chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
119 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

In Vain - Solemn

Chronique

In Vain Solemn
Découverte et “coup de coeur” de cette belle année 2013 (oui un excellent crû, je vous invite à jeter un oeil à notre bilan), In Vain n’arrivera malheureusement pas à réitérer la grandeur de Ænigma sur l’opus suivant Currents, préférant délaisser ses expérimentations au profit d’une musique plus “directe” et “accrocheuse”... La saveur en moins. Beaucoup resteront ainsi sur leur faim et l’attente sera longue mais nous y sommes, presque six années ont passé et la poussière accumulée sur leur dernière galette, le groupe norvégien est enfin de retour pour un cinquième opus. Un line-up identique mais désormais épaulé d’un batteur permanent, Tobias Øymo Solbakk (Ihsahn), toujours emmené par son guitariste et compositeur principal Johnar Håland. Remarquez cet artwork “doomy” sobre et classieux de l’Espagnole Lara Bujanda (Subterranean Prints).

Dans un style proche et à deux mois d’intervalle, le frontman Sindre Nedland (désormais ex-Funeral) répond à son grand frère Lars chez Borknagar. Une comparaison qui fait sens, comme un alter ego plus virulent et “death metal”. Son chant clair déjà exceptionnel gagne encore en justesse et en émotion, il viendra littéralement transcender chaque morceau de ce Solemn. Les refrains “To The Gallows” (comme un air de Dredg), “Season Of Unrest” et “Where the Winds Meet” comme vitrine de ses prouesses vocales. Un spectre uniquement, car oui c’est bien lui qui pousse le chant “lead” guttural (depuis Currents). Des modulations impressionnantes qui font particulièrement contraste avec le criard du deuxième frontman qui lui paraîtra encore bien poussif et même agaçant. Uniquement pour meubler ? In Vain, vous savez quoi faire. En fondation de ce metal bigarré, le guitariste Johnar Håland qui délivre à ce jour ses compositions les plus abouties.

Les références du compositeur sont assez larges, mais dans ce style les incontournables Opeth, Disillusion ou Ne Obliviscaris pourront se rapprocher. A noter la production et le mixage exemplaire (écoute au casque de mise) du fameux Jens Bogren (au CV tenant sur dix pages, les sources musicales d’In Vain en font partie). “To The Gallows” ou “Where the Winds Meet” à l’introduction black metal pour finalement faire un virage à 180° ou carrément balancer du trombone. A l’instar d’Ænigma, le groupe norvégien n’hésitera pas à placer des instruments parfois incongrus dans le monde “metal” (saxophone, trombone, trompette, violon ou violoncelle dans la liste des “guests”). Tout cela en arrivant à rester cohérent et relativement “pondéré” (pas de “nawak” donc). Outre le chant enivrant de Sindre, un fil conducteur tenu par le travail mélodique de chaque morceau (l’imparable “Where the Winds Meet”), soli compris du lead guitariste (“Shadows Flap Their Black Wings”, la démonstration “Beyond The Pale” ou “Blood Makes the Grass Grow”). De quoi nous faire oublier Ænigma ? Presque. Comme pour Currents on subira des passages à la limite du famélique (“At the Going Down of the Sun”) et qui auraient pu être à mon sens amputés (le format 45 minutes aurait aussi bien fonctionné). C’est assez frustrant car la fin d’album laisse un goût amer alors que tout le reste est d’une qualité remarquable. Cela n’empêchera pas de se remettre le disque en platine.

Il aura fallu attendre 11 ans pour que In Vain délivre un véritable successeur à Ænigma. Légèrement en deça du niveau de ce dernier certes, quelques baisses de régimes (notamment en fin de galette) et des passages rudimentaires qui avaient entachés Currents. Mais porté par ses piliers que sont le frontman au chant et le guitariste compositeur, In Vain n’a pas à rougir de la comparaison du groupe de son grand frère, Borknagar. 1h de metal extrême léché à la fois mélodique, frissonnant, planant et même virulent. Cela ne m’étonnerait guère un prochain brûlot au sein de Century Media ou Season Of Mist, un passage de grade amplement mérité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
13/06/2024 15:00
Après 3-4 écoutes, je serais peut-être un poil plus mesuré que toi même si globalement, je suis d'accord.
C'est pas au niveau d'Ænigma mais c'est infiniment supérieur à Currents. Le chant est toujours au top et les guitares ont enfin retrouvé un peu de niaque après le puits d'ennui qu'était le précédent.
Faut que je le fasse tourner un peu plus mais un retour qui fait plaisir, c'est sûr ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Vain
Death/Black progressif
2024 - Indie Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  7.86/10

plus d'infos sur
In Vain
In Vain
Death/Black progressif - 2003 - Norvège
  

vidéos
Shadows Flap Their Black Wings
Shadows Flap Their Black Wings
In Vain

Extrait de "Solemn"
  

tracklist
01.   Shadows Flap Their Black Wings  (07:13)
02.   To the Gallows  (06:37)
03.   Season of Unrest  (07:38)
04.   At the Going Down of the Sun  (07:55)
05.   Where the Winds Meet  (06:06)
06.   Beyond the Pale  (06:19)
07.   Blood Makes the Grass Grow  (05:43)
08.   Eternal Waves  (06:30)
09.   Watch for Me on the Mountain  (06:56)

Durée : 01:00:57

parution
19 Avril 2024

voir aussi
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  
In Vain
In Vain
Currents

2018 - Indie Recordings
  

Essayez aussi
Haunter
Haunter
Discarnate Ails

2022 - Profound Lore Records
  
Shabti
Shabti
Trembling And Shorn

2019 - Autoproduction
  
Barús
Barús
Drowned

2018 - Memento Mori
  
Dysylumn
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)

2016 - Egregor Records
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  

Mad Throng
Retribution is at Hand
Lire la chronique
Tomb
The Dark Subconscious (EP)
Lire la chronique
Xasthur
Disharmonic Variations
Lire la chronique
Oozing from the Netherworld
Cryptworm + Slimelord
Lire le live report
Exhumation
Master's Personae
Lire la chronique
Jenner
Prove Them Wrong
Lire la chronique
Nightside
Death From The North
Lire la chronique
Yattering
Human’s Pain
Lire la chronique
Speed
Only One Mode
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Earth Crisis
All Out War (EP)
Lire la chronique
Uttertomb
Nebulas Of Self-Desecration
Lire la chronique
Konkhra
Weed Out the Weak
Lire la chronique
Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique