chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
100 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Missing Link - Watch Me Bleed

Chronique

Missing Link Watch Me Bleed
Si certaines scènes locales se sont vues dépérir faute d’acteurs impliqués à 100% (des groupes au réseau associatif en passant évidemment par le public sans qui rien ne serait possible), d’autres n’ont clairement jamais eu ce genre de problématiques. Aussi, peu importe les modes et l’intérêt parfois vacillant et plus ou moins intéressé des médias, New York est encore quarante ans plus tard l’une des scènes les plus prolifiques et les plus actives qui soient en matière de Hardcore.

Né durant la pandémie de Covid 19, Missing Link est un groupe encore assez jeune qui s’articule autour de quelques protagonistes relativement connus chez les initiés. On va en effet y retrouver Evan Perino (guitare) de Blood Runs Cold, Chris McCarthy (guitare) d’Internal Bleeding, Niko Hansen (guitare) de Pain Of Truth et Out For Justice, Victor Klipp (basse) de Heal et enfin Paul Dove (batterie) de Recon et World Of Pain. A cette liste il convient également d’ajouter un certain Mike Ryan que l’on va donc retrouver ici derrière le microphone. Toutes ces références, si elles laissent à penser que l’on n’aura pas à faire au groupe le plus futé que la scène new-yorkaise ait enfanté, devraient néanmoins susciter chez les amateurs de Hardcore éclairés un semblant d’intérêt.

Ainsi, après deux EPs parus en 2020 (My Time On The Cross, Retribute Records) et 2022 (No Saving Grace, Never Ran Never Will Records), Missing Link a naturellement choisi d’enclencher la seconde avec la sortie il y a quelques jours de son premier album. Un disque intitulé Watch Me Bleed paru cette fois-ci chez Triple B Records ce qui devrait ainsi leur permettre de monter en grade et surtout de gagner en exposition. Produit de bout en bout par Andy Nelson au célèbre Bricktop Recording Studio de Chicago (Weekend Nachos, Harms Way, 200 Stab Wounds, Eternal Sleep, Pain Of Truth, Jesus Piece, Inclination, Buggin’, Gridrion...), ce premier album s’impose dès les premiers instants grâce à sa production particulièrement virile. Un son effectivement imposant et massif au service de compositions, on s’en doutait, dénuées de toute finesse et d’intelligence.

Bien décidés à casser des bouches sans révolutionner le game, les lascars de Missing Link vont inscrire leur musique dans une démarche tout ce qu’il y a de plus classique. Un Hardcore métallique d’obédience new-yorkaise avec une pointe de Beatdown histoire de fracasser le sol à coups de "stomp" et autres mouvements façon "Karate Dance Style"... Cousue de fil blanc, cette petite demi-heure des plus musclées va donc dérouler à peu de chose près tous les poncifs inhérents au genre sans jamais se soucier de sortir des sentiers battus.
Préférant miser sur le groove plutôt que sur l’urgence découlant d’accélérations menées pied au plancher, Missing Link va donc agrémenter généreusement ces onze morceaux de riffs parpaings, de tapis de double punitifs et de breaks à devenir complètement zinzin. Une approche bien lourdingue et écrasante qui en appelle autant à la scène Death Metal (celle de New York évidemment) qu’aux premiers albums de Crowbar ou à la scène Beatdown (elle aussi essentiellement new-yorkaise). Si vous n’êtes donc pas clients de riffs chaloupés bien boursoufflés et de rythmiques plombées dans votre Hardcore il y a alors peu de chances pour que vous succombiez aux charmes pourtant terriblement convaincants de Missing Link.
Malgré tout, si la cadence est effectivement balourde, on compte tout de même ici et là quelques accélérations et autres passages moins grassouillets qui comme toujours permettent d’apporter un semblant de variété à l’ensemble et ainsi rompre avec le caractère un brin monotone de compositions qui après tout se ressemblent beaucoup les unes les autres. De "New York Minute" à 0:56 à "Crusade" à 0:23 aux premières secondes tout en blast ou presque de "I Want To Kill You (PT. 2)" en passant par "See Ya Later" à 0:35 ou "Genuflect" à 4:34, ces quelques séquences sont effectivement l‘expression d’une formule bien plus directe et immédiate qui permet de brièvement varier les plaisirs.

Pour autant, en dépit de cette approche réservant effectivement bien peu de surprises, Watch Me Bleed laisse tout de même entrevoir quelques libertés intéressantes. De manière plus ou moins directe, celles-ci sont toutes liées à ces collaborations vocales signées Justice Tripp (Trapped Under Ice, Angel Du$t...), Richie Mancuso (Comin’ Correct, Wisdom In Chains, Boxcutter...), Matt Karll (Gridiron...), Dustin Lovell, Bruce Lepage (100 Demons, Pushbutton Warfare) et même Eloise Chamber. Des featurings qui avec toutes ces tessitures différentes viennent forcément changer la donne. Mais outre certains timbres de voix effectivement très vite reconnaissables (Matt Karll en tête) que l’on est content de retrouver (Bruce Lepage), on appréciera également ces lignes de chant plus mélodiques entendues par exemple sur "Scraps For The Dog" à 0:50, "Crusade" à 1:24 ou "Genuflect" à 2:01. Derrière ses airs de gros dur qu’il joue à la perfection, Missing Link n’est donc pas sans s’autoriser quelques moments plus doux et subtils. Alors non, ce n’est pas avec ces brèves séquences que les Américains iront accrocher l’étiquette « Melodic Hardcore » à leur formule mais une chose est sûre, ces écarts ne feront que du bien à ce Hardcore autrement plus compact et brutal.

À la manière du premier album de Pain Of Truth blindé lui aussi d’invités de renom, Watch Me Bleed doit une partie de son intérêt à ces collaborations. Cependant, ce serait faire erreur que de croire que c’est en cela que réside son seul aout. En dépit d’une formule effectivement sans surprise, ce premier album aussi bête que méchant ravira une fois de plus les amateurs de Hardcore bas du front bien décidés à se mettre sur la gueule avec qui que ce soit. Bref, si vous cherchez à rafraichir la bande son qui vous sert de défouloir, inclure Watch Me Bleed en son sein serait sûrement une bonne idée. Toujours pas de quoi crier au génie mais c’est effectivement bien suffisant si l’on veut perdre quelques calories avant la plage cet été...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
28/06/2024 10:05
note: 8/10
Sosthène a écrit : Il inflige une sévère correction ce Missing Link ! La grosse patate !

À Paris dimanche soir Clin d'oeil
Sosthène citer
Sosthène
27/06/2024 18:17
Il inflige une sévère correction ce Missing Link ! La grosse patate !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Missing Link
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Missing Link
Missing Link
Hardcore - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Pillar Of Salt  (02:29)
02.   New York Minute  (02:08)
03.   Scraps For The Dog  (02:26)
04.   Numbers On The Board  (02:58)
05.   Glory Or Death  (02:37)
06.   Another Cross  (02:35)
07.   Crusade  (02:00)
08.   I Want To Kill You (PT. 2)  (01:45)
09.   Pillory  (02:24)
10.   See Ya Later  (02:14)
11.   Genuflect  (06:24)

Durée : 30:00

line up
parution
7 Juin 2024

Essayez aussi
Sanction
Sanction
The Infringement Of God's Plan

2017 - Reconsider Records
  
End It
End It
Unpleasant Living (EP)

2022 - Flatspot Records
  
Congress
Congress
Blackened Persistance

1995 - Goodlife Recordings
  
Expire
Expire
Pendulum Swings

2012 - Bridge Nine Records
  
Catharsis
Catharsis
Passion

1999 - CrimethInc.
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique