chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Schattenfang - Perdurabo

Chronique

Schattenfang Perdurabo
Normal de trouver beaucoup de groupes allemands dont le nom commence par « Schatten », puisque cela signifie « ombre »... C’est donc comme toutes ces formations qui contiennent le mot « shadow ». Quant à « Fang », cela se traduira ici par « la capture », ou « le piège ». Nous sommes donc en présence d’un « attrape-ombre ». Et il a plutôt réussi son coup puisqu’il est resté dans l’ombre depuis sa formation, qui remonte déjà à 2010. Il a pourtant sorti deux albums jusqu’à maintenant, un en 2012, l’autre en 2018. Il avait laissé 6 ans entre les deux sorties, c’est à nouveau le rythme qui lui a été nécessaire pour revenir avec ce Perdurabo.

Mais s’il a été dans l’ombre très longtemps, cette nouvelle sortie a tout pour mettre la lumière sur lui, car elle est d’une qualité quasiment irréprochable ! SCHATTENFANG a changé de style depuis ses débuts, et il est devenu bien plus mature, avec un black metal atmosphérique désormais de haute volée, terriblement bien maîtrisé, capable de séduire en quelques secondes uniquement. Vraiment. Dès les premières notes de « Wolfsdrang », des nappes de volupté nous enrobent et les premiers riffs nous font décoller instantanément. Les vocaux apparaissent et leur chant en allemand rugueux finit de nous convaincre. C’est vraiment réussi, très immersif !

Mais le plus fou, c’est sans doute que les morceaux s’enchainent et ne perdent pas en intensité. Il y a des variations et des éléments bien trouvés qui font oublier les quelques répétitions. La deuxième piste, « In Flammen », intègre par exemple des dialogues de film allemand en introduction ainsi que pour former un break en plein milieu. On constate donc une qualité régulière. Troisième morceau, quatrième morceau, cinquième morceau... Et... il y en a un paquet dis donc ! Oups, Perdurabo est effectivement un double album contenant 13 morceaux au total... Et ils sont tous longs, accumulant presque 1h30 de jeu.

« Si c’est bien alors tant mieux ! », « Plus c’est long, plus c’est bon ! » ? Eh bien non, car quelle que soit l’excellence des compositions, il y a forcément un moment où l’on décroche, où la concentration est mise à mal. C’est vraiment dommage que la formation ait décidé de placer autant de morceaux sur une seule galette, car l’indigestion ou l’impatience est inévitable. Il faut découper soi-même son écoute, et choisir d’écouter telle ou telle partie, au lieu de tenter de tout brouter d’un coup. Le groupe a voulu tout proposer en une seule fois parce que ces morceaux forment un tout et racontent une histoire, mais pour l’auditeur, c’est trop. Il devra alors être intelligent et organiser son écoute, ce qui devrait lui permettre de profiter de chaque moment, et de se rappeler parfois les sensations provoquées par un LUNAR AURORA ou un NARGAROTH...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Schattenfang
Black Metal Atmosphérique
2024 - Northern Fog Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Schattenfang
Schattenfang
Black Metal Atmosphérique - 2010 - Allemagne
  

tracklist
Disc 1
01.   Wolfsdrang
02.   In Flammen
03.   Das Meer in uns
04.   Feuertaufe
05.   Non Omnis Moriar
06.   Des Frühlings kalter Glanz
07.   Insomnia
Disc 2
01.   Septembermorgen
02.   Weißes Rauschen
03.   Leere
04.   Seelenwanderung
05.   Ars Memoriae
06.   Ars Oblivionalis

Durée : 86:13

parution
30 Avril 2024

Essayez aussi
Inherits the Void
Inherits the Void
The Impending Fall of the Stars

2023 - Avantgarde Music
  
Árstíðir Lífsins
Árstíðir Lífsins
Aldafǫðr Ok Munka Dróttinn

2014 - Ván Records
  
Bacchus
Bacchus
Bacchus (EP)

2021 - Solar Asceticists Productions
  
Firtan
Firtan
Okeanos

2018 - Art Of Propaganda
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Christcrusher

1998 - Spinefarm Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique