chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Yngwie Malmsteen - The Seventh Sign

Chronique

Yngwie Malmsteen The Seventh Sign
Amadeus. Des années qu'une copine me tannait pour que je visionne ce qui apparaissait à ses yeux comme, je cite, un chef d'oeuvre absolu porté par la grâce d'un acteur littéralement transcendé par son personnage. L'acteur ? Tom Hulce, porté disparu depuis « Parenthood », une comédie familiale de Ron Howard avec Steve Martin. Le rôle ? Un certain Mozart, qui n'évoquait pour moi qu'une rue fréquentable au monopoly, un dommage collatéral du vilain F. Murray Abraham dans « Last Action Hero » ou encore un des chiens de ma tante, emporté récemment par un autobus. R.I.P. Le DVD une fois lancé, je tombe donc des nues en apprenant que le Mozart en question, autrichien comme Schwarzy, est considéré comme un des plus grands compositeurs de tous les temps. Duperie ! Le mélomane averti que je suis n'a pas tardé à relever des passages entiers directement inspirés du « Hatebreeder » de CHILDREN OF BODOM. Plus grave encore, ce fanfaron d'opérette semble avoir fait carrière en pillant sans vergogne l'héritage mélodique d'un des plus grands génies du metal, le vénérable, l'immense et invincible YNGWIE MALMSTEEN.

Sacré Wolgang. Singer dieu en personne, il fallait oser, mais ce faquin d'imitateur tombera vite dans l'oubli au profit de sa majesté Yngwie Johan Malmsteen, descendant direct de Jean Sébastien Bach, à moins que ce ne soit Sebastian Bach de SKID ROW. Quoi qu'il en soit, délaissons la bassesse de cette pauvre musique de chambre pour élever nos âmes au son des solis cristallins de la bête de scène suédoise, toujours prompte à incendier ses instruments ou à confondre sa six cordes avec du fil dentaire. « The Seventh Sign » donc, lancé à la face du monde en 1994, quand une poignée d'hérétiques s'acharnaient à voir en PEARL JAM et NIRVANA des candidats crédibles à l'accession au trône. De bien faibles intriguants en vérité, balayés d'un revers de manche par un Malmsteen souverain à tous les niveaux. Qu'il donne dans le heavy metal burné (« Crash And Burn », « Never Die »), la love song tellement saupoudrée de claviers que même EUROPE a reconnu sa défaite (« Forever One », « Prisoner Of Your Love ») ou encore des compos délicieusement rock n' roll (« Hairtrigger », « I Don't Know »), sa seigneurie domine ses sujets en livrant un successeur à « Fire And Ice » plus direct et accrocheur, quoique un soupçon moins ambitieux sur la forme (12 titres au lieu de 14, son altesse nous pardonnera cette pointe d'insolence).

Dans sa grande mansuétude, le recordman du nombre de notes jouées en moins d'une minute nous gratifie même de deux titres réellement fabuleux avec « Brothers », superbe instrumental sur lequel Yngwie nous fait vibrer autant qu'une Fender avec des solos absolument stratosphériques. La magie opère à plein sur ce morceau déchirant, d'une sensibilité rare, à faire se pâmer un pack entier de rugbymen devant tant de grâce et de maîtrise. Lièvremont, si tu me lis, laisse tomber la lettre de Guy Moquet et au sortir de ces 3:47 d'extase, fait humer à tes hommes l'odeur du sang avec la sensationnelle « Pyramid Of Cheops », hymne conquérant s'il en est, au tempo d'une lourdeur au moins égale au couple infernal Bachelot/Laporte. Et ce solo mes aieux ! Une déferlante de leads comme on n'en a jamais connu et comme on n'en entendra sans doute jamais plus, pour ce qui restera à jamais dans l'histoire comme le meilleur soli de tous les temps, loin devant celui de « Dying Will Be The Death Of Me » de CEPHALIC CARNAGE. Les jambes flageollantes, transis d'admiration pour un dieu musicien à l'omniscience incontestée, seront nous en mesure d'attendre jusqu'au nouvel album du maître, prévu pour les jours qui viennent ? Tim « Ripper » Owens (ex ICED EARTH/JUDAS PRIEST) sera-t-il meilleur que l'excellent Mike Vescera (THE REIGN OF TERROR) au poste de chanteur sur « The Seventh Sign » et « Magnum Opus » ? Le maître prendra-t-il la pose devant une piscine ou une Ferrari ? Prions mes frères et inclinons nous vers le sol, car un billet de 100 euros nous tend peut être les bras.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Ant'oïn citer
Ant'oïn
16/10/2008 12:49
Il me semble que le triangle c'est la representation de dieu sur les billets US, en plus sa coincide parfaitement avec la modestie de monsieur Moqueur
Dead citer
Dead
16/10/2008 11:15
cglaume a écrit : J'avais pas fait gaffe, mais le père Yngwie avec le nez dans un triangle à l'envers, ça fait un peu 69 avec la femme invisible Mr Green !

Toi, entre tes gamins et Thrasho, tu dois avoir moins de moments d'intimité avec ta femme, non ? Moqueur
cglaume citer
cglaume
16/10/2008 10:39
J'avais pas fait gaffe, mais le père Yngwie avec le nez dans un triangle à l'envers, ça fait un peu 69 avec la femme invisible Mr Green !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/10/2008 08:13
note: 8/10
Jotun a écrit : XD

il s'aime toujours autant cet ingwie, il faudrait que je me décide à écouter un autre album de lui (j'ai qu'un best of)


J'aime beaucoup "Fire And Ice" perso.
Jotun citer
Jotun
15/10/2008 20:45
XD

il s'aime toujours autant cet ingwie, il faudrait que je me décide à écouter un autre album de lui (j'ai qu'un best of)
Dead citer
Dead
15/10/2008 20:41
Pas mal cette pochette : le triangle au milieu met bien en valeur son joli nez

/SAR
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/10/2008 16:23
note: 8/10
Jotun a écrit : Yngwie chroniqué ici XD

Eh oui, tout arrive ! Même Yngwie.
Jotun citer
Jotun
15/10/2008 13:32
Yngwie chroniqué ici XD
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/10/2008 13:26
note: 8/10
Ant'oïn a écrit : Jamais aime...beaucoup trop kitch pour moi (pourtant j'aime ca), ecoutez Patrick Rondat c'est quand meme vachement plus pechu.

Pas le même plaisir. Sur ce que je connais de Rondat, on est plus dans le cadre d'un artiste solo comme Satriani alors que dans le cas de Malmsteen, on est quand même plus proche de la configuration d'un "vrai" groupe, même si c'est lui qui compose tout.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
15/10/2008 13:20
Jamais aime...beaucoup trop kitch pour moi (pourtant j'aime ca), ecoutez Patrick Rondat c'est quand meme vachement plus pechu.
Keyser citer
Keyser
15/10/2008 09:10
note: 8.5/10
Thomas Johansson a écrit : Tu voulais un retour aux vieilleries Keyser ? Mr Green

Mr Green

N'empêche ça me fait plaisir de voir Yngwie chroniqué ici!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/10/2008 09:04
note: 8/10
Tu voulais un retour aux vieilleries Keyser ? Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yngwie Malmsteen
Heavy metal
1994 - Music For Nations
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (5)  7.7/10

plus d'infos sur
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Heavy metal - 1978 - Suède
  

tracklist
01.  Never Die
02.  I Don't Know
03.  Meant To Be
04.  Forever One
05.  Hairtrigger
06.  Brothers
07.  Seventh Sign
08.  Bad Blood
09.  Prisoner Of Your Love
10.  Pyramid Of Cheops
11.  Crash And Burn
12.  Sorrow

Durée : 48:36

line up
voir aussi
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Magnum Opus

1995 - Music For Nations
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Trilogy

1986 - Polygram Music
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Eclipse

1990 - Polygram Music
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Fire And Ice

1992 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Mahakala
Mahakala
The Second Fall

2017 - Supreme Music Creations
  
Trial
Trial
Vessel

2015 - High Roller Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
The Book Of Souls

2015 - Paragon Records
  
Lunar Shadow
Lunar Shadow
The Smokeless Fires

2019 - Cruz Del Sur Music
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Somewhere In Time

1986 - EMI
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique