chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Castle Rat - Into The Realm

Chronique

Castle Rat Into The Realm
Bande de petits coquins, vous croyez vraiment que je ne vous ai pas vu venir avec votre air innocent ? Et ne venez pas feindre l’ignorance avec moi, ça ne prend pas. Je sais très bien pourquoi vous êtes là, à lire cette introduction au sujet d’un groupe dont vous n’avez probablement jamais entendu parler auparavant… Alors ça peut paraître malheureux, surtout en 2024 après tout ce qui a pu se dire ici ou là sur le respect de la femme, mais oui, une demoiselle dénudée sur la pochette d’un groupe de Rock continuera d’attirer le regard et de pousser (notamment les hommes) à la curiosité. Une curiosité peut-être un petit peu vicieuse mais néanmoins payante dans le cas de ces jeunes Américains.

Originaire de New-York, Castle Rat voit le jour en 2019 du côté de Brooklyn. Peaufinant sa formule avec soin (musique, paroles, costumes, maquillage, noms de scène...), le groupe choisit de prendre son temps, enchainant ainsi les singles (cinq en l’espace de quatre ans) avant de se décider enfin à frapper un grand coup avec la sortie il y a quelques jours seulement de son premier album. Un disque intitulé Into The Realm paru sur le petit label américain King Volume Records (Eagle King, Faerie Ring, Heretical Sect, Lord Mountain...) et qui, vous vous en rendrez compte rapidement, a tout de même bien davantage à offrir qu’une simple pin-up sexy à la sauce Sword & Sorcery.

Ainsi, derrière Castle Rat se cachent The Rat Queen (chant, guitare), The Count (guitare), The Plague Doctor (basse) et The Druid (batterie), principaux protagonistes de cette aventure qui ont juré de protéger ensemble Le Royaume face à leur ennemie jurée, la mystérieuse et inquiétante The Rat Reaperess. Un univers médiéval et fantaisiste qui va servir de base de départ particulièrement solide à la musique des Américains. Une musique largement inspirée par celle des grands patrons de Black Sabbath, pères fondateurs devant l’éternel, puisqu’en effet, contrairement à ce que pourrait laisser supposer cette imagerie construite sur fond de châteaux en ruine et d’épée fièrement dressée, c’est dans la pratique d’un Doom traditionnel (néanmoins mâtiné d’autres éléments allant du Heavy Metal au Hard Rock 70’s en passant par le Stoner Rock) que verse la formation new-yorkaise.

Soucieux d’entretenir une certaine authenticité, Castle Rat a fait le choix pertinent d’une production abrasive et poussiéreuse qui bien que contemporaine semble pourtant tout droit sortie des Regent Sound Studios de Londres. Guitares au fuzz rugueux et réconfortant, basse vibrante aux rondeurs affriolantes, batterie dépouillée et naturelle, voix sensuelle et chaude, souffle et grésillements lointains... Bref, les années 70 comme si on y était encore.
Sans surprise, la musique des Américains est évidemment à l’avenant, ces derniers distillant à peu près tout ce que l’on est en droit d’attendre d’un album de Doom traditionnel. De ces riffs simples et plombés à ces accélérations Rock toujours très bien ficelées en passant par ces excellents solos et autres mélodies épiques, ce groove libidineux particulièrement irrésistible, ce chant féminin envoûtant ou bien encore ces atmosphères occultes et délicieusement rétros, tout y est. Certes, Castle Rat est ce que l’on peut appeler un diamant brut avec encore ici et là quelques imperfections mais sa sincérité, son désir de bien faire et son efficacité de tout les instants permettent malgré tout de largement compenser ces quelques légers "défauts".
Parmi les plus évidents, des influences et un manque de personnalité peut-être trop flagrants pour certain. Bien entendu en la matière, chacun d’entre nous choisit de placer son seuil de tolérance comme il l’entend. En ce qui me concerne, l’originalité n’a jamais été un sujet lorsqu’un groupe a pour lui des compositions aussi immédiates capables de résister aux affres du temps et dont chaque nouvelle écoute suscite le même degré de plaisir et de satisfaction. Néanmoins, le fait est qu’après Black Sabbath et tous ces groupes pionniers qui ont suivi (Witchfinder General, Pentagram, Saint Vitus, Trouble, Candlemass...), Castle Rat n’a effectivement rien de bien nouveau à proposer aujourd’hui. On aurait également d’autres petites choses à évoquer parmi ces petits "irritants" comme par exemple une durée peut-être un brin trop courte, une écriture encore un peu verte ainsi que quelques lignes de chant un poil trop maniérées mais franchement on ne peut pas dire que le groupe new-yorkais soit ici à côté de la plaque.

Efficace d’un bout à l’autre, Into The Realm est donc un disque immédiat qui du haut de ses trente-deux minutes s’enfile effectivement d’une traite sans jamais sourciller. Cependant, on pourra saluer la variété dont fait preuve Castle Rat en l’espace d’un petit peu plus de trente minutes avec des morceaux plus ou moins directs comme "Dagger Dragger", "Feed The Dream" ou "Fresh Fur", d’autres plus atmosphériques et épiques comme "Red Sands" et "Nightblood", une très chouette Power Ballad avec l’excellent "Cry For Me" et son atmosphère langoureuse et feutrée ou bien encore ces trois interludes instrumentaux ("Resurrector", "The Mirror" et "Realm") qui sur le papier peuvent paraître de trop mais qui finalement se conjuguent parfaitement avec le reste grâce en filigrane à cet esprit résolument seventies.

Ainsi Castle Rat n’est peut-être pas le groupe le plus subtil qui soit lorsqu’il s’agit d’afficher ses influences mais comment diable lui en tenir rigueur quand celui-ci nous arrive la bouche en coeur avec un premier album aussi solide ? Entre tout ce décorum jamais encombrant (les costumes désuets, l’illustration vintage et sexy, le logo violet que l’on dirait vieux de plus de cinquante ans, les clips vidéo tout aussi cheesy et surannés...), cette production volontairement cradingue, ces compositions certes encore un peu naïves mais pourtant ô combien efficaces et mémorables et une Rat Queen (aka Riley Pinkerton McCurry) envoutante en maitresse de cérémonie, Castle Rat tient là la bonne formule. Certes, rien de bien nouveau sous le soleil Doom / Occult Rock à tendance Hard Rock / Stoner Rock mais il n’empêche malgré tout que l’on se régale encore et encore à l’écoute d’Into The Realm.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
07/07/2024 11:11
note: 8.5/10
Il faut être photographe ou aimer cela pour considérer l'étalonnage sur ce genre de cliché... 98% des personnes qui regarderont cet artwork auront autre chose en tête à la vue de ce cliché.
Veles Master citer
Veles Master
07/07/2024 02:30
Bon album.
Pour l'artwork, L'étalonnage de la photo n'est pas franchement érotisant, la nudité est même plutôt dé-sexualisé.
Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
05/05/2024 15:52
note: 8/10
Belle surprise me concernant, et d'accord avec la chro : c'est naïf, mais c'est sans doute pour ça que c'est bien, au fond. Merci encore de la découverte.
Dantefever citer
Dantefever
29/04/2024 18:31
Trouvé ça sympas sans plus, tout le marketing autour est quand même bien lourd pour une musique qui ne cherche pas à être originale, mais ne brille pas non plus dans l'exercice de style.
Sosthène citer
Sosthène
26/04/2024 19:30
ahah ! Wé et vieux con aussi vue l'âge de mes références :-D
AxGxB citer
AxGxB
26/04/2024 19:16
note: 8.5/10
Ah, triste sire Mr Green
Sosthène citer
Sosthène
26/04/2024 19:00
Wé... Faut relativiser l'attrait érotique de cette pochette quand même, on dirait Peggy Bundy a une convention Xena la Guerrière !
Lita Ford for ever :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Castle Rat
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Castle Rat
Castle Rat
Doom - 2019 - Etats-Unis
  

vidéos
Dagger Dragger
Dagger Dragger
Castle Rat

Extrait de "Into The Realm"
  
Feed The Dream
Feed The Dream
Castle Rat

Extrait de "Into The Realm"
  
Cry For Me
Cry For Me
Castle Rat

Extrait de "Into The Realm"
  
Fresh Fur
Fresh Fur
Castle Rat

Extrait de "Into The Realm"
  

tracklist
01.   Dagger Dragger  (04:02)
02.   Feed The Dream  (04:31)
03.   Resurrector  (01:04)
04.   Red Sands  (06:48)
05.   The Mirror  (01:15)
06.   Cry For Me  (04:50)
07.   Realm  (00:49)
08.   Fresh Fur  (03:42)
09.   Nightblood  (05:44)

Durée : 32:45

line up
parution
12 Avril 2024

Essayez aussi
Godgory
Godgory
Way Beyond

2001 - Nuclear Blast Records
  
Mourning Beloveth
Mourning Beloveth
Formless

2013 - Grau Records
  
The Wounded Kings
The Wounded Kings
The Shadow Over Atlantis

2010 - I Hate Records
  
Green Carnation
Green Carnation
A Blessing In Disguise

2003 - Season Of Mist
  
Presumption
Presumption
Presumption

2017 - Sleeping Church Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique