 36 minutes

line up
parution
13 Janvier 2024

Essayez aussi
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  
Morbus Chron
Morbus Chron
A Saunter Through The Shroud (EP)

2012 - Century Media Records
  
Vader
Vader
Tibi Et Igni

2014 - Nuclear Blast Records
  
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Come Death

2007 - Earache Records
  
Dire Omen
Dire Omen
Wresting The Revelation Of Futility

2014 - Dark Descent Records
  

Lifvsleda
Evangelii h​ä​rold
Lire la chronique
Serement
Abhorrent Invocations
Lire la chronique
Tommyknockers
Mean Things
Lire la chronique
Ossuary
Forsaken Offerings (EP)
Lire la chronique
Malleus
The Fires of Heaven
Lire la chronique
Mòr
Hear The Hour Nearing!
Lire la chronique
Imperial Retaliation Night
Gruiiiik + Gorupted + Perpe...
Lire le live report
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre (Démo)
Lire la chronique
Eigenstate Zero
The Malthusian
Lire la chronique
Verbal Razors
By Thunder and Lightning
Lire la chronique
The Rottening
Seeds Of Death (EP)
Lire la chronique
Ufomammut
Hidden
Lire la chronique
Waves Idle Symmetry
Ametron
Lire la chronique
Sarcasm
Mourninghoul
Lire la chronique
Mega Slaughter
Calls From The Beyond
Lire la chronique
Tårfödd
M​ö​rker
Lire la chronique
Kronos + Seth
Lire le live report
Mortal Wound
The Anus Of The World
Lire la chronique
Ad Mortem
In Honorem Mortis
Lire la chronique
Rotting Christ
Pro Xristou
Lire la chronique
Extinguish
One Less Enemy
Lire la chronique
Dodsferd
Wrath
Lire la chronique
Heresiarch
Edifice
Lire la chronique
Tombstoner
Rot Stink Rip
Lire la chronique
Sermon
Till Birth Do Us Part
Lire la chronique
Antzaat / Ronarg
Madness / Morgen (Split 12")
Lire la chronique
Critical Defiance
The Search Won't Fall...
Lire la chronique
Iron Monkey
Spleen and Goad
Lire la chronique
European Tour 2024
Malepeste + Midnight Odyssey
Lire le live report
Sakna
De Syv Dødssynder
Lire la chronique