chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkthrone - Panzerfaust

Chronique

Darkthrone Panzerfaust
Si il y a bien une place dans votre vie d'album qu'il faut éviter dans une discographie, c'est bien celle de Panzerfaust. Pourquoi ? Parce que faire mieux qu'un album culte, ou pire, que trois albums cultes, est une chose relativement très difficile, voir impossible.

En effet, en trois albums, Darkthrone s'était imposé en maître du Black Metal, créant une petite révolution dans la scène Black Metal de l'époque, perpétuant leur tradition true d'album en album, jusqu'au mythique, au divin Transilvanian Hunger, ne laissant place à aucune concurrence. Face à ce genre de situation, deux cas sont envisageables : soit le groupe a l'audace de prendre le risque de continuer dans la lignée du prédécesseur en tentant de faire encore mieux, avec le risque de faire un gros échec, soit il décide d'arrêter la musique et de se consacrer à la pêche.
Darkthrone regarda ses couilles, et vit que ça n'était pas possible. Cependant, la pêche n'étant pas un passe temps très true, ils décidèrent quand même de continuer la musique. Par quel moyen? En prenant tout le monde à contrepied, comme un nouveau départ, un retour aux origines... pour le meilleur ou pour le pire, d'où une certaine appréhension à la première écoute de l'album...

Une des premières choses qui frappent lors de l'écoute est la différence de prod par rapport aux albums précédents. Alors que le groupe était réputé pour sa prod crasseuse et minimaliste à souhait, le groupe nous offre ici un son beaucoup plus 'clean' (enfin pour du Darkthrone *heum* c'est un bien grand mot) qui montre clairement le désir du groupe de créer quelque chose de nouveau, en rupture avec le passé. On distingue beaucoup mieux les instruments, le son de guitare n'a plus rien à voir avec celui d'un « Under A Funeral Moon », la voix de Nocturno est plus éraillée, voire même complètement cassée, ce qui change complètement de l'ambiance des précédentes offrandes. Même si ces différences peuvent sembler minimes ou futiles, on se rend compte au fil des écoutes qu'elles apportent indéniablement un plus à la musique de Darkthrone.

Un autre élément important est la variété des compositions. Oui oui vous avez bien lu, cette fois ci vous n'aurez pas l'impression d'écouter le même morceau pendant 40 mn ! Alors que certains morceaux comme « Hans Siste Vinter », « Beholding The Throne Of Might » nous renvoient à des structures classiques et à quelque chose de familier, d'autres comme « The Hordes Of Nebulah » ou encore la sublime « Quitessence », nous plongent dans un univers dépressif, presque doom, très différent du Darkthrone que l'on connaissait. C'est lent, c'est beau, ça prend aux tripes, on souffre, on a presque envie de pleurer devant cette vision apocalyptique du monde *larme à l'oeil*... bon ok j'en fais un peu trop, mais le riff de « Quintessence » est quand même un monument du genre. On parlait justement d'un retour aux origines pour cet album, l'influence Celtic Frost se fait beaucoup sentir, dans la structure des morceaux, dans les riffs... j'aurais bien envie de dire « dans tout ». A l'écoute de « Triumphant Gleam » ou « The Hordes of Nebulah », on pourrait presque penser à un tribute de Celtic Frost. Cependant, la patte de Darkthrone, le grand Darkthrone tel que on l'a connu, reste bien présente, comme le démontre le premier titre « En Vind Av Sorg », mélancolique à souhait, qui pourrait typiquement être issu de Transivanian Hunger.
Enfin, « Sno Og Granskog » achève l'auditeur dans sa longue agonie sur un tempo lourd, accompagné de la voix claire de Nocturno récitant son office religieuse, tel un discours d'entrée au Valhalla...

Alors finalement, réussi ou pas réussi à faire mieux que culte ?
Même si la perfection n'a pas été atteinte, on peut dire que les Norvégiens avaient plus d'un tour dans leur sac. En mettant de l'eau dans leur vin (ou en l'occurence du doom dans leur true black), le trône sombre a réussi à nous bluffer encore une fois. Allez... mission accomplie !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkthrone
Raw Black Metal
1995 - Moonfog Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (26)  8.42/10
Webzines : (13)  8.2/10

plus d'infos sur
Darkthrone
Darkthrone
Black Metal - 1987 - Norvège
  

tracklist
01.   En vind av sorg
02.   Triumphant gleam
03.   The hordes of Nebulah
04.   Hans siste vinter
05.   Beholdong the throne of might
06.   Quintessence
07.   Sno og granskog

Durée : 39:05

line up
voir aussi
Darkthrone
Darkthrone
Arctic Thunder

2016 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
The Cult Is Alive

2006 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Under A Funeral Moon

1993 - Peaceville Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Darkthrone
Darkthrone
The Underground Resistance

2013 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
Dodsferd
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dying World

2018 - Transcending Obscurity
  
Satan
Satan
L'odeur du sang

2015 - Crapoulet Records / Deaf Death Husky / Neanderthal Stench / No Way Asso / Nuclear Alcoholocaust / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records
  
Alchemyst
Alchemyst
Nekromanteion

2012 - Necroshrine Records
  
Hats Barn
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)

2018 - Ogmios Underground
  
Finntroll
Finntroll
Jaktens Tid

2001 - Spinefarm Records
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique