chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Perveration - Putrefaction Of Infinite Apogee

Chronique

Perveration Putrefaction Of Infinite Apogee
La scène brutal death indonésienne est bien connue pour être assez prolifique (on parlera d’ailleurs prochainement de Prolong Anoxia). Il suffit pour s’en convaincre de visiter la page de n’importe quel groupe local sur Metal Archives, si vous allez fouiner dans le line-up et tous les groupes affiliés il y a fort à parier que vous vous retrouviez rapidement avec dix-huit pages bandcamp à écouter…. Ca ne coupe pas ici puisque les deux entités formant Perveration cumulent à elles deux la participation à une bonne quinzaine de groupes parmi lesquels certains parleront peut-être aux plus pointus d’entre vous (Gerogot – bon c’est clairement le plus connu –, Anthropophagus Depravity – dont on reparlera prochainement –, Vertiginous, Dissanity, Innocent Decomposure, Invigorate et une poignée d’autres encore…). Outre le fait d’avoir pour beaucoup d’entre eux un album sorti (ou prévu) en 2024, tous font partis de labels que les brutasses que vous êtes connaissent forcément (Comatose Music, Pathologically Explicit Recordings, New Standard Elite).

Bref avec tous ces éléments et cette magnifique pochette bien rétro vous vous doutez que Perveration ne donne pas dans le crossover-thrash mais bien dans un bon vieux brutal death des familles. Bon, on ne va pas se mentir, le style nous inondant de sorties à un rythme humainement impossible à assimiler, il faut bien souvent faire le tri entre sorties dignes d’intérêt et galettes à oublier aussi vite qu’on les a écoutées. Si je prends le temps d’écrire ces quelques lignes c’est évidemment parce que nos deux Indonésiens ont su mettre tous les curseurs au vert pour faire de ce « Putrefaction Of Infinite Apogee », deuxième album du groupe sorti en février dernier, l’une des bonnes surprises extrêmes du début 2024. S’il me semble bien avoir déjà croisé la route du duo avec « Perversion In Manifest Disease » sorti il y a trois ans, je vous avoue que je n’avais pas spécialement suivi le groupe qui n’a de toute façon rien sorti entre temps et n’accuse aucune scission avec eux-mêmes. Premier atout qui saute aux oreilles dès « Bacterium Decomposition » c’est cette prod en béton, puissante avec des guitares bien grassouillettes, une basse qui gronde fort derrière et une batterie triggée avec retenue. Il en résulte un son bien costaud qui vous remplit les esgourdes d’un brutal death d’influence US et d’obédience foncièrement old-school. Car la jeune formation a beau être née en 2020, c’est plutôt vers la fin des années 90 que lorgnent les dix titres assénés ici, et notamment les mighty Disgorge.

Alors évidemment et comme beaucoup, la plupart, bon ok la totalité de ses acolytes, Perveration ne réinventera rien d’un style on ne peut plus balisé depuis presque trente ans maintenant. Tous les codes de l’USBDM sont de la partie : riffing trente-trois tonnes appuyé par une batterie marteau piqueur (les allergiques aux hammer-blasts repasseront), un gros growl des cavernes, le tout baigné dans une rythmique alternant pied au plancher et décélérations brise nuques. Rien de nouveau donc sur le fond, mais la forme permet à Sahrul et Jossick de tirer leur épingle du jeu. Hormis cette chouette prod signalée plus haut, le riffing qu’elle permet de mettre en valeur s’avère plus étoffé qu’il n’y paraît au premier abord avec bien sûr du gros riff de bûcheron mais également quelques pointes de mélodies bien senties qui viendront enrichir l’ensemble ("Necrocannibalism" par exemple), un usage modérée des harmoniques (merci), le tout en parvenant à capturer l’attention de l’auditeur grâce à une approche certes brutale mais toujours lisible, accrocheuse et pertinente. Les variations de tempo à foison participeront à cette dynamique entraînante, sans donner dans l’épileptique complet, les changements de rythme sont permanents. Évidemment la part belle est donnée aux blasts mais le guitariste/bassiste/batteur est loin de s’en contenter faisant monter et descendre le compteur de bpm dans un style là aussi très classique mais diablement efficace. Ca avoine certes, mais ça suinte le groove sur de nombreux passages qui vous donneront envie de remuer la partie du corps de votre choix. Qui plus est les natifs de Java savent parfaitement vous écraser la couenne avec des breaks bien lourds sans pour autant tomber dans le slam neuneu qui peut s’avérer vite fatiguant.

Souffrant bien évidemment des points faibles inhérents au style lui-même, notamment un aspect redondant qui peut en décourager certains, « Putrefaction Of Infinite Apogee » n’en demeure pas moins grâce à toutes ces qualités citées plus haut un bon voire un très bon album de brutal death bien old-school dans l’esprit comme dans l’exécution, porté par une prod léchée comme on aimerait en entendre plus souvent. Un album qui ne renversera pas la table mais qui saura trouver deux oreilles réceptives et vite conquises auprès de tous les amateurs du genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
04/06/2024 18:03
C'est net, il y a tout ce qui faut ! C'est adopté !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Perveration
Brutal Death Metal
2024 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Perveration
Perveration
Brutal Death Metal - Indonésie
  

tracklist
01.   Bacterium Decomposition  (03:18)
02.   Consuming Maggots Seeds  (02:28)
03.   Eviscerated Innards  (02:58)
04.   Festering Throat  (02:47)
05.   Damaging Excrement  (03:29)
06.   Infernal Apogee  (03:02)
07.   Necrocannibalism  (03:26)
08.   Chaotic Spreading  (03:14)
09.   Devouring Voraciously  (02:50)
10.   Abominable Dismembered  (03:32)

Durée : 31'04

line up
parution
2 Février 2024

Essayez aussi
Benighted
Benighted
ICP
(Insane Cephalic Production)

2004 - Adipocere Records
  
Near Death Condition
Near Death Condition
Evolving Towards Extinction

2014 - Unique Leader Records
  
Moiscus
Moiscus
Idiomorphic Practices (EP)

2023 - Headsplit Records
  
Embryonic Devourment
Embryonic Devourment
Fear Of Reality Exceeds Fantasy

2008 - Deepsend Records
  
Dawohl
Dawohl
Leviathan

2022 - Dolorem Records
  

Mad Throng
Retribution is at Hand
Lire la chronique
Tomb
The Dark Subconscious (EP)
Lire la chronique
Xasthur
Disharmonic Variations
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
Exhumation
Master's Personae
Lire la chronique
Jenner
Prove Them Wrong
Lire la chronique
Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique