chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Serement - Abhorrent Invocations

Chronique

Serement Abhorrent Invocations
Dans la grande famille du Death Metal venu de Grèce le premier nom qui vient à l’esprit est évidemment celui de DEAD CONGREGATION, qui avec sa réputation acquise aussi bien dans son pays natal qu’à l’international a engendré à Athènes comme dans les autres grandes villes locales moults avatars à la qualité particulièrement imposante. Si dans le sillage du quatuor on a vu l’émergence notamment de PLAGUE, ABYSSUS, DEIFIED SHREDS... il ne faut pas oublier également les vétérans de MASS INFECTION, RESURGENCY, SICKENING HORROR, VERMINGOD... ou même les regrettés INVERACITY, confirmant ainsi que la nation des philosophes de l’antiquité est (et a été) toujours une terre fertile pour le genre. Et parmi toutes ces entités il va falloir désormais compter avec SEREMENT, qui à peine deux ans après sa création nous gratifie déjà d’un premier album (qui fait suite à un court Ep fort intéressant au demeurant) où la tradition du style côtoie une musique bien sombre proche du Black, où là-encore ça ne manque pas de bonnes choses. Signé par le toujours qualitatif Dolorem Records le groupe va durant trente-sept minutes balancer un rendu violent, sombre et technique où l’on retrouve trois des membres de BLESSED BY PERVERSION (encore une formation redoutablement efficace d’ailleurs !), ce qui du coup n’a rien d’étonnant quand on voit ce qui est pratiqué ici.

Lorgnant également sans vergogne de l’autre côté de l’Atlantique à cheval entre la virulence débridée d’un HATE ETERNAL et la lourdeur opaque des IMMOLATION, INCANTATION et consorts... les athéniens vont ainsi livrer une œuvre remarquable de bout en bout, sans faiblesses notables et où l’on est happé immédiatement de la première à la dernière seconde. Car ne s’éternisant jamais trop sur la durée et montrant une vraie technicité sans pour autant en faire des tonnes, ceux-ci vont dévoiler un panel rythmique impressionnant où la fluidité reste constamment présente et qui est complétée par un vrai sens du groove addictif au possible. Du coup il n’est pas surprenant que l’on soit tout de suite captivé par « Stench Of Torment » où d’entrée les gars vont nous sortir leur grand-écart le plus endiablé, entre un démarrage à fond la caisse via des blasts furibards tout en cassures avec du mid-tempo suffocant... et une deuxième partie plus lourde où l’ensemble ralentit terriblement, afin d’offrir une opacité plus marquée que précédemment. D’ailleurs c’est ce sur quoi la bande va jouer majoritairement, ne se contentant pas de rester calée sur le même rythme en permanence... vu qu’elle préfère aérer son propos en misant sur les accélérations comme ralentissements, sans que cela ne perde en cohérence. La preuve avec le monstrueux « Sworn » aux déferlantes encore plus marquées et où la radicalité est accentuée de façon encore plus imposante, pour créer ainsi une atmosphère apocalyptique où l’on ne sait pas se situer dans l’espace tant l’obscurité et l’orage y sont conséquents. Si ce schéma va se être encore présent sur le très court et furibard « Malevolent Mist Over The Mount Of The Deceased » (ainsi que via l’explosif et tout aussi réussi « Forging Darkness »), le tentaculaire « Frozen Dawn Of Death » va prouver que les mecs arrivent aussi à injecter un énorme groove sur leurs compositions. Car cette plage portée par un tapis de double massif et proéminent va montrer une envie contagieuse de secouer la nuque au milieu de ce noir encre totalement opaque, où ici la rapidité y est super discrète au profit d’un mid-tempo ultra-présent à l’instar du bridage exacerbé, et qui amène du gras et de l’humidité au milieu de ces ténèbres imperturbables.

Et si cette première partie a d’ores et déjà fait son travail en annihilant toute velléité de résistance la seconde va être exactement du même tonneau entre l’opacité de « Honor Of The Leech » (à la douce fin acoustique étonnante), et la diversité intempestive de « No Reflection For His Shadow » où le passage en revue des différentes rapidités est de mise... tout ça avant une dernière rasade impressionnante sur « Subliminal Enslavement » qui balance tout ce qu’il reste comme force aux gars en ne cessant pas de jouer l’alternance à tout-va. Voyant également l’apparition de riffs aux légers accents solaires histoire d’amener un peu d’espoir au milieu de ce néant intégral cette ultime composition groovesque à mort, qui fait apparaître pour la dernière fois l’intégralité de ce que savent faire ses créateurs est mis en avant avec brio et fluidité tant on n’est jamais dans le trop-plein dégoulinant et dommageable. Terminant tout cela le brumeux et pépère « Κατάβαση Ψυχών » qui fait office d’outro (vu qu’il s’agit en plus d’un instrumental), les Grecs réalisent ici un véritable tour de force en marquant très fort les esprits et consciences tant cet enregistrement va occuper les esprits pendant longtemps. Car bien qu’étant relativement accessible il va falloir prendre le temps pour en maîtriser chaque arrangement et chacune des notes, afin d’en saisir convenablement la moëlle présente en permanence, pour un rendu global qui n’a rien à envier à ceux des ténors américains installés depuis des lustres dans le circuit. Intense sans jamais être lassant et gardant son accroche de bout en bout ce disque a de quoi séduire le plus grand-nombre et même les plus exigeants, procurant au passage nombre d’émotions différentes pour ceux qui prendront la peine de s’immerger à l’intérieur...surtout qu’on y reviendra régulièrement et toujours avec le même plaisir pour y prendre une vraie leçon de brutalité... mais pas que ! Preuve donc de la subtilité de l’ensemble et d’une profondeur bien plus massive qu’on ne pourrait le croire de prime abord confirmant s’il y’en avait besoin que la scène extrême hellène a plus d’un tour dans son sac et regorge de musiciens talentueux, ce qui est le cas depuis longtemps mais encore plus aujourd’hui... comme quoi sa riche et longue histoire n’est pas encore terminée, et heureusement d’ailleurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Serement
Blackened Death Metal
2024 - Dolorem Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Serement
Serement
Blackened Death Metal - 2022 - Grèce
  

nouveaute
A paraître le 17 Mai 2024

tracklist
01.   Stench Of Torment
02.   Sworn
03.   Frozen Dawn Of Death
04.   Malevolent Mist Over The Mount Of The Deceased
05.   Forging Darkness
06.   Honor Of The Leech
07.   No Reflection For His Shadow
08.   Subliminal Enslavement
09.   Κατάβαση Ψυχών

Durée : 38 minutes

Essayez aussi
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Atonement Ritual

2009 - Nuclear War Now! Productions
  
Altars Ablaze
Altars Ablaze
Life Desecration

2022 - Lavadome Productions
  
Ritualization
Ritualization
Hema Ignis Necros (EP)

2022 - Iron Bonehead Productions
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  

LADLO in Paris II
Aorlhac + Houle + Pénitence...
Lire le live report
Darkend
Viaticum
Lire la chronique
Prisonnier Du Temps
Comme Un Lion En Cage
Lire la chronique
Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique
Eternal Hunt
An Era of Shame
Lire la chronique
Jours Pâles
Dissolution
Lire la chronique
Amenra
Skunk (Film)
Lire la chronique
In Vain
Solemn
Lire la chronique
Kymris
Mythes et légendes de la Co...
Lire la chronique
Chiens + Gummo + Kaask + Vision 3D + Jodie Faster + Prix Libre
Lire le live report
Schattenfang
Perdurabo
Lire la chronique
Alpha Warhead
Code Red
Lire la chronique
The Hope Conspiracy
Tools Of Oppression​ / ​Rul...
Lire la chronique
Agressor
Neverending Destiny
Lire la chronique
Bodyfarm
Malicious Ecstasy (EP)
Lire la chronique
Perveration
Putrefaction Of Infinite Ap...
Lire la chronique
Take It In Blood
Roadmap Of Pain (EP)
Lire la chronique
Hideous Divinity
Unextinct
Lire la chronique
The Biscuit Merchant
Visible Scars
Lire la chronique
Pontifex
From the Pale Mist
Lire la chronique
Strivers
Precious Core
Lire la chronique
Prieuré / Vermineux
Split (Mini-Split)
Lire la chronique
Fall for Rising
Are You Still Living (EP)
Lire la chronique
Rhapsody of Fire
Challenge the Wind
Lire la chronique