chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gorgoroth - Pentagram

Chronique

Gorgoroth Pentagram
Gorgoroth, ô grand Gorgoroth, groupe si souvent laissé de côté, relegué au second plan, mais qui a pourtant apporté tant au black metal ! En 1994, alors que le style est en plein essor, notemment avec l'emergence du raw black metal influencé par Darkthrone, le groupe nous livre son premier album, « Pentagram » ( bien qu'ils aient sorti une démo l'année précédente, « A Sorcery Written In Blood »). A l'époque, le groupe est plutôt inconnu et a encore tout à prouver ( bien que la présence de Samoth d'Emperor à la basse soit déjà un gage de qualitée..). Car il est vrai que cette année là, la concurrence se fait rude niveau albums de black, entre un « Transilvanian Hunger » divin, un « De Mysteriis Dom Sathanas » mythique et un « In The Nightside Eclipse » grandiose, il relève de l'exploit pour un jeune groupe tel que Gorgoroth de se faire remarquer.

Et pourtant, on se rend bien vite compte que les norvégiens (oui, le black metal ça ne se fait pas au Kazahkstan) maîtrisent l'art noir à merveille malgré leur faible expérience musicale. Chose plutôt rare, c'est carré ( ce qui confirme le talent de nos jeunes musiciens), alors que ceci est loin d'être le cas de tous les groupes de « true ». Car en effet, Gorgoroth c'est du « true », du true black metal haineux et brutal, une vraie machine de guerre sortie toute droit des forges du Mordor (car pour ceux qui ne le sauraient pas, le nom « Gorgoroth » est emprunté à l'univers du « Seigneur Des Anneaux »).

L'aggression sonore commence à peine après avoir entendu la voix de Hat, qui nous livre ici une extraordinaire prestation. Pour ainsi dire, j'ai rarement entendu une voix aussi criarde, aussi crue, et aussi extrême dans le black metal. Il n'y qu'a écouter le morceaux « Ritual » pour s'en convaincre, tant les cris poussés par le chanteur sont inhumains et monstrueux. Celui-ci ne se contente pas contrairement à certains de réciter ses paroles comme si il chantait du Vincent Delerm, mais insufle la vie, une aura à ses morceaux, et chante avec tant de ferveur qu'on ne peut que croire à la sincérité de sa dévotion. Car oui, je pense qu'il faut être possédé pour chanter à un tel niveau d'aggressivité et de haine, pouvant aller jusqu'à pousser l'auditeur dans un état second de folie ou de misanthropie aggravé ( à essayer au moins une fois dans sa vie !).

La musique de Gorgoroth est donc sans concessions et saura réveiller les côtés le plus sombres et les plus pervers de votre esprit. Pour cela, le chant est épaulé par une batterie puissante ainsi que par des guitares tranchantes et froides qui vous délivreront des salves de pures riffs black metal qui impregneront votre âme de true pour ne plus jamais en sortir. En effet , ceux ci ne se contentent pas seulement d'être malsains et noirs, oh que non, mais ils sont en plus fabuleusement mélodieux, car ce qui est l'oeuvre du malin est beau. Je pense particulièrement au majestueux « Måneskyggens Slave » et à son ambiance apocalyptique . Cette ambiance s'appuie justement sur de nombreux mid-tempos judicieusement bien placés, de manière à laisser s'exhalter la fureur du chant et de la guitare, notamment sur « Ritual » où la lourdeur du riff associé à la puissance du chant (ce cri de départ, mon dieu !) vous mettent tout simplement à genou devant un tel déferlement de haine et de folie. Ce sentiment est d'ailleurs renforcé par l'intrusion de certains rythmes punk/thrash rendant le tout particulièrement headbanguant et joussif, comme sur « Begravelsesnat » et son passage coupe cervicales vers 1mn57. Vous l'aurez donc compris, la musique de Gorgoroth ne se limite pas à du true black metal basique, mais est beacoup plus riche et complexe que cela.

Enfin de compte, que peut on reprocher à « Pentagram » ? Pas grand chose... la durée peut être, car les 29 mn peuvent paraîtres assez courtes quand on se donne la peine de s'immerger dans celui-ci...bien qu'un album trop long aurait été un inconvénient aussi. Non, je dirais que le défaut majeur de cet album est juste de vouloir rester « true », et de ne pas chercher à faire plus. Il manque un petit quelquechose, une petite nuance subtile pour en faire un album vraiment unique, et c'est cette petite touche qui fait la différence, ce qui est pourtant fort dommage, car l'album gagnerait à être plus connu, ne serait-ce que pour l'époustouflante prestation de Hat.

En théorie, vous arrivez donc à la fin de cet album, et vous êtes possédés par Satan. Je ne vois donc qu'une seule chose à dire : Hail Gorgoroth ! Hail Satan !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
oxymore
13/11/2010 05:36
ben moi, c'est le contraire: c'est ce gorgoroth que je préfère. RIP
citer
(ancien membre)
29/06/2007 10:59
note: 7/10
Pas le Gorgoroth que je préfère, mais bien sympa quand même.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorgoroth
Raw Black Metal
1994 - Embassy Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (20)  8.5/10
Webzines : (14)  8.14/10

plus d'infos sur
Gorgoroth
Gorgoroth
Black Metal - 1992 - Norvège
  

tracklist
01.   Begravelsesnat
02.   Crushing The Scepter
03.   Ritual
04.   Drømmer Om Død
05.   Katharinas Bortgang
06.   Huldrelokk
07.   Under The Pagan Megalith
08.   Måneskyggens Slave

Durée : 29:16

line up
voir aussi
Gorgoroth
Gorgoroth
Antichrist

1996 - Malicious Records
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Instinctus Bestialis

2015 - Soulseller Records
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Incipit Satan

2000 - Nuclear Blast Records
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Destroyer
(Or About How To Philosophize With The Hammer)

1998 - Nuclear Blast Records
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Quantos Possunt Ad Satanitatem Trahunt

2009 - Regain Records
  

Essayez aussi
Necrophobic
Necrophobic
The Nocturnal Silence

1993 - Hammerheart Records
  
Diabolicum
Diabolicum
The Dark Blood Rising
(The Hatecrowned Retaliation)

2001 - Code666
  
Moraš
Moraš
Manifest Death (Démo)

2017 - Svart Hat Productions
  
Alkerdeel
Alkerdeel
Slonk

2021 - ConSouling Sounds / Babylon Doom Cult Records
  
The Great Old Ones
The Great Old Ones
EOD: A Tale Of Dark Legacy

2017 - Season Of Mist
  

Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique