chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
160 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Collier d'Ombre - Collier d'Ombre

Chronique

Collier d'Ombre Collier d'Ombre (Démo)
Malgré ce patronyme bien de chez nous, Collier d’Ombre n’a rien d’un groupe français ni même canadien. En fait, celui-ci nous arrive tout droit de Portland dans l’Oregon avec à sa tête messieurs Necklace Of Shadow (chant, guitare, basse) et Root Of Ichor (guitare) tous les deux rejoints depuis l’année dernière par un certain Incubare (batterie). Des pseudonymes qui sur le papier ne vous évoquent probablement pas grand chose (et ce à juste titre) mais derrière lesquels se cachent quelques individus pour le moins expérimentés. C’est le cas notamment de Necklace Of Shadow que l’on a déjà pu entendre chez tout un tas de groupes tous plus recommandables les uns que les autres (Ash Borer, Adzalaan, Dagger Lust, Excarnated Entity, Serum Dreg, Triumvir Foul, Uškumgallu, Utzalu et j’en passe...).

Formé en 2022, le duo devenu aujourd’hui trio n’a pas particulièrement chômé puisqu’en plus de cette première démo parue l’année dernière, on lui doit également deux splits en compagnie de Venymysgourvleydh (Thunder Of War Forlorn) et Häxanu (Seasons In Haxan Dark) ainsi qu’une seconde démonstration privée intitulée ...The Piercing Winds Of Mortal Dawn sortie en début d’année et pressée pour le moment à seulement dix exemplaires en attendant la parution d’une édition grand public qui devrait voir le jour prochainement chez Final Agony.

Pour en revenir à cette première démo éponyme, celle-ci est constituée de six compositions parmi lesquelles une introduction, un interlude et une conclusion. Sortie tout d’abord en cassette chez Vrasubatlat (petite structure confidentielle menée par Necklace Of Shadow et sur laquelle sont parus à peu de chose près tous les projets évoqués plus haut), celle-ci s’est vue offrir en décembre dernier un pressage vinyle grâce au concours du label portugais Black Gangrene Productions. Enfin, c’est à un dénommé Doser Of Demons qu’a été confié l’intégralité de la production et cela jusqu’au réglage aux petits oignons de cette batterie synthétique faisant, il faut le souligner, parfaitement illusion... Pourtant, cette même production risque bien d’en faire déchanter quelques-uns d’entre vous à cause de son caractère volontairement étouffé et lointain qui rend forcément un petit peu plus compliqué la compréhension des riffs et donc l’immersion dans l’univers des deux Américains…

Pour le reste, Collier d’Ombre produit un Black Metal particulièrement sombre et dense qui se distingue par un riffing extrêmement malveillant prenant racine dans la scène norvégienne du début des années 90 ainsi qu’une cadence globalement soutenue puisque l’essentiel de ces six compositions ("Necklace Of Shadow: Noose Constellation Singed Flesh", "Euphoric Transfixion: Sump Of Ichor's Collection" et "Eisegesis By Stars") est effectivement mené bon train, notamment à coup de blasts quasi-discontinue. Le duo étant du genre à aimer étirer ses compositions (ces dernières (en tout cas pour les trois morceaux purement Black Metal) oscillent effectivement entre six et huit minutes chacune), il est évident que l’on va trouver quelques séquences moins en tension comme c’est le cas par exemple sur "Necklace Of Shadow: Noose Constellation Singed Flesh" à 2:29 ou "Eisegesis By Stars" à 1:25...
De fait, si Collier d’Ombre prend effectivement le temps de calmer le jeu de temps à autre, il est également appréciable de constater le soin apporté à la dimension mélodique de cette première démo. Outre ces nappes de synthétiseur très présentes en dépit d’une production ayant tendance à les rendre moins perceptibles, on compte également bon nombre de leads et autres passages lors desquels Necklace Of Shadow et Root Of Ichor vont naturellement chercher à étoffer leur propos et à sortir du schéma répétitif de ces trémolos diaboliques, aussi excellents soient-ils. Des variations particulièrement bien senties qui apportent définitivement davantage de corps à l’ensemble même si encore une fois la production choisie n’aide pas tout à fait à s’en rendre bien compte... Dans un autre registre, "Introduction: Through Vision Into Sovereign Blood", "Surcease" et "Outroduction: Consanguineous Freneticism, The Lecher (Ashynkilvtinzkre)" offrent tous les trois une vision contrastée et finalement bien différente des titres abordés plus haut. Servant d’introduction, d’interlude et de conclusion, ces trois pièces acoustiques et instrumentales revêtent des sonorités bien plus mélancoliques qui à l’aide de ces samples évoquant une nature boisée et vivante nous amènent ailleurs. Certes, sur six titres cela peut paraître beaucoup mais ces compositions, en plus de ne jamais trop s’étendre, s’avèrent tout de même suffisamment bien troussées pour n’être jamais un frein à l’appréciation de l’ensemble.

Bref, vous l’aurez aisément compris, à l’exception de cette production qui a malheureusement tendance à éteindre le caractère flamboyant et grandiose de ces quelques compositions, cette première démo possède tout de même bien des arguments pour espérer convaincre l’amateur de Black Metal. Certes, il n’y a rien de bien nouveau dans le riffing froid et diabolique des deux Américains mais l’exécution sans faille, à la fois implacable et variée, et le soin apporté à toutes ces mélodies et ces atmosphères malveillantes suffit à rendre ces trente-deux minutes particulièrement palpitantes. Des prémisses prometteurs que l’entité ne manquera pas de confirmer par la suite...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Collier d'Ombre
Black Metal
2023 - Vrasubatlat
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Collier d'Ombre
Collier d'Ombre
Black Metal - 2022 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Introduction: Through Vision Into Sovereign Blood  (03:52)
02.   Necklace Of Shadow: Noose Constellation Singed Flesh  (06:57)
03.   Surcease  (01:45)
04.   Euphoric Transfixion: Sump Of Ichor's Collection  (07:35)
05.   Eisegesis By Stars  (08:30)
06.   Outroduction: Consanguineous Freneticism, The Lecher (Ashynkilvtinzkre)  (03:48)

Durée : 32:27

line up
parution
15 Août 2023

Essayez aussi
Profanatica
Profanatica
Crux Simplex

2023 - Season Of Mist
  
Spectres & Teeth
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)

2020 - Into Endless Chaos Records
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  
Kriegsmaschine
Kriegsmaschine
Enemy of Man

2014 - No Solace
  
Craft
Craft
White Noise and Black Metal

2018 - Season Of Mist
  

LADLO in Paris II
Aorlhac + Houle + Pénitence...
Lire le live report
Darkend
Viaticum
Lire la chronique
Prisonnier Du Temps
Comme Un Lion En Cage
Lire la chronique
Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique