chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Supreme Pain - Cadaver Pleasures

Chronique

Supreme Pain Cadaver Pleasures
Non content d'avoir remis Sinister sur les rails il y a de cela deux ans avec le très bon « Afterburner » et d'officier déjà dans cinq ou six autres groupes, Aad Kloosterwaard (merci le copier-coller) a trouvé encore un peu de temps pour former un nouveau groupe très originalement dénommé Supreme Pain (eh non apparemment ça n'existait pas encore !). Et pour se changer un peu les idées pourquoi ne pas faire du bon vieux death metal ? Ok Aad, si le cœur t'en dit ! Et au final il a plutôt bien fait de laisser libre court à ses envies. En sachant s'entourer (sans chercher bien loin il est vrai) de personnes de talent (Erwin Harreman, Bas Brussaard qu'il côtoie dans Infinited Hate et Robert Kovacic) il nous livre avec ce « Cadaver Pleasures » un très bon album de death metal, malgré un premier contact pas forcément positif avec cette pochette vraiment laide.

Cet album se révèle être une bonne galette de death à cheval entre une ambiance plutôt old-school et une brutalité qui le rapprocherait presque du brutal death par moments. Les deux gratteux (Bas et Erwin) nous ont en effet concocté des riffs aux petits oignons vraiment jouissifs et ultra efficaces, brutaux mais sans cracher de temps en temps sur un petit tremolo ou une petite mélodie. Et oui, à l'instar du dernier Sinister ce « Cadaver Pleasures » ne rechigne pas à incorporer ça et là un brin de mélodie (comme sur « Flesh collector » par exemple). On notera aussi quelques soli plutôt anecdotiques qui viendront agrémenter le tout.
Le tempo est également très varié, dominé évidemment par du bon gros blast des familles ; mais on retrouve également beaucoup de mid-tempi, des plans presque thrash (« Visions of tyranny » à 1'34), des passages lourds et rampants sur fond de pilonnage de double (qui est d'ailleurs quasi-incessant en dehors des blasts) (« Drowned in hate » à 1'52). A ce propos, signalons la très bonne performance de Robert Kovacic (qui a été batteur de session chez Belphegor apparemment, mais qui de toute façon ne fait déjà plus partie du groupe !) qui martèle sans relâche ses fûts et ses cymbales avec une vigueur remarquable et une endurance au blast toute louable. Les vocaux d'Aad sont évidemment très peu différents de son travail au sein de Sinister même s'ils paraissent ici encore plus rauque et agressifs.

« Cadaver Pleasures » est un album qui mérite d'être écouté, son death puissant présentant de nombreuses qualités, et celles-ci ne sont pas desservies par une prod totalement en adéquation, avec des guitares au son bien gras et une batterie au son naturel appréciable. Un album assez homogène d'autre part dans lequel tous les titres se valent plus ou moins, quelques uns se détachant à peine d'une petite tête (« Souleater » et son intro prenante, « Flesh collector » et ses petites mélodies ou encore la dernière « Visions of tyranny » et sa fin presque épique avec ses 8'10 au compteur). Une seule de ces huit chansons descend d'ailleurs sous la barre des cinq minutes. Bref, même si après un certain nombre d'écoutes l'album perd un peu de son efficacité, il n'en reste pas moins un bien bon album de death. A déguster avec un bon plat de tripes bien sûr.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
03/09/2008 09:16
note: 7.5/10
Album très sympa effectivement, merci pour la chronique Clin d'oeil
Niktareum citer
Niktareum
02/09/2008 23:37
note: 7.5/10
Du son par là.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Supreme Pain
Death Metal
2008 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Supreme Pain
Supreme Pain
Death Metal - 2006 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Blood of the Chosen
02.   Drowned in Hate
03.   Souleater
04.   Cadaver Pleasures
05.   Room of Stench
06.   Flesh Collector
07.   Lifeless Skin and Bones
08.   Visions of Tyranny

Durée : 46'34

line up
parution
12 Mai 2008

voir aussi
Supreme Pain
Supreme Pain
Divine Incarnation

2011 - Massacre Records
  

Essayez aussi
Morbid Angel
Morbid Angel
Gateways To Annihilation

2000 - Earache Records
  
Trauma
Trauma
Imperfect Like a God

2004 - Empire Records
  
Apocalypse Command
Apocalypse Command
Damnation Scythes Of Invincible Abomination

2011 - Invictus Productions
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Vile

1996 - Metal Blade Records
  
Chainsword
Chainsword
Blightmarch

2021 - Godz Ov War Productions
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique