chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Holycide - Towards Idiocracy

Chronique

Holycide Towards Idiocracy
Dave Rotten (AVULSED, entre autres) a une nouvelle fois rassemblé autour de lui une équipe de fines lames pour l’accompagner dans son projet thrash metal : HOLYCIDE. Même si la formation est déclarée active depuis 2004, les choses ont réellement commencé à bouger en 2013 avec la démo « No Escape », « Towards Idiocracy » étant donc le troisième LP du aujourd’hui quintette.

Si des doutes subsistaient quant aux intentions des musiciens, un simple coup d’œil sur les différentes pochettes suffira à clarifier la situation : un gros balèze armé jusqu’aux dents qui fout le feu partout, décapite et casse des bouches, il n’y a guère que l’EP « Toxic Mutation » (2015) qui échappe à cette ligne éditoriale. Du côté des paroles, les mecs clament leur désamour de la technologie (« A.I. Supremacy » ; « Technophobia ») et du pouvoir corrompu (« Power Corrupts »), des sujets modernes voire sociétaux assez communs dès lors qu’il s’agit de ce genre musical. Quant aux influences, si jamais la mascotte guerrière ne vous avait pas mis sur la voie, il faudra les chercher du côté de l’Allemagne, à commencer par l’inusable SODOM.

Moi, tout ça, ça m’avait mis en appétit. Il y a une troupe chevronnée, je suis généralement très preneur des travaux du père Rotten, surtout chez PUTREVORE et CHRIST DENIED (dont il faudrait que je parle à l’occasion), mais le problème c’est qu’ici ce n’est pas de death metal dont il est question. Et en matière de thrash joué avec un son moderne mais usant des ficelles ancestrales, je ne cache pas une pointe de déception. J’ai beau multiplier les écoutes, je ne retiens quasiment rien des dix compositions, le souvenir de l’une chassant immédiatement l’autre. Très orienté heavy, insuffisamment extrême à mon goût, le rendu sonne bien trop classique à mes oreilles et je regrette amèrement la voix si joliment gutturale du leader. Tout est pourtant parfaitement exécuté, il ne s’agit pas d’une sortie « torchon » où les mecs auraient bâclé leurs parties juste pour obtenir une ligne de plus sur la feuille de paye : travail d’écriture et de structure des morceaux, solos à foison, déferlantes de rythmiques menées à la double, riffs saccadés ou déliés, alternances d’accélérations et de ralentissements efficaces, chant accrocheur, je trouve juste qu’il y a une absence de personnalité flagrante au regard des CV, je lui préfère largement des trucs plus confidentiels tel qu’un AGGRAVATOR par exemple, pas techniquement meilleur mais bien plus original.

Sans compter que, bon, le discours sur « l’informatique ce n’est pas bien et les hommes politiques ils sont tous méchants », ça commence tout de même à faire vieux ronchons. Il le sait sans doute que s’il n’était pas à la tête de Xtreem Music, rien ne garantit que ce « Towards Idiocracy » pourrait sortir sous quatre formats différents (CD, digital, cassette, vinyle) et que son statut de dirigeant lui octroie peut-être des privilèges qu’un subalterne n’aurait pas… Bref, je sors du cadre et m’égare. Par conséquent que faudrait-il retenir de cette nouvelle parution ?

D’abord, admettre que ces messieurs savent y faire. À défaut de faire preuve d’une inspiration magique, je noterai la qualité de l’exécution de ce thrash metal puissant, empreint d’un esprit heavy somme toute appréciable. Ensuite, il y a la technique ici déployée : ça riffe fort, avec précision, évidemment que les géniteurs sont passés depuis longtemps maîtres dans le tronçonnage. Enfin, il y a qu’il est toujours plaisant d’avoir quelques bonnes tapas à grignoter, même si j’aurais préféré moins de tortillas étouffe-chrétien et un peu plus de guindillas. Aussi vaudra-t-il peut-être mieux se réjouir : quarante minutes idéales pour l’été, un album taillé pour les festivals en plein air, simple et authentique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sosthène citer
Sosthène
04/07/2024 19:31
note: 7/10
Deathrash a écrit : Je sais pas comment vous faites pour vous fader du Thrash aussi générique, ça pourrait être fait par une IA.
Et la voix est affreuse.

Même si gros respect au sieur Dave Rotten pour son implication dans le Metal extrême, et avec toute la sympathie que j'ai pour le bonhomme, j'y arrive pas.


Le commentaire est viril mais correct comme on aime à dire au rugby quand il y a des tampons :-) Le disque est surtout décevant au regard des mecs qui jouent, il n'y aurait que d'illustres inconnus, je l'aurais peut-être trouvé prometteur. Là, oui ça enfile les poncifs et Rotten devrait se contenter de growler, c'est certain.
Deathrash citer
Deathrash
04/07/2024 17:07
Je sais pas comment vous faites pour vous fader du Thrash aussi générique, ça pourrait être fait par une IA.
Et la voix est affreuse.

Même si gros respect au sieur Dave Rotten pour son implication dans le Metal extrême, et avec toute la sympathie que j'ai pour le bonhomme, j'y arrive pas.
Sosthène citer
Sosthène
03/07/2024 09:32
note: 7/10
J'avoue, je n'ai pas pris le temps d'écouter les disques précédents pour comparer avec ce dernier. Cela n'enlève rien au fait que c'est un plaisir bien trop fugace dont je ne retiens effectivement pas grand-chose post écoute.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/07/2024 09:20
note: 7/10
Du même avis que toi, le groupe est un bon outsider dans le genre mais tout ça s'oublie rapidement tant ça oscille entre le sympa et le quelconque... rien de mauvais mais rien de mémorable non plus, comme d'habitude avec le groupe en fait ! Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Holycide
Thrash Metal
2024 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Holycide
Holycide
Thrash Metal - 2004 - Espagne
  

formats
tracklist
01.   A.I. Supremacy  (03:15)
02.   Towards Idiocracy  (03:49)
03.   Remote Control  (04:17)
04.   Lie Is the New Truth  (03:42)
05.   Power Corrupts  (04:30)
06.   Technophobia  (03:17)
07.   Angry for Nothing  (03:53)
08.   Chemical Dependency (Atrophy cover)  (03:03)
09.   Pleased to Be Deceived  (04:46)
10.   Flamethrower 'Em All  (04:24)

Durée : 38:56

line up
parution
6 Juin 2024

Essayez aussi
Headhunter
Headhunter
A Bizarre Gardening Accident

1992 - Major Records
  
Hatred
Hatred
Madhouse Symphonies

2008 - Twilight-Vertrieb
  
Antagonism
Antagonism
First In, First Out

2023 - Autoproduction
  
Tabahi
Tabahi
Thrash For Justice

2023 - CDN Records
  
Witchburner
Witchburner
Demons

2010 - Evil Spell Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique