chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Anata - The Infernal Depths Of Hatred

Chronique

Anata The Infernal Depths Of Hatred
Nous sommes ici en 1998 : la Suède vient de perdre son titre de hockey sur glace aux JO de Nagano (médaille remporté par les Tchèques), mais surtout, la Suède encore sous le charme de la scène de Gothenburg est en pleine effervescence de groupe de métal labellisés (preuve de qualité) death mélodique. Heureusement pour nous, il reste d’irréductibles suédois qui sont loin de se conformer à ce genre grandissant.
Après cette brève présentation du contexte venant en au fait. Je me replonge dans mes souvenirs et je vous fais revivre ma découverte de ce The Infernal Depth Of Hatred.

Un cd de death unanimement félicité par la critique ? Bizarre tout le monde à l’air de s’en foutre. Ah oui, c’est étrange pourtant c’est un groupe suédois et en plus il est signé sur un label français. Ça aurait du éveiller un certain engouement. Ça semble louche tout ça. Bon y’a qu’a écouter pour se faire une idée.
- Lecture première piste
Tiens c’est pas du death mélodique dégoulinant d’harmonisations à la tierce, ça rappellerai plutôt le death métal burné comme il se doit cette affaire. Une batterie qui martèle, des guitares aux riffs étranges et un chant bien hargneux sachant moduler. C’est bien plaisant tout ça. Voyons voir la suite.
- Lecture 2eme piste
Ah y’a aussi un p’tit côté mélodique apporté par les guitares bien bien bien, ça bastone toujours en même temps c’est excellent tout ça.
- Poursuit la lecture
Incroyable le reste est du même acabit.
Des breaks en son Clair sur certain titres (Under Azure Skies, Slain Upon His Altar, Aim Not At The Kingdom High), une intro ayant l’efficacité d’un oignion pour faire sortir la larmichette (Slain Upon His Altar) et même l’ajout d’instruments additionnels pour enrichir l’atmosphère des morceaux (Under Azure Skies, Those Who Liked The Wounds Of Christ). Les émotions sont belles et bien là, pas de doute.
Des courts solos s’intégrants bien aux morceaux (Released When You Are Dead, Vast Last / Infernal Gates), des parties d’une agressivité chaotique soutenues par une batterie laissée en mode rouleau compresseur, quelques passages plus posés pour nous permettre de souffler (Released When You Are Dead, Those Who Lick The Wounds Of Christ), Y’a de la diversité dans cette affaire là, c’est extrêmement plaisant.
- Ouvre le livret
J’suis sur le cul le mec fait la guitare et le chant en même temps, balaise le Schälin. (Ça doit être une technique de moine bouddhiste.)
- Arrêt du disque
J’en reviens pas ; il n’y a rien à jeter, peut être le regret de ne pas entendre un peu plus de variations à la batterie, mais pour le reste : la basse use d’incursions à bon escient les guitares proposent des duels de mélodies mais s’unissent parfaitement pour les harmonisations. C’est rondement bien mené pour un premier album.
De plus l’atmosphère qu’il renferme, cette alliance entre la brutalité (du death US) et la mélodie (du death suédois) ne saurait se trouver mieux utiliser et la production permet de le savourer pleinement. A l’image de la pochette le cataclysme déclenché par le groupe permet de balayer d’un simple souffle les éventuels rivaux.

Que dire de plus ?
Chapeau bas messieurs les suédois. Je comprends mieux pourquoi on a perdu aux JO de Nagano le titre de Hockey : une pierre angulaire à la fois.
J’apprends en plus qu’ils ont sortis d’autres albums de qualité ce qui confirme que ce n’est pas la chance des débutants avec celui là ! Je crois que j’ai trouvé un bon filon.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

von_yaourt citer
von_yaourt
31/10/2009 23:00
note: 10/10
Ça fait un bail que je dois m'en charger de cette chronique, et en plus de le connaître déjà par cœur il se trouve que je l'ai aussi racheté pour que mes nouveaux voisins puissent eux aussi en profiter ! Mr Green
Chri$ citer
Chri$
31/10/2009 22:42
D'ailleurs j'écoutais "Dreams of Death and Dismay" hier, yahourt tu t'occupes de le chroniquer? je le trouve plus difficile d'accès, mais aussi riche et entreprenant que n'importe quel autre album d'Anata..il est meme repassé devant "Under A Stone With No Inscription" dans mon panthéon personnel..
von_yaourt citer
von_yaourt
31/10/2009 20:14
note: 10/10
Tiens, je viens de me rendre compte que je n'avais pas commenté cette très bonne chronique de l'ami Silenced Self. Cet album est une gigantesque baffe, un de mes tous premiers coups de cœur, d'un black/death absolument merveilleux, aérien, mélodique et léger. Under The Azure Skies et Slain Upon His Altar sont simplement des chefs-d'œuvre du genre, et cet album ne pêche que par une fin d'album moins magique que le début. Anata n'a jamais fait mieux depuis.

Il est tellement bon que je me le suis racheté à pas cher sur Season Of Mist récemment.
crocoscar citer
crocoscar
28/01/2009 21:48
note: 9/10
Du tout bon, je suis à la limite de chialer à chaque fois que j'écoute Slain Upon His Altar !
Ander citer
Ander
09/04/2008 23:31
note: 9/10
Pour un premier album on peut dire que c'est un coup de maître, à part la batterie pas folichone (ça s'arrangera sur UASWNI avec l'arrivée de Conny Peterson, le frère de Robert? Moqueur); je voudrais juste préciser que Andreas fait sûrement tous les vocaux plus typés black (qui sont en majorités en plus), enfin je pense, parce qu'il est pas crédité au chant dans le livret...

Assez étonné d'entendre si peu de solos par contre, mais ça m'a en aucun cas génait. Sourire

A part la batterie y a un autre truc que j'aime pas: le packaging qui sent bon l'amateurisme!
citer
Mayhem
16/12/2006 20:31
Très bon album. Ca s'écoute tout seul.
Silenced-Self citer
Silenced-Self
11/12/2006 14:07
note: 10/10
Sur le sampler de Metallian n°13 il y a le titre Released When You Are Dead et sur le Hard Rock Extreme n°5 le titre Slain Upon His Altar.

@ Hellswrath: d'rien.
Niktareum citer
Niktareum
11/12/2006 13:46
note: 9.5/10
Bo, ben alors moi je l'avais découvert sur un sampler de chépu quel mag, lors de sa sortie je suppose...à l'époque j'avais bien aimé mais j'étais moins branché death et plus thrash.

Très bon album s'il en est. Headbang
Hellswrath citer
Hellswrath
11/12/2006 13:01
En fait, grâce à deux personnes de bon goût : toi et Olivier du Bigert !
Encore merci et tout.
citer
Gob pas ID
11/12/2006 12:29
ça enterre tout les groupes de "death" metal de midinettes, voila du bon death melo où on s'emmerde pas.
Silenced-Self citer
Silenced-Self
10/12/2006 22:22
note: 10/10
C'était avant de le réecouter de nombreuses fois attentivement. Et puis au regard du 9 du dernier je me suis dit qu'il les valait bien.

Maitre Hellswrath à lui même découvert cet album grâce à une personne ayant bon goût.
Chri$ citer
Chri$
10/12/2006 20:33
tu m'avais dit que tu metterais 9 à celui là, pas la note ultime Moqueur
je vais le réécouter pour faire un commentaire constructif, mais c clair qu'il mérite une excellente note...j'ai découvert cet album sur les recommandations de maitre Hellswrath à l'époque, c lui qui m'en avait parlé Devil
Silenced-Self citer
Silenced-Self
10/12/2006 15:17
note: 10/10
Point de Mp3 disponibles ici, mais à ma connaissance toutes les personne ayant écouté cet album l’on fortement apprécié.

Morceaux à écouter en premier Under Azure Skies, Slain Upon His Altar.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anata
Anata's Death métal
1998 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (24)  8.65/10
Webzines : (4)  8.38/10

plus d'infos sur
Anata
Anata
Death Métal Original - 1993 - Suède
  

tracklist
01.   Released When You Are Dead
02.   Let The Heavens Hate
03.   Under Azure Skies
04.   Vast Lands/Infernal Gates
05.   Slain Upon His Altar
06.   Those Who Lick The Wounds Of Christ
07.   Dethrone The Hypocrites
08.   Aim Not At The Kingdom High

Durée : 42:14

line up
voir aussi
Anata
Anata
Under A Stone With No Inscription

2004 - Wicked World Records
  
Anata
Anata
The Conductor's Departure

2006 - Earache Records
  
Anata
Anata
Dreams of Death and Dismay

2001 - Season Of Mist
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique