chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nocturnus - Thresholds

Chronique

Nocturnus Thresholds
Lord Addu, Master of the Earth and Sky
Kakodammu
I call to thee, harken and remember
Bring forth the mighty storm that this world shall taste your fury ...


Aaaah, les imprécations incantatoires débutant «Thresholds»! C'est exactement la touche occulte qui convenait pour finir de scotcher le jeune ado que j'étais alors, fraîchement initié au death metal et ne demandant qu'à prolonger la magie sonore déployée par « Masters of Brutality » - compil' d'extrême bon goût qui m'avait dépucelé les oreilles quelques semaines plus tôt. Il faut dire qu'après les achats de «From beyond» (Massacre) et «The End Complete» (Obituary) – qui m'avaient contenté sans me transporter – je cherchais désespérément à retrouver les délicieux frissons qu'avait provoqué cette musique nouvelle alliant violence, puissance et noirceur maléfique. Oui, je sais, 3615 TaVie (ou plutôt http://www.tavie.com/), on s'en bat les clavicules: n'empêche, il est toujours dur d'extraire les albums qui vous ont marqué du contexte qui les a vu débarquer dans votre vie … et voilà, souvenirs souvenirs, tout ça tout ça quoi …

«Thresholds» ne serait pas le premier album de Nocturnus chroniqué sur Thrashocore, je vous épargnerais le cours d'histoire, mais vu les circonstances, un débriefing s'impose. Mike Browning, ex-batteur de Morbid Angel (petit groupe américain dont vous avez peut-être déjà entendu parler !), se trouvant désoeuvré, il trouva vite l'idée géniale et inédite de circonstance pour se remettre en selle: s'entourer de musiciens pas manchots (certains ont fait partie d'Agent Steel ou Nasty Savage) et fonder un groupe de death metal ! Oui, mais pas n'importe quel death: un peu avant tout le monde - et en parallèle de leurs compatriotes d'Atheist -, Mike et ses potes inventent le techno-death, en insufflant dans cette variante beaucoup d'ingrédients nouveaux habituellement étrangers à la rugosité intrinsèque du genre:
- Des rythmiques alambiquées (au niveau des grattes surtout) faisant les pieds au mur.
- Une pluie incessante de leads lumineux et de soli de folie qui tranchent avec la massive et vicieuse architecture rythmique sus-citée.
- Des structures progressives avec force breaks, ponts et ribambelles de plans pour des morceaux n'ayant pas peur de dépasser les 7 minutes (« Aquatica », « Climate Controller »).
- Des ambiances marquées et réussies, faisant de chaque titre un tableau distinct des autres.
- Contre vents et marées, l'ajout d'un synthé, haut crime de lèse-death metal à l'époque, puni d'une amende de 300 dollars et du retrait de 4 points sur le permis d'enregistrer avec Scott Burns.
- Une thématique science-fiction qui tranchait, avec d'ailleurs un artwork superbe.

Une forte personnalité donc.

Et le résultat est là: on est sur le cul du début à la fin de l'album. Les mots qui viennent spontanément à la bouche (et non pas « l'émo qui vient spontanément à la bouche », non merci, je ne pratique pas ce genre de sport … ) sont « virtuosité » (ces guitares maman, ces guitares !), « atmosphères », « travail de composition énorme », « ah les cons, mais ils ont tout compris avant tout le monde ! » … On se retrouve happé corps et âme dans chacune des 8 histoires mises en musique au cours de ces merveilleuses 44 minutes. On reste abasourdi lorsqu'on se rend compte que tout ça a vu le jour en studio, fin 1991, il y a plus de 15 ans ! Ces gars étaient de vrais visionnaires, et on se demande bien pourquoi le nom de Nocturnus n'est pas plus souvent cité au côté des Atheist, Death, Pestilence et autres vétérans du death intelligent.

La faute au synthé peut-être, qui les a vu boudés par la frange orthodoxe-trou-du-cul de l'époque (c'est vrai qu'en de rares endroits, il peut sonner un peu cheap, mais dans l'ensemble il contribue bien à la création des atmosphères, et il reste en général discret, voire timide) ?
La faute à une prod' made in Morrisound qui ne met pas franchement la batterie en valeur et qui est de manière générale un peu trop étouffée ?
La faute à un chant un poil trop monocorde ?

Je ne saurai dire. En tous cas, pour ceux que les références ci-dessus émoustillent, pour ceux qui aiment les atmosphères savamment posées et le travail de composition virtuose et intelligent - c'est-à-dire qui n'oublie pas qu'il faut rester accrocheur -, pour ceux-là il va falloir penser à dépoussiérer ce « Thresholds » en priorité avant de se vautrer dans les productions des nouveaux groupes qui jouent à celui qui a la plus grosse et la plus technique. A bon entendeur …

DOSSIERS LIES

Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

NORDDD citer
NORDDD
04/01/2011 15:59
note: 8.5/10
Du Techno-Death de haute volée pour l'époque, Excellent !!!
master of puppets citer
master of puppets
12/11/2007 22:59
Excellent le titre en écoute ! C'est technique mais loin d'etre trop demonstratif, j'aime bien ! Je note, merci pour la découverte !
cglaume citer
cglaume
11/11/2007 19:16
note: 9/10
Alexis a écrit : LouL. Je cherchais justement aujourd'hui un site qui vendait "The Key" à un prix raisonnable (et non 40€ comme Amazon). Au final, j'ai rien trouvé mais voici la chronique de "Thresholds"...

D'ailleurs quel est pour toi le mieux des deux ?


A ma grande honte (mais bon, on ne peut pas tout connaître ...), je n'ai pas eu l'occasion d'écouter "The Key", donc je ne me risquerais pas à une comparaison. Peut-être qu'un autre chroniqueur / lecteur pourra t'en dire plus ...
citer
Alexis
11/11/2007 17:41
LouL. Je cherchais justement aujourd'hui un site qui vendait "The Key" à un prix raisonnable (et non 40€ comme Amazon). Au final, j'ai rien trouvé mais voici la chronique de "Thresholds"...

D'ailleurs quel est pour toi le mieux des deux ?
cglaume citer
cglaume
10/11/2007 22:58
note: 9/10
Scum a écrit : cglaume a écrit : Biskui a écrit : Wah, j'ai trop envie de l'écouter maintenant !

Désolé, j'ai pas trouvé d'URL de MP3s en libre accès ...

Et hop, y a qu'à demander!


C'est quoi ces vieux sites russes où tu choppes tes samples ? Les archives du KGB ? Clin d'oeil
Scum citer
Scum
10/11/2007 16:31
cglaume a écrit : Biskui a écrit : Wah, j'ai trop envie de l'écouter maintenant !

Désolé, j'ai pas trouvé d'URL de MP3s en libre accès ...

Et hop, y a qu'à demander!
cglaume citer
cglaume
10/11/2007 15:58
note: 9/10
Biskui a écrit : Wah, j'ai trop envie de l'écouter maintenant !

Désolé, j'ai pas trouvé d'URL de MP3s en libre accès ...
Mitch citer
Mitch
10/11/2007 14:44
Un grand album effectivement (çà fait un bail que je ne l'ai pas écouté). Hail
von_yaourt citer
von_yaourt
10/11/2007 13:03
note: 9/10
cglaume a écrit : Bon, von_yaourt, je suppose que tu ne vas pas mettre moins à cet album ... A moins que le clavier, la prod' ... ? Clin d'oeil

Tu es fou mon cher cyril ! Cet album est précurseur, limite visionnaire, et si il ne fait pas partie de mes albums de techno-death cultes, ça n'en reste pas moins un super album. La prod est excellente et les claviers sont tout à fait à leur place. Rien à redire sur le meilleur album de Nocturnus.
Biskui citer
Biskui
10/11/2007 04:54
Wah, j'ai trop envie de l'écouter maintenant !
cglaume citer
cglaume
10/11/2007 02:11
note: 9/10
Bon, von_yaourt, je suppose que tu ne vas pas mettre moins à cet album ... A moins que le clavier, la prod' ... ? Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nocturnus
Techno-Death
1992 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (15)  8.7/10
Webzines : (8)  7.85/10

plus d'infos sur
Nocturnus
Nocturnus
Techno-Death - 1987 † 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Climate Controller
02.   Tribal Vodoun
03.   Nocturne in B m.
04.   Arctic Crypt
05.   Aquatica
06.   Subterranean Infiltrator
07.   Alter Reality
08.   Gridzone

Durée : 43:47

line up
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique