chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
119 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Agressor - Neverending Destiny

Chronique

Agressor Neverending Destiny
À quoi bon une énième chronique de ce « Neverending Destiny » hein ? Qu’est-ce qui n’a pas encore été dit sur la carrière sans faute (oui) d’AGRESSOR ? Que pourrais-je bien raconter que vous ne sachiez pas déjà ? Pas grand-chose, certainement rien d’ailleurs. Suite à une série de démos parues entre 1986 et 1989 ainsi qu’au split désormais culte avec LOUDBLASTLicensed to Thrash », 1988), les Antibois sont connus pour avoir été le premier groupe français de metal extrême à signer avec un label international, en l’occurrence les Allemands de Noise Records pour la parution de ce premier LP. Autant te dire qu’à l’époque, Noise, ce n’est pas un vendeur de currywurst à la sauvette, c’est une maison on ne peut plus sérieuse qui, à elle seule, peut faire basculer une carrière.

À ce moment-là de l’histoire, la formation évolue encore en trio, le batteur Thierry Pinck quittant rapidement les rangs pour aller enregistrer le mythique « Disincarnate » et, aussi fou que cela puisse aujourd’hui paraître, l’album reste d’une incroyable actualité. Certes, il y a le constat que le thrash « à l’ancienne » est revenu au goût du jour depuis déjà plusieurs années et qu’il a contribué à réhabituer les oreilles à ce genre de sonorités mais, au-delà de ça, que ce soit en termes d’esthétique, de technique ou de qualité d’écriture, « Neverending Destiny » tient encore la dragée haute à pas mal de monde. Euphémisme.

Evidemment, il y a cette pochette emblématique signée Philippe Druillet, fondateur du mensuel Métal Hurlant et de la maison d’édition Les Humanoïdes Associés et à qui PROTON BURST rendra également hommage en 1994 avec son album « La Nuit », ceci n’étant qu’une petite trace de l’influence majeure qu’a exercée ce monsieur sur toute la scène musicale, avec notamment des pochettes réalisées pour Jimi Hendrix, William Sheller, Philippe Sarde, Pierre Bachelet, ses affiches pour les films « La guerre du feu » ou « Le nom de la rose », l’homme pèse lourd, tout simplement. Et cette illustration réalisée pour AGRESSOR, elle préfigure totalement le logo d’un VEKTOR ainsi que bon nombre d’artwork de la scène Sci-Fi. Des précurseurs mais aussi une prise de risque au regard de ce qui se faisait alors en matière d’illustration. Si tu as un doute, je te laisse rechercher ce qui se faisait en ce temps-là et si tu trouves une contradiction solide, tu as gagné le droit de laisser un commentaire avec le lien adéquat.

Ensuite, musicalement, Alex Colin-Tocquaine a déjà un sens du riff ainsi qu’un niveau technique de dingue. C’est peut-être de famille (WITCHES) mais, par comparaison et pour prendre une formation sensiblement de la même époque, nous sommes alors très au-dessus, en termes de maturité musicale, de « Morbid Visions » et même de « Schizophrenia » : plus brutal, plus complexe également (les plans absolument fous d’un « Voices from Below » par exemple). Il y a évidemment quelques faiblesses, comme le très moyen « Brainstorm » ou des relents de speed metal balbutiant, avec ces cris haut perchés toujours un peu risibles mais, globalement, les dix compostions sont toutes de pures avoines. C’était somme toute assez rare en 1990 que d’entendre des musiciens développer une telle technicité alliée à la vitesse (« Bloody Corpse »).

Afin de faire sonner le tout correctement, c’est bien entendu un studio berlinois qui a accueilli les Français, le Sky Track, chez qui était par exemple passé CORONER pour « Punishment for Decadence » puis « No More Color » (et il y retournera pour enregistrer son phénoménal « Mental Vortex »), le mixage quant à lui étant confié aux Suédois du Montezuma Studio. Il faut dire qu’à l’époque ces pays étaient bien plus avancés que la France pour canaliser la brutalité, le résultat étant que la production reste d’une modernité sans faille : claire, puissante, mettant parfaitement en lumière toute la richesse des riffs.

Je n’occulte pas non plus le boulot réalisé par Laurent Luret à la basse. Même si l’on sent bien que « Neverending Destiny » est avant tout un album de guitares, on entend suffisamment les quatre cordes pour comprendre que le mec tartine à mort, parfaitement calé sur une batterie qui blaste fort. Et si l’album penche plus du côté d’un thrash metal complexe et brutal que du death radical à venir (« Towards Beyond »), il semble évident que l’on a là une pièce de choix dans l’histoire du genre, au niveau hexagonal c’est une évidence, mais également à l’échelle internationale tant ce disque demeure d’une justesse rare. Tout simplement impitoyable et trop souvent oublié.

J’ai trop parlé du contexte et pas assez du contenu musical ? En deux clics, il est possible d’accéder au disque, nul besoin de vanter les mérites de chaque chanson, elles sont là, accessibles depuis plus trente ans, donc soit tu réalises un acte patriote et tu arrêtes d’aller chercher à l’extérieur ce que l’on compose, en souvent mieux, à l’intérieur, soit tu… Je ne sais pas en fait, tu continues à faire ce que tu faisais, ignorer la scène nationale, de toute façon ce n’est pas maintenant que la donne changera pour AGRESSOR.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
06/06/2024 09:07
Trop bien cette chronique pour album qui l'est tout autant!
Raziel citer
Raziel
06/06/2024 07:10
Très bel album. Une époque où tout était à faire, tout était possible.

Et une belle chro !

Cvlte de la pochette au contenu.
Dantefever citer
Dantefever
05/06/2024 20:31
J'ai écouté cet album pour la première fois la semaine dernière. Très chouette. Rapide, technique, mélodique, agressif... Je pige pourquoi les gars de Mayhem aimaient tant ce groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Agressor
Death / Thrash
1990 - Noise Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (1)  9.5/10

plus d'infos sur
Agressor
Agressor
Death / Thrash - 1986 - France
  

tracklist
01.   Paralytic Disease  (02:51)
02.   The Unknown Spell  (02:20)
03.   Elemental Decay  (04:48)
04.   Voices From Below  (03:20)
05.   Neverending Destiny  (03:40)
06.   Prince Of Fire  (03:37)
07.   Dark Power  (05:49)
08.   The Arrival  (02:37)
09.   Brainstorm  (02:57)
10.   Bloody Corpse  (04:37)

Durée : 36:36

line up
parution
23 Juillet 1990

Essayez aussi
Soilwork
Soilwork
The Chainheart Machine

1999 - Listenable Records
  
Divinity
Divinity
The Singularity

2010 - Candlelight Records
  
Violentada
Violentada
Screaming Skulls (Démo)

2010 - Autoproduction
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  
HateSphere
HateSphere
Hatesphere

2001 - Scarlet Records
  

Mad Throng
Retribution is at Hand
Lire la chronique
Tomb
The Dark Subconscious (EP)
Lire la chronique
Xasthur
Disharmonic Variations
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
Exhumation
Master's Personae
Lire la chronique
Jenner
Prove Them Wrong
Lire la chronique
Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique