chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Red Harvest - The Red Line Archives

Chronique

Red Harvest The Red Line Archives (Compil.)
Une fois pénétré dans l'entrepôt, le brouillard avait laissé place à une fumée presque plus épaisse encore. La machine était sur mes talons, froide furie de cliquetis étouffés et de clignotements affolés, toutes lames et radars dehors. Ca allait être chaud, très chaud de la semer … Saloperie de tas de ferraille tenace ! J'avoue que contrairement à certains collègues, et bien qu'aguerri à la guérilla métallique urbaine, je n'avais jamais été confronté aux exemplaires précédents de la génération Red Harvest. Mais heureusement, le bureau m'avait bien briefé sur ce nouveau type de casseroles de la mort: modèle amélioré, le « Red Line Archives » était sensé rassembler le meilleur de la technologie cold indus norvégienne, compilé et réarrangé en une arme de guerre massive, impitoyable, inhumaine et définitive. Description au plus juste, j'en ai peur …

Zigzaguer entre les bidons rouillés et les éléments de la chaîne d'assemblage à l'abandon. S'écrouler au détour d'une allée, et reprendre son souffle derrière un vieux tableau de bord jaunâtre plein de cambouis.
Merde, c'est quoi cette musique soudainement ? Elle se prend pour une chargée d'ambiance musicale de cyber-train fantôme la boîte de conserve ? Garder son calme, il faut garder son calme bordel ! Heureusement, l'enseignement dispensé par l'Institut était le meilleur du secteur pour tout ce qui concernait les techniques de survie face à ces démons d'acier. J'étais ainsi fin prêt - bien que les nerfs à vif et pleinement conscient que mes chances d'y rester étaient non négligeables. Ces machines avaient décidément beaucoup appris de nous: singeant les hélicos ricains qui jouaient la « Chevauchée des Walkyries » pour terrifier le Viet dans « Apocalypse Now », les Traceurs lancés à nos trousses diffusaient en fin de chasse des sons froids et oppressants destinés à nous avoir par les sentiments, tour à tour amadouant l'humain, l'oppressant ou réduisant ses nerfs en pelote électrisées.

Argh ce martèlement rythmique aveugle et martial, ces volutes étouffants de synthé ambiant, ces samples stressant, cette voix cyber-rocailleuse, susurrée et désincarnée. Et vas-y, attaque vicieuse à base de rythmiques jungle (« Move or Be Moved »), engluement dans l'inexorable flot rampant et lancinant d'un morceau digne du plus menaçant des Nerve (« Dead »), danse hypnotique du serpent Nervo-Marylin Mansonien attendant de fondre sur sa proie (le tubesque « Last Call » … « Going nowhere fast »: elle se foutrait pas de ma gueule c'te saleté de killer-bot ?). C'est que ce chant des sirènes deviendrait prenant ! Résister, surtout résister … Allez, tentative d'échappée vers un escalier de service montant au premier niveau: on va tenter de se planquer entre les containers.

Ouawh, mais c'est excellent ! Voilà que le Traceur me la joue « Snap Your Finger » avec un tube tendu mais presque dansant (« Abstract Moral »). Vraiment excell … Aaah la saloperie: une salve à un mètre dans les grilles de protection de l'escalier !! Monte, vas-y monte, arrête d'écouter ce superbe morceau qui sent à plein nez le Ministry à peine rehaussé de superbes effets technoïdes sombres: ça sent l'appât gros comme une maison ( « Synthetize my DNA»)! Pas contente que je te file entre les pattes ma cocotte hein ? Vas-y, perds toi dans des ambiances amusicales (« Bleed », « 4418 »), je sens bien que tu perds un peu le contrôle. Toi aussi tu as besoin de reprendre tes esprit, de souffler un peu … Puis de repartir bien revigorée, j'en ai peur ( « Desolation ») ! Gasp, c'est que la colère semble monter: au vu de ce démarrage indus/punk cradasse, puis de ce cyber-sympho black/indus plein de blast beats boîte à rythmesques, on sent que la sale bête à des origines maléfiques ( « Technocrate »). Flippant tout ça …

Crevé moi, j'en peux plus. En plus la musique devient de plus en plus ambiante, peu remuante, laissant la place à des claviers amples, de sporadiques cornes de brumes (« Cyborg era »), des chants désincarnés de femmes et d'enfants, de lents et inexorables martèlements, de brumeuses et froides incantations rituelles (« The Central Sun – part 1»)… Ne pas sombrer dans un sommeil catatonique comateux, ne pas se laisser emporter dans cette transe, sinon c'est sûr qu'elle va réussir à m… Aaaaaaaaaarghhhhhh !!


DOSSIERS LIES

Chroniques à la con ! 6 : le désespoir
Chroniques à la con ! 6 : le désespoir
Juin 2008
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
23/05/2008 11:31
note: 3.75/5
Keyser a écrit : Pas mal du tout cette chronique mon cher Cyril héhé! Bien joué (enfin pas à la fin haha)!

Merci ! C'est qu'il faut bosser sur les Chros à la Con N° 6 ! Sourire
Keyser citer
Keyser
23/05/2008 08:59
Pas mal du tout cette chronique mon cher Cyril héhé! Bien joué (enfin pas à la fin haha)!
cglaume citer
cglaume
23/05/2008 01:36
note: 3.75/5
Les amateurs d'indus froid et inhumain peuvent largement majorer la note d'un bon demi-point. Pour ma part je préfère quand ça remue plus et que c'est un poil plus organique ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Red Harvest
Metal indus
2008 - Indie Recordings
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines : (9)  3.75/5

plus d'infos sur
Red Harvest
Red Harvest
Metal indus - 1989 - Norvège
  

tracklist
01.   Move Or Be Moved (Full Version Mix 2008)
02.  Dead (Sick Transit Gloria Mundi - 2002 :: ReFactor 2008)
03.   Last Call (Cold Dark Matter - 2000)
04.   Abstract Moral - Junction Mix (Internal Punishment Programs - 2004, Remix 2008)
05.   Synthesize My DNA (Internal Punishment Programs - 2004)
06.   Bleed (1996/2008)
07.   4418 (Internal Punishment Programs - 2004)
08.   Desolation (Sick Transit Gloria Mundi - 2002)
09.   Technocrate (Dunkelheit Version 2008 Mix)
10.   Cyborg Era / Dead End (Remix 2008)
11.   The Central Sun - Part 1 (1996)

Durée : 46:44

parution
28 Avril 2008

voir aussi
Red Harvest
Red Harvest
HyBreed (Rééd.)

2017 - Cold Dark Matter
  

Essayez aussi
KMFDM
KMFDM
WWIII

2003 - Sanctuary Records
  
KMFDM
KMFDM
Hau Ruck

2005 - Metropolis Records
  
KMFDM
KMFDM
Tohuvabohu

2007 - Metropolis Records
  
Rammstein
Rammstein
Rammstein : Paris (DVD)

2017 - Vertigo
  
Ministry
Ministry
Houses Of The Molé

2004 - Sanctuary Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique