chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pontifex - From the Pale Mist

Chronique

Pontifex From the Pale Mist
Non, le PONTIFEX n’est pas un comprimé pour guérir ton mal de crâne, c’est un groupe américain tout nouvellement créé, et il pourrait au contraire te filer la migraine. Le nom en lui-même vient du latin Pontifex maximus, soit le « grand pontife », mais s’il fallait trouver une appellation plus appropriée pour comprendre l’univers du groupe, il aurait fallu choisir : « Mélanges incongrus ».

PONTIFEX est vraiment un groupe qui mélange tout. Et c’est pour le meilleur comme pour le pire. Déjà, il a tout mélangé du côté du line-up. Des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes. Ça, c’est plutôt intéressant. La grosse voix qui agresse les oreilles est celle de Madame Dominique Leath, et elle ne rigole pas quand elle hurle, à tel point qu’il aura fallu être très bon pour saisir qu’il ne s’agissait pas d’un homme. La batterie aussi est maltraitée par une demoiselle, du nom de Rosaly Piderit. De nationalité vénézuélienne, elle sévit également au sein de L.O.R.E. depuis 2018 sous le nom de Furia. Cependant, elle est prêteuse et n’a pas fait toutes les parties de ces 8 pistes, laissant la place à une figure bien connue de la scène du metal américain : Mike Smith. Le vétéran de 52 ans qui a longtemps joué pour SUFFOCATION vient donc donner un petit coup de main à des jeunes qui débutent… Joli parrain. Les trois autres membres sont tous des hommes : Kaleb Daniels aux guitares / flûtes, Deveron Christie pour d’autres parties guitares et Ashtin Duba à la basse.

Le mélange incongru ne s’arrête pas là. Il se poursuit sur la fiche de présentation de PONTIFEX avec la présence dans la case « influences » de SATYRICON, HORNA et DISSECTION. Trois formations culte dans des styles qu’il est tout de même difficile de classer sous la même étiquette. Mais bon, ce n’est qu’un détail, d’autant qu’au final les Américains déclarent faire du black symphonique… Ah oui, on est perdu avant même d’avoir écouté quoi que ce soit. Affreux, affreux, affreux… Alors écoutons.

From the Pale Mist contient bien des éléments symphoniques, avec du clavier et des mélodies enjouées. Il contient aussi l’indispensable première piste instrumentale qui apporte une petite brume de mystère à un album du genre. Mais cela ne représente qu’une infime portion des compositions, et ce n’est jamais ce qui est retenu après la courte demi-heure de jeu. Ce sont les autres éléments qui dominent et qui constituent le véritable corps de l’album : du death et du thrash. Le mélange n’est pas révolutionnaire, mais il a son petit charme, surtout parce que l’approche est à l’ancienne, avec une production un peu datée qui a l’avantage de sembler spontanée. Ces sautes d’un style à l’autre ne sont pas très dérangeantes, mais par contre elles empêchent d’identifier véritablement le groupe et de lui donner une saveur propre et personnelle. Je retiens « Festering » et « Apparition » qui ont séduit mes oreilles quelques instants et j’ai surtout aimé « From the Pale Mist » qui est le morceau qui mélange le mieux tous les ingrédients : hargne des vocaux et des guitares, légèreté des claviers, cerise sur le gâteau de la flûte. J’aurais d’ailleurs apprécié que cette dernière soit plus souvent utilisée…

Pour finir, je dirai juste que parmi les groupes qui ont joué avec ce genre de fusions de genre, je préfère sans hésitation SUFFERING SOULS. Point.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pontifex
Black Death Sympho
2024 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pontifex
Pontifex
Black Death Sympho - 2024 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro
02.   Festering
03.   Twilight
04.   Sepulcher of Eternal Darkness
05.   Apparition
06.   Frost
07.   From the Pale Mist
08.   Abyssal

Durée : 29:23

parution
7 Mai 2024

Essayez plutôt
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Maelstrom Chaos

2001 - No Fashion Records
  
Entropia Invictus
Entropia Invictus
Human Pantocrator

2017 - M&O Music
  
Destinity
Destinity
In Excelsis Dementia

2004 - Adipocere Records
  
Destinity
Destinity
Synthetic Existence

2005 - Adipocere Records
  
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Shadow Of A Thousand Suns

2008 - Candlelight Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique