chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Entombed - Clandestine

Chronique

Entombed Clandestine
Les deux premiers albums d’Entombed sont irrémédiablement liés et à part du reste de leur discographie. Précurseurs avec leurs confrères de Dismember d’une certaine idée du Death Suédois (avant qu’il ne devienne outrageusement mélodique), « Left Hand Path » et « Clandestine » sont des pierres angulaires de la discographie du groupe, et des albums indispensables à la culture de tout fan de Death qui se respecte.

Juste avant qu’Entombed n’embraye vers le Death n’ Roll de « Wolverine Blues », la légende des Sunlight Studios et de leur son si caractéristique se devait d’être perpétué sur un second album, qui corrigerait les erreurs de jeunesse d’un trop spontané « Left Hand Path ». « Clandestine » en est donc la suite logique, mais avec la concision qui manquait à son précurseur, accompagné d’arrangements bien plus travaillés et de titres foncièrement plus accrocheurs.

« Left Hand Path » était quasi monolithique dans sa succession de titres, « Clandestine » est pour sa part beaucoup plus varié, alternant logiquement les tempos rapides (« Living Dead », « Chaos Breed », « Severe Burns ») et les titres mid tempos aux riffs headbanguants (« Sinners Bleed », « Stranger Aeons », « Evylin »). Aussi bien techniquement que musicalement, les musiciens se sont grandement améliorés, ne serait que le jeu de batterie de Nicke Andersson qui ressort ici au grand jour : ses roulements incessants et son omniprésence sur toutes les structures en fait une partie essentielle de la rythmique rouleau compresseur d’Entombed. Les riffs et solos Slayeresques de Hedlund et de Cederlund sont beaucoup plus accrocheurs que dans le passé, rejoignant cette idée de proposer un album plus varié et assimilable que son prédécesseur. « Stranger Aeon » est à ce titre la référence absolue de l’album, notamment de par son refrain terrible et ses riffs simples mais si efficacement exécutés. Mention très bien adjugée également à « Crawl », avec ce riff d’intro si basique qui débute dans les aigues avant de se « convertir » en power chords pour un début de couplet outrageusement headbanguant : pour un peu, je le rapprocherais même des titres du futur « Wolverine Blues », auquel il emprunte ce même groove caractéristique.

Outre les tempos et la qualité des riffs, « Clandestine » est indéniablement aussi beaucoup plus riche au niveau des arrangements et des ambiances proposés : ainsi quelques samples (issus de divers films d’horreur) font leur apparition sur « Sinners Bleed » ou « Evilyn », de même que quelques discrètes touches de claviers (« Living Dead », la fin de « Crawl »). « Through the Colonnades » débute même par un arpège angoissant en son clair que n’aurait pas renié Metallica sur un instrumental composé entre 84 et 86, pour vous dire le niveau…
Le chant death est ici assuré exceptionnellement par Nicke Andersson, le batteur qui remplaçait au pied levé LG Petrov parti le temps d’un album, et si certains considèrent sa prestation comme le point faible de l’album je n’ai pour ma part rien à lui reprocher, excepté peut être un excès de réverb sur certains passages. Pour le reste il s’en tire aussi bien sinon mieux que LG sur « Left Hand Path », mais je préfère le retour de ce dernier sur « Wolverine Blues », sans qui cet album n’aurait pas eu le même impact destructeur au niveau vocal.

Non, clairement si vous ne devez avoir qu’un seul témoignage de l’age d’or du Death old school à la Suédoise dans votre discothèque, bien avant que Bloodbath, Blood Red Throne et consorts ne sortent des classes préparatoires, c’est ce « Clandestine » qu’il vous faut. Tout aussi dévastateur qu’accrocheur et superbe témoignage d’une époque révolue, il satisfera aussi bien les bourrins de la première heure que les curieux désireux de découvrir un album pilier du genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
10/03/2007 01:02
note: 9/10
Classique avec un grand Q (?) Sourire
Keyser citer
Keyser
14/04/2006 17:57
500ème kro quand même Hail
MalmondeChris citer
MalmondeChris
14/04/2006 9:45
C'est clair qu'à l'époque, cet album était une révolution .... Tant au niveau du son des grattes (et del'album) qu'au niveau du style !!
Niktareum citer
Niktareum
13/04/2006 23:17
note: 8.5/10
Bonne initiative que ces cette chro Chris!! Clair qu'ils butent "Clandestine" et "Left Hand Path"!!! m/
Mitch citer
Mitch
13/04/2006 22:12
Arf faut que je m'y mette à Entombed! m/
Les kros de Dismember devraient suivre. Sourire
Chri$ citer
Chri$
13/04/2006 21:46
note: 9/10
si j'avais rédigé la kro de "Left Hand Path", je n'aurais mis que 8,5 à ce dernier, pour marquer la différence entre lui et ce "Clandestine" encore plus énorme...Entombed rulez

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Entombed
Death Metal
1991 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (29)  9.02/10
Webzines : (17)  8.56/10

plus d'infos sur
Entombed
Entombed
Death Suédois - 1989 - Suède
  

vidéos
Stranger aeons
Stranger aeons
Entombed

Extrait de "Clandestine"
  

tracklist
01.   Living dead
02.   Sinners bleed
03.   Evilyn
04.   Blessed be
05.   Stranger aeons
06.   Chaos breed
07.   Crawl
08.   Severe burns
09.   Through the collonades

line up
voir aussi
Entombed
Entombed
Uprising

2000 - Threeman Recordings
  
Entombed
Entombed
To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth

1997 - Threeman Recordings
  
Entombed
Entombed
Morning Star

2001 - Music For Nations
  
Entombed
Entombed
Inferno

2003 - Threeman Recordings
  
Entombed
Entombed
When In Sodom (MCD)

2006 - Threeman Recordings
  

Essayez aussi
Of Feather And Bone
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion

2018 - Profound Lore Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Honour - Valour - Pride

2001 - Metal Blade Records
  
Convulse
Convulse
Inner Evil (EP)

2013 - Svart Records
  
Gutted
Gutted
Bleed For Us To Live

1994 - Red Light Records
  
Writhing Shadows
Writhing Shadows
Perverse Beasts Of War (EP)

2020 - Life After Death Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique