chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Believer - Gabriel

Chronique

Believer Gabriel
Parallèlement au retour imminent des maestros athées du techno-death (Atheist pour ceux qui n'auraient pas leur licence en 90's Floridian Death Metal), voici revenir les non moins maestros mais beaucoup plus portés sur le crucifix techno-thrashers de Believer. Ne reste plus qu'à se tenir au courant de l'actualité récente d'Agnostic Front et on pourra mettre à jour les fiches de l'ensemble des représentants métalliques des principales approches actuelles vis-à-vis de la religion (Pour info Bigotry a changé de patronyme et Anticlericalism semble ne pas exister…). Depuis « Dimensions », 3e album sorti en 1993, on n'avait pas eu beaucoup de nouvelles du groupe, si ce n'est un live sorti en 2007. Après un tel laps de temps, il n'est pas étonnant de constater qu'il y a eu du changement dans les rangs de la confrérie Believer: les révérends Bachman et Daub ont dégoté de nouveaux paroissiens en les personnes de Jeff King (clavier et programmation), Kevin Leaman (à la guitare) et Elton Nestler (à la basse), et sont dans le même temps passés de l'église réformée de Roadrunner à la respectable communauté Metal Blade.

Personnellement, de Believer je ne connaissais que « Sanity Obscure », deuxième de leur quatre albums – avec « Gabriel » –, et si vous avez eu la curiosité de suivre l'hyper lien ci-avant offert au click fougueux de votre souris, vous aurez constaté que j'avais beaucoup accroché au bestiau. Forcément, la question classique qui s'impose d'elle-même dans ce genre de situation est: alors, plantage / miracle / retournement de veste / sur place? Comment auront-ils réussi à transposer leur patte si personnelle en une époque où sévissent grippe porcine et Benoît XVI?

Eh bien les doigts dans le nez mon capitaine! Believer reprend le cour de son histoire là où il l'avait laissé (enfin je vous rappelle que je ne connais pas « Dimensions ») sans rien abandonner de ce qui faisait sa spécificité. Tout juste peut-on constater un réactualisation de la prod', qui garde néanmoins son grain originel mais qui gagne en ampleur, histoire de ne pas bêtement se fermer des portes par un conservatisme inconsidéré. Believer reste donc ce groupe à part, fortement typé, qui demande certes un peu d'effort à l'auditeur afin de livrer toute sa richesse, mais qui dès lors prodigue avec abondance surprises juteuses et puissantes giclées d'endorphine. On retrouve avec plaisir ce techno-thrash tourmenté, pas forcément hyper véloce mais tout en finesse, évoluant loin des sentiers battus par les rangeots du metal traditionnel (quoique le très slayerien « Focused Lethality » me fasse mentir sur ce point), adoptant souvent une démarche froide et syncopée tel un Coroner en un poil plus sombre ou un Voivod des débuts (cf. « Medwton », « Redshift » « History Of Decline »). A noter pour les non pratiquants que l'une des grosses particularités du groupe – puisque les grattes expertes, la basse judicieusement et fréquemment mise en avant, et la batterie juste, fine, solide et jazzy sont des constantes qui n'étonnent plus personne dans ce genre merveilleux qu'est le techno-thrash – est le chant de Kurt Bachman, à mi-chemin du Snake de « Killing Technology » et du Schmier de « A Bizarre Gardening Accident », c'est-à-dire rageur, venimeux, teigneux, mais donnant dans un registre plutôt aigu – bien qu'évitant les débordements des Castafiores du metal.

Une fois assimilés le grain particulier de la prod' et cette voix sortie d'un autre temps, il vous faudra encore aborder « Gabriel » avec une certaine ouverture d'esprit et ne surtout pas vous attendre à un ersatz de Sodom ou à l'un de ces jeunots de la vague retro-thrash. Non, la musique de Believer, bien que restant catchy et plus qu'occasionnellement punchy, n'en reste pas moins fondamentalement alambiquée, ouverte aux expérimentations … « challenging » comme disent les coachs du dimanche. Ce nouvel album voit d'ailleurs deux éléments peu classiques prendre une importance grandissante. C'est tout d'abord l'emploi fréquent de samples, bidouillages sonores et autres grésillements ambiants gravitant en background qui étonne. Puis, dans une démarche se voulant peut-être dans la continuité du sublime « Dies Irae », c'est la présence du synthé qui se retrouve renforcée, celui-ci venant régulièrement faire écho à la guitare, comme par exemple à 1:18 sur « A Moment In Prime », au moyen de sonorités orgue Hammond-esques, ou encore au sein de « Stoned », sous les atours d'un piano dissonant. Et plus osé encore, le groupe inclut dans sa musique tantôt des chants grégoriens (« Medwton »), tantôt du reggae (la fin de « A Moment In Prime »), voire un pur passage de musique d'ascenseur futuriste (à 2:16 sur « Redshift »), un chant de muezzin (2:55 sur « The Need For Conflict »), de la pop typée TDEP sur les passages les plus accessibles de son dernier album (début de « The Brave ») ou un peu de human beat box (à 3:38 sur « Nonsense Mediated Decay »). Bref, cela risque d'en interloquer plus d'un … et de séduire les hurluberlus marginaux comme votre dévoué serviteur!

Petit bémol toutefois qui justifie que la note de cet album soit un poil plus basse que celle attribuée à « Sanity Obscure »: bien qu'aucun morceau ne soit mauvais, ni même moyen, et que nombre de passages soient rien moins que superbes, il reste qu'il manque à l'album cette poignée de tubes dont on attend qu'ils remportent une adhésion aveugle et immédiate et qu'ils placent l'auditoire dans un état de plénitude béate. Il semble que l'accent ait plus que jamais été mis sur les expérimentations plutôt que sur la recherche d'un impact frontal et direct. Le groupe risque même de perdre des auditeurs en route au cours du long instrumental qu'est « Nonsense Mediated Decay », sur lequel culminent les bidouillages et autres recherches de musiciens/savants fous, l'épilogue constitué de 3 morceaux bonus supplémentaires ne faisant qu'enfoncer plus loin le clou d'une stratégie un peu trop osée pour être raisonnable. Mais bon, tout ceci n'est que vétilles comparé au bon moment que nous fait passer l'album. Et d'ailleurs je me demande même si la vision idéalisée - car emprunte de nostalgie - que j'ai de « Sanity Obscure » ne me le ferait pas juger un peu trop vite comme supérieur à ce nouvel opus pourtant très méritant…

Allez, stop aux tergiversations stériles. Amateurs éclairés de techno-thrash inventif, hors norme, voire expérimental, tentez l'aventure « Gabriel », dernière épître du prophète Believer, qui reste l'un de ces trop rares représentants d'un genre – le techno-thrash! Non mais vous suivez ou bien? – qui voit peu de nouvelles productions sortir année après année, mais qui demeure un réservoir sûr de groupes de qualité et de sensations fortes à haute valeur métallique ajoutée! Entendez ma parole mes frères, et joignez-vous à ma prière!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
16/05/2009 13:31
Arnaud a écrit : Belle chro le lapin jaune, puisqu'elle m'a donné envie de l'acheter.

Merci !
Arnaud citer
Arnaud
16/05/2009 09:47
Belle chro le lapin jaune, puisqu'elle m'a donné envie de l'acheter.
Groupe inconnu pour moi avant l'annonce de leur reformation, mais les extraits en écoutes sont vraiment excellents, il y a des riffs bien bandants et puis ce côté ultra précis...
J'adore.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Believer
Experimental techno thrash
2009 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (21)  7.55/10

plus d'infos sur
Believer
Believer
Experimental techno thrash - 1986 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Medwton
02.   A Moment In Prime
03.   Stoned
04.   Redshift
05.   History Of Decline
06.   The Need For Conflict
07.   Focused Lethality
08.   Shut Out The Sun
09.   The Brave
10.   Nonsense Mediated Decay
+ 3 bonus tracks

Durée : 54:58

line up
parution
14 Avril 2009

voir aussi
Believer
Believer
Sanity Obscure

1990 - Roadrunner Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique