chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Strivers - Precious Core

Chronique

Strivers Precious Core
Bon sang, une pochette pareille, même pour une sortie estampillée metalcore, il fallait oser. C’est qu’il a drôlement grandi My Little Pony, il est devenu le Cheval pâle (quatrième cheval, portant la Mort) mais tout en restant coquet avec sa crinière couleur prune ainsi que la garniture fleurie… Je l’avoue, le visuel de ce « Precious Core », premier album des Toulousains de STRIVERS après un EP (« Overcome) sorti en 2018, m’a donné envie de taquiner mais, au moins, le quatuor ne pourra pas être accusé de masculinisme. Ah si, parce qu’il n’y a pas de femmes dans le groupe mais l’heure n’est pas au débat stérile, on se fiche de savoir qui a pris rendez-vous pour une vasectomie. Je ne devrais pas écrire pendant l’apéritif ? Peut-être, seul Dieu peut me juger disait la philosophe Kenza, du Loft 1, à qui voulait bien la lire.

Et après tout, on s’en branle un peu non de l’artwork ? Bah non, pas vraiment en fait, parce que souvent ça finit sur un t-shirt et que je ne suis psychologiquement pas prêt à arborer une licorne, ma copine non plus d’ailleurs car si nous faisions le test H/F de Stéphane Edouard, elle aurait probablement plus de H que moi… Allez, ma vie privée, ça en revanche, on s’en branle copieusement. Par conséquent, ils valent quoi ces huit titres pour un peu moins de trente-cinq minutes ? Hé bien, étonnamment, le contenu est bien plus couillu que ce que laissait craindre l’emballage. Metalcore certes mais, d’une, avec un sacré niveau technique qui peut venir concurrencer sans problème quelques solides formations de heavy metal traditionnel, de deux le seuil de brutalité est au-dessus de ce que l’on attend généralement de ce genre musical. Par conséquent, nulle nausée à l’horizon causée par un excès de chant clair noyé dans les larmes de la frustration adolescente, zéro clavier, ici ça joue sérieusement, avec des musiciens carrés, un frontman efficace et une certaine facilité pour écrire des morceaux accrocheurs.

Comme en plus le groupe a la bonne idée de ne pas chercher à engorger son disque avec des compositions de seconde zone, des reliquats de répétition, on se retrouve avec un album plutôt solide, certes brut de décoffrage comme on le disait il y a vingt ans, pas transcendant non plus mais pour un résultat très honorable. Pour tout dire, je n’ai eu à aucun moment l’envie d’appuyer sur « stop » et je l’ai écouté plusieurs fois, cela me suffit amplement pour dire que c’est du bon boulot. Après, est-ce que c’est suffisant pour signer avec une Major ? A ce stade, j’ai des doutes, cela manque encore de hit single, certains effets vocaux sont un peu moisis (je pense à un SNAKESKIN du pauvre, le projet solo d’un des mecs de LACRIMOSA) mais heureusement rares (une seule occurrence il me semble), et il manque encore ce petit supplément d’âme qui permettra de faire basculer une écoute de « plaisante » à « incroyable ».

Il reste que pour un premier jet, STRIVERS parvient déjà à montrer de très belles choses, notamment en ce qui concerne le professionnalisme indéniable de sa démarche : bonne production, jeu irréprochable, chant juste qui reste dans le strict périmètre de l’extrême, nous partons donc sur des bases solides pour construire l’avenir.

L’air de rien, dans cette chronique, il y a tous mes encouragements pour la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Strivers
Metalcore
2024 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Strivers
Strivers
Metalcore - 2013 - France
  

formats
  • Digital / 04/05/2024 - Indépendant

tracklist
01.   Echoes of Atlas  (01:08)
02.   Sands of Time  (04:33)
03.   Gods Unleashed  (05:36)
04.   My Curse  (03:40)
05.   Eve of Strife  (04:22)
06.   Feed the Hate  (05:08)
07.   Crusade  (05:44)
08.   Painful Premonition  (04:20)

Durée : 34:31

line up
parution
4 Mai 2024

Essayez aussi
Unearth
Unearth
The Stings of Conscience

2001 - Eulogy Recordings
  
Fear My Thoughts
Fear My Thoughts
The Great Collapse

2004 - Lifeforce Records
  
A Life Once Lost
A Life Once Lost
Iron Gag

2007 - Ferret Music
  
Maroon
Maroon
Endorsed By Hate

2004 - Alveran Records
  
The Destiny Program
The Destiny Program
The Tracy Chapter

2004 - Lifeforce Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique