chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Amenra - Skunk

Chronique

Amenra Skunk (Film)
Parmi les groupes de sludge que j’adore, Amenra occupe une place à part tant leur doom est atypique, prenant, habité et hors des sentiers battus. Mass VI, leur chef d’œuvre, de l’album au live, résonne encore en moi des années après leur sortie. Et si De Doorn était un poil en dessous – comment ne pas l’être ? – ce Skunk est une parenthèse dans la discographie du groupe. Et également dans mes chroniques d’albums !

En effet, il s’agit là, non d’un album d’Amenra à proprement parler, mais de la BO du film Skunk du réalisateur belge Koen Mortier. Adapté d’un livre de Geert Taghon, s’inspirant de son expérience en tant que travailleur social, Skunk (le putois mais aussi une variété de cannabis) se penche sur le destin d’une famille compliquée – dysfonctionnelle – dont le quotidien est pour l’essentiel marqué par la violence et l’alcool. Le film est tourné au travers des yeux du fils, un jeune garçon abandonné parmi les siens, enfermé plusieurs années dans un sous-sol à regarder le même film, harcelé à l’école et finalement placé dans une institution où il tentera de trouver une famille parmi ses camarades de galère… et les chevaux.

Profondément sombre, ce film devait avoir une bande son à l’unisson. C’est le cas. Et si le projet était suivi de près par les fans d’Amenra, c’est parce que le chanteur du groupe Colin H. van Eeckhout y incarne le père du personnage principal. Avec une moyenne de 3 minutes par morceaux, difficile d’imaginer le développement d’ambiances variées et de retrouver les montées en puissance et les alternances calme / tempête propres au groupe belge. Une autre voie, dark ambiant, a été trouvée.

Second Coming démarre ainsi sous des auspices classiques, avec une montée lente, une sorte de tourbillon qui ne laisse échapper que quelques notes fragiles, mélodieuses, par intermittence durant tout le titre, conçu comme une intro et qui enchaîne sur une autre ambiance avec Tar, le second titre, plus menaçante cette fois-ci, plus souterraine, qui sert de cassure stylistique. Plus spatiale, plus rampante, l’atmosphère dégagée par Tar est aussi plus directement prenante. L’immersion se fait toutefois sans aucune violence, sans guitare ni batterie, simplement par nappes de clavier successives, telles des vagues heurtant la falaise. Execution prend la suite avec des boucles plus nettement drones, encore plus menaçantes.

The Purest Form et Uit Handen coupent cette BO en son centre avec une accalmie merveilleuse et une voix enchanteresse, comme si l’on assistait à la rédemption du jeune garçon, comme si on le voyait courir au milieu des chevaux, l’esprit enfin apaisé. Ces deux titres, proprement lumineux, inspirent l’espoir après le drame, le calme après la tempête, la vie après la (quasi) mort. Song to the Siren est encore plus enchanteur, assise sur du spoken words et une mélodie solaire qui semble clôturer le voyage initiatique du jeune garçon vers la lumière.

Small God clôture la BO par un retour à la case départ qu’on interprétera comme on le souhaite : blessures qu’on ne peut jamais vraiment effacer, bagage infernal qu’on traîne avec soi toute une vie, peu important ses efforts pour s’en délester…

Mais en tout état de cause, cette BO est magnifique et mérite qu’on s’y attarde même s’il ne s’agit pas là, évidemment, d’un nouvel album du combo.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amenra
BO ambiant
2024 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Amenra
Amenra
Post-Metal - 1999 - Belgique
  

tracklist
01.   Second Coming
02.   Tar
03.   Execution
04.   The Purest Form
05.   Uit Handen
06.   Song to the Siren
07.   Small God

Durée : 23:50

parution
2 Février 2024

voir aussi
Amenra
Amenra
Mass V

2012 - Neurot Recordings
  
Amenra
Amenra
Mass III - II

2006 - Hypertension Records
  

Essayez aussi
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Crypt Of Ancestral Knowledge (EP)

2023 - Relapse Records
  
Dorminn
Dorminn
Dorminn (EP)

2019 - Antiq Records
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  
Sol
Sol
Promethean Sessions

2023 - I, Voidhanger Records
  
Striborg
Striborg
Through the Melancholy Tunnel of Despair

2022 - Autoproduction
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique