chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
79 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hideous Divinity - Unextinct

Chronique

Hideous Divinity Unextinct
Si l’on a pu reprocher au groupe par le passé de confondre vitesse et précipitation du côté de ses sorties, force est de reconnaître qu’il a tenu compte de cette remarque vu que ce « Unextinct » aura mis quatre ans et demi à voir le jour depuis la publication de « Simulacrum » fin 2019. Depuis cette période seul le court Ep « LV-426 » est venu nous rappeler que la formation romaine était toujours en activité, et ce malgré le départ du second guitariste Riccardo Benedini (un poste visiblement compliqué à conserver en interne) et surtout du tentaculaire batteur Giulio Galati... ce dernier semblant vouloir un peu lever le pied musicalement, vu qu’il a aussi récemment quitté MASS INFECTION. Du coup on pouvait franchement se demander qui allait pouvoir prendre place derrière le kit et surtout réussir à s’aligner au moins au même niveau, et le moins que l’on puisse dire ce que le trio restant a réussi son coup en allant dénicher l’impressionnant Edoardo Di Santo qui n’a rien à envier à son prédécesseur (ça aide d’être l’élève privé de George Kollias !). Officiant aussi dans ADE et INSTIGATE celui-ci a déjà fait ses preuves au sein de ces entités en livrant à chaque fois une prestation dense et incroyablement brutale, même si ici sur le disque la prestation est assurée par Davide Itri qui livre une copie de très haut niveau... qui n’a rien à envier aux deux noms précités. Tout ça sur le papier a donc de l’allure et cela est effectivement le cas une fois qu’on commence à se plonger dans l’écoute de ce cinquième album, qui bien que gardant fortement le modernisme habituel voit également le retour à une musique plus directe et naturelle, où certaines expérimentations malheureuses du passé semblent avoir disparu pour du bon.

Tout cela montre donc que les gars ont encore l’inspiration et qu’ils arrivent à produire du bon sans être noyés sous un déluge de synthétisme excessif et de plastique sans âme, vu que tout ici va défiler facilement et sans fautes de goûts majeures. Néanmoins ça va démarrer assez sobrement et sur des bases classiques via la doublette « The Numinous One » / « Against The Sovereignty Of Mankind », où toute la panoplie furieuses et lourdes des mecs vont se côtoyer mutuellement tout en se densifiant via de nombreux breaks et cassures qui brisent un peu la dynamique générale, mais ajoutent à l’ambiance solaire et futuriste présente ici de façon relativement discrète. Cependant cela colle à la thématique de cette galette qui est une exploration en profondeur des paradoxes de l’existence humaine et des peurs cosmiques engendrées par cela, et s’il faudra du temps et de la patience pour en saisir toute la subtilité psychanalytique on est néanmoins immédiatement emporté par la puissance de certains titres. Cela se fait en premier lieu via le furieux et débridé « Atto Quarto, The Horror Paradox » et surtout ensuite avec « Quasi-Sentient » frontal et explosif, où l’on se rend compte une fois encore que c’est en faisant dans la sobriété et l’alternance que le combo reste le plus intéressant. Si l’on passera outre les interludes éthérés qui n’amènent pas grand-chose, en revanche on s’attardera volontiers sur le suffocant « More Than Many, Never One » qui écrase tout sur son passage que ce soit via ces accents rampants comme dans les explosions débridées, en proposant un équilibre impeccable à la noirceur absolue et où une certaine mélodie apparaît lors du solo.

D’ailleurs cette ambiance triste et propice au recueillement sera plus marquée sur la conclusion intitulée « Leben Ohne Feuer » qui va jouer sur tous les tableaux en faisant apparaître une certaine dose d’espoir et de paix pour le défunt, comme pour le voyageur qui aura pris la peine d’arriver au bout de ces cinquante-et-une minutes réussies et digestes (mention spéciale au court et très bon « Mysterium Tremendum » qui nous renvoie à l’époque de « Obeisance Rising » et « Cobra Verde »), et qui se placent parmi ce que le combo a produit de mieux depuis un moment. Si l’ensemble est moins brutal que dans un passé proche et se montre étonnamment presque "accessible" - même s’il va encore falloir beaucoup de persévérance et de patience pour tout appréhender correctement - en revanche ça n’a en rien perdu du côté de la technique qui est toujours aussi monstrueuse. Alors oui on n’évitera pas l’écueil de longueurs inutiles et de compositions un peu passe-partout mais ça se montre moins en pilotage automatique que pour les derniers enregistrements publiés, avec en prime plus de travail du côté des leads ce qui est appréciable. Copieux sans être balourd ce nouveau volet montre un certain retour en forme du quatuor qui devra néanmoins faire attention à ne pas retomber dans ses travers, d’où il a failli d’ailleurs ne jamais revenir. En attendant on appréciera progressivement l’ensemble du résultat obtenu par petits bouts, vu que comme à chaque fois avec les transalpins il sera difficile de s’enquiller tout ça d’un seul bloc.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hideous Divinity
Brutal Death Moderne
2024 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  7.22/10

plus d'infos sur
Hideous Divinity
Hideous Divinity
Brutal Death Moderne - 2007 - Italie
  

tracklist
01.   Dust Settles On Humanity
02.   The Numinous One
03.   Against The Sovereignty Of Mankind
04.   Atto Quarto, The Horror Paradox
05.   Quasi-Sentient
06.   Hair, Dirt, Mud
07.   More Than Many, Never One
08.   Der Verlorene Sohn
09.   Mysterium Tremendum
10.   Leben Ohne Feuer

Durée : 51 minutes

parution
22 Mars 2024

voir aussi
Hideous Divinity
Hideous Divinity
Obeisance Rising

2012 - Unique Leader Records
  
Hideous Divinity
Hideous Divinity
Adveniens

2017 - Unique Leader Records
  
Hideous Divinity
Hideous Divinity
Simulacrum

2019 - Century Media Records
  
Hideous Divinity
Hideous Divinity
LV-426 (EP)

2021 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Aborted
Aborted
Terrorvision

2018 - Century Media Records
  
DarkRise
DarkRise
Circles Of Failure

2019 - Punishing Records
  
Aborted
Aborted
Maniacult

2021 - Century Media Records
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Fearmonger

2020 - Century Media Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique