chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Devourment - Molesting The Decapitated

Chronique

Devourment Molesting The Decapitated
Y'a des groupes comme ça, qui en un seul album, deviennent cultes. C'est le cas de Devourment et son Molesting The Decapitated.

1995, Dallas, TX. Brad Fincher et Braxton Henry, respectivement batteur et guitariste de Necrocide, ainsi que Wayne Knupp (chanteur de Me-At-Us), décident de fonder un groupe qui repousserait les limites de tout ce qui a déjà été entendu en matière de musique extrême. Finalement, Braxton Henry fondera DeadIndustry et sera remplacé par Brian "Brain" Wynn. Le groupe sort alors un CD promo contenant deux titres: "Shroud Of Encryption" et "Festering Vomitous Mass". Le trio devient ensuite quintette quand le guitariste Kevin Clark (Sintury) et le bassiste Mike Majewski rejoignent les rangs du groupe. Les Texans enregistrent alors un nouveau morceau, "Choking On Bile", qui ajouté au CD promo, va leur permettre de sortir une démo, Impaled (1997). Malheureusement, Wayne Knupp quitte le groupe peu après. Arrive alors un nouveau chanteur, Ruben Rosas (Detrimental). Avec ce line-up, Devourment signe sur United Guttural Records et sort en 1999 son premier album, Molesting The Decapitated.

Et là c'est la grosse claque. On pensait avoir tout entendu niveau brutalité, et bien non, Devourment va encore plus loin. Jesus-Marie-Joseph, mais comment est-ce possible? C'est "simple": prenez le brutal death de la scène new-yorkaise instigué par Suffocation et poussez le concept jusqu'au bout. Il en résulte un album d'une brutalité sans précédent, créateur d'un nouveau genre souvent baptisé TXDM (Texas Death Metal). Devourment nous entraîne là où personne n'avait osé s'aventurer auparavant, croyant sans doute être arrivé dans un cul-de sac. Mais là-derrière se cachaient des contrées encore inexplorées et Devourment s'est empressé de désintégrer le mur isolant qui les séparait du monde de l'audible, à coups de riffs d'une lourdeur dont il serait un euphémisme de qualifier de pachydermiques. C'est là que réside le secret de Devourment: des riffs pesants extrêmement brutaux et surtout mémorables par leur côté groovy ("Postmortal Coprophagia", "Devour The Damned"...). Disons le carrément, Devourment, c'est dansant (écoutez "Molesting The Decapitated", un tube pour boîtes de nuit!)! Mais le combo ne s'arrête pas là. Il joue avec les tempi, comme si le rythme était une pâte malléable que les Texans s'amuseraient à tendre puis à compacter, puis à retendre et à recompacter. De blasts ultra-rapides (gravity blasts inside même!), on passe d'un coup à un tempo d'une lenteur aussi pesante que jouissive ("Choking On Bile", "Self Disembowelment", "Fucked To Death"...). L'effet est garanti ! Inutile de chercher quelconque concession dans cette démonstration des plus viriles, il n'y en a pas. Pas la moindre petite mélodie ou le moindre petit solo, même le plus chaotique qui soit.

La production sied à merveille à la brutale lourdeur de Devourment mais la vitesse, combinée au son massif des guitares, est parfois telle qu'on ne finit par plus rien discerner de ce joyeux bordel. La batterie, très sèche, manque quant à elle un peu de puissance je trouve. Les nombreuses mosh-parts finissent également par se ressembler quelque peu. Voilà les seuls reproches que l'on pourrait faire à cet album.

Pour le reste, on ne peut que s'incliner devant l'efficacité du contraste entre accélérations supersoniques et décélérations écrasantes. En ce qui concerne le chant, on suit également la direction jusqu'au boutiste prise par la formation texane. Les vocaux sont ainsi ultra gutturaux, gores à souhait et complètement incompréhensibles, même avec les paroles sous les yeux! La comparaison avec le bruit que fait un évier qui se débouche me semble la plus proche de la réalité. Certaines vocalises m'ont éalement fait penser à des sortes de gargouillis de grenouilles ("Festering Vomitous Mass")! On en vient à se demander si c'est réellement un humain derrière le micro! J'ai fait allusion aux paroles, parlons-en brièvement donc. Trois mots: gore, gore, et gore, on est toujours dans la branche extrême de l'extrêmisme le plus extrême. J'ai personellement un petit penchant pour "Postmortal Coprophagia".

Mais pour gagner le statut de culte, le fait d'avoir redéfini les frontières musicales ne suffit pas. Il faut une belle histoire derrière. C'est ainsi que le jour même de la sortie de Molesting The Decapitated, le chanteur Ruben Rosas se fait arrêter par la police à la sortie d'un concert. Décidant dans un premier temps d'arrêter là l'aventure, Devourment se reforme peu après avec le chanteur originel Wayne Knupp mais sans le guitariste Brian "Brain" Wynn, remplacé par...Braxton Henry. Devourment va ainsi composer un nouveau morceau, "Babykiller" et sortir 1.3.8 (2000), compilation qui regroupe la démo Impaled et ce Molesting The Decapitated, ainsi que "Babykiller". Puis le groupe finit par réellement splitter en 2002.

La sortie de Molesting The Decapitated a donc vu la naissance d'un nouveau sous-genre underground, ce fameux TXDM, auquel vont se rattacher tout un tas de groupes du sud des Etats-Unis. A la fois brutal comme jamais et étonnamment groovy et accrocheur, Devourment s'est imposé tout de suite comme une nouvelle référence. Un peu comme Terrorizer et son World Downfall, Devourment a tapé très fort du premier coup, coup qui sera longtemps le seul (condition qui en fait encore plus un groupe culte). Mais voilà que sorti de prison après 2 ans et demi passés derrière les barreaux, Ruben Rosas décide de redonner vie au monstre Texan. Viendra alors en 2005 un deuxième album tant attendu, Butcher The Weak.

DOSSIERS LIES

Illustrateurs de metal (partie 1)
Illustrateurs de metal (partie 1)
Février 2008
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

18 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
10/07/2019 17:14
Je suis pas un gros fan de brutal death, mais alors cet album ... La mandale
DR.Jkl citer
DR.Jkl
22/02/2007 21:11
note: 9/10
Que des tubes, ça va faire bouger les biatches sur le dancefloor Headbang
Jester citer
Jester
06/05/2006 16:01
putain j'viens d'ecouter le mp3, et qu'est ce que c'est moche cette musique!
DarkLord citer
DarkLord
30/04/2006 12:22
je viens de me le chopper, cet album est tout simplement génial. Des rifs groovys sublimes, et une putain de voix qui insufle une ame au cd.
yoyo citer
yoyo
03/12/2005 13:17
la voix est énorme! un peu comme celle de wormed un autre groupe dont le style se rapproche pas mal a celui de devourment
Ander citer
Ander
02/12/2005 14:48
note: 8/10
*Augmente le son pour avoir un rendu "défristouillant"*. Mouais, c' est un peu trop brouillon la voix ultra guturalle ne possède pas beaucoup de puissance... Allez moi je repart écouter The Verve. Gros sourire
master of puppets citer
master of puppets
01/12/2005 20:46
J'adore ! Ultra guttural, ultra grave, ultra groove, ultra bon !
Backstaber citer
Backstaber
01/12/2005 13:53
note: 8/10
Ptin ce genre de truc jusuq'au boutiste et tout en restant crédible c'est très très bien !

Quelle puissance ! :heabdang:
GanjannibaL citer
GanjannibaL
01/12/2005 11:33
note: 9/10
C'est aussi cette voix qui fait ce qu'est Devourment, et quand je dis culte, c'est parceque c'est grace à cet unique album qu'il le sont !
Niktareum citer
Niktareum
30/11/2005 21:58
note: 8/10
hénaurme!!! je surkiffe!
même si la voix est un peu trop aseptisée quand même...
Max citer
Max
30/11/2005 21:51
après lecture de la kro.. je ne pensais pas aimer la voix... mais elle passe très bien!!!

J'adore!!!!!
Kleim Antyne citer
Kleim Antyne
30/11/2005 18:11
La lourdeur de "Festering Vomitous Mass" est intéressante mais la "voix"... à ce point là c'est presque ridicule !

Ultra Guttural Brutal Moshing Death Metal.... c'est pas mal aussi .. !Mr Green
Keyser citer
Keyser
30/11/2005 16:17
note: 9/10
Quoi toi non plus t'aimes pas Devourment?!

C'est en effet pas aussi culte que Terrorizer car ça reste pour un public très averti, mais dans l'idée et le concept, ça l'est tout autant!
Scum citer
Scum
30/11/2005 16:12
GanjannibaL a écrit : Culte tout simplement, tout comme terrorizer, un seul album, des standards redéfinis, une brutalité sans limite.

1°) C'est pas leur seul et unique album
2°) Si ça c'est aussi culte que Terrorizer, je veux bien m'arracher les coudes avec une paille.
GanjannibaL citer
GanjannibaL
30/11/2005 15:01
note: 9/10
Culte tout simplement, tout comme terrorizer, un seul album, des standards redéfinis, une brutalité sans limite.
MeRuFo citer
MeRuFo
30/11/2005 13:05
ENORME...rien a redire, ultra brutal et efficace...
Keyser citer
Keyser
30/11/2005 12:58
note: 9/10
Bah pourquoi? C'est brutal, c'est groovy, c'est lourd et ça te donne envie de bouger. Si c'est les vocaux, j'aimais pas trop au début mais après de nombreuses écoutes, je suis fan!
Chri$ citer
Chri$
30/11/2005 12:53
j'ai écouté les deux mp3...pas pour moi tout ça...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Devourment
Ultra Guttural Brutal Moshing Death Metal
1999 - United Guttural Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (13)  7.85/10
Webzines : (3)  7.78/10

plus d'infos sur
Devourment
Devourment
Brutal Death - 1995 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Festering Vomitous Mass
02.   Posmortal Coprophagia
03.   Choking On Bile
04.   Molesting The Decapitated
05.   Self Disembowelment
06.   Fucked To Death
07.   Devour The Damned
08.   Shroud Of Encryption

Durée totale: 35'38

line up
Essayez aussi
Cephalotripsy
Cephalotripsy
Uterovaginal Insertion Of Extirpated Anomalies

2007 - Amputated Vein Records
  
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  

Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique