chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
149 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Agoraphobic Nosebleed - Agorapocalypse

Chronique

Agoraphobic Nosebleed Agorapocalypse
A quoi reconnait-on un groupe de grindcore sur wikipedia ? Comptez un peu le nombre de E.P.'s et de splits pour voir, avec des pointures du calibre de CONVERGE, INSECT WARFARE ou encore le TOTAL FUCKING DESTRUCTION de Rich Hoak. Et n'essayez surtout pas de mettre de l'ordre dans tout ce foutoir, c'est peine perdue, à moins que vous ne soyez une encyclopédie vivante de la scène grind, auquel cas vous aurez sans doute remarqué que « Agorapocalypse », que Relapse a eu le bon goût de sortir le jour de mon anniversaire (avec le « Evolution Through Revolution » de BRUTAL TRUTH, beau doublé), n'est en réalité que le troisème album d'AGORAPHOBIC NOSEBLEED! Après la sortie de « Honky Reduction » (1998), "Frozen Corpse Stuffed With Dope" (2002) et le world BPM record du mini « Altered State Of America » (22 minutes, 100 titres! Qui dit mieux?) en 2003, les américains reviennent (un peu) à la raison en proposant un trackilisting plus conventionnel de treize morceaux mixant allègrement death, thrash et grindcore bruitiste, le tout relevé d'une légère sauce electro rappelant FEAR FACTORY ou NAILBOMB, entre deux accélérations plus typiquement napalmiennes.

Car une fois assimilé le drumming caoutchouteux programmé pour tuer par Scott Hull (pas de batteur à l'horizon chez AGORAPHOBIC et vu l'inhumanité du tempo, on comprend mieux!), il y a ici largement de quoi sustenter les amateurs de sensations fortes. Emmené par Scott Hull donc, également guitariste chez PIG DESTROYER (sans oublier son investissement chez ANAL CUNT ou JAPANESE TORTURE COMEDY HOUR), le combo du Massachusetts se paye le luxe d'héberger trois aboyeurs, conférant aux gueulantes une versatilité rafraichissante, entre vociférations animales lorgnant vers le hardcore, interventions death gutturales (plus rares) et hurlements féminins à la FUCK THE FACTS assurés par Kathrine Katz (SALOME). Un trio schizophrène (n'oublions pas Jay Randall, plus Richard Johnson de ENEMY SOIL et DRUGS OF FAITH) qui assure le spectacle et permet à AGORAPHOBIC NOSEBLEED d'échapper une des ornières traditionnelle du grind, à savoir le caractère souvent monocorde du hurleur de service. En plus d'un soin tout particulier accordé au chant, on relèvera avec plaisir la présence d'excellents solos de guitare, chose particulièrement rare vu le genre pratiqué, qui donne à « Agorapocalypse » un petit grain thrash, limite crossover, qui fait toute la différence. Propulsé par une BAR tout ce qu'il y a de décente et une basse omniprésente qui fait plaisir à entendre, ce second full length est à créditer d'un trackilisting dynamique, le groupe multipliant les variations de tempo, surtout à mi parcours : guitares syncopées limite rap metal sur « Question Of Integrity », laché de leads à l'ancienne dès le démarrage de « Timelord Zero (Chronovore) » à la manière d'un « Captor Of Sin », solo de BAR (très supportable, rassurez vous) sur « First National Stem Cell And Clone », basse ligamentaire et marteau pilon hypnotique sur « Timelord Two (Paradoxical Reaction) » et réminiscences de GODFLESH sur « Trauma Queen », au feeling jazzy et destructuré évoquant immanquablement BRUTAL TRUTH. Contrairement à leurs collègues d'ANTIGAMA, eux aussi couvés par Relapse et dont le récent « Warning » est difficilement défendable, les américains ne baissent jamais la garde et soignent l'intégration des passages les plus audacieux, en se gardant bien de séparer le grind de l'ivraie. En résulte un skeud physiquement exigeant, massif et dense dont le seul défaut apparent est de finir un peu en vrac (la sauvage « Ex-Cop », peut être pas le final rêvé, un mid tempo tétanisant aurait plus fait l'affaire) et l'absence de hit véritable, défaut très relatif pour du grindcore. Ajoutez au programme des choix de titres fendards (« Agorapocalypse », « Loneliness Of The Long Distance Drug Runner ») fleurant bon la perversion (« Dick To Mouth Resuscitation », « Druggernaut Jug Fuck ») et de déjà fort sympathiques, les quatre lascars d'AGORAPHOBIC NOSEBLEED passent illico au statut d'irrésistibles engendrés sans idéaux, dont on se plaira à diffuser les déflagrations sonores à même la rue, des fois que les anonymes du quartier squattent un peu trop longtemps votre perron. Agoraphobes on vous dit ...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/05/2009 15:33
note: 7.5/10
Ouais bon, en même temps, je vais pas citer l'intégrale de la disco non plus, c'est pas le but.
citer
Darkmorue
21/05/2009 15:31
Y'a aussi Bestial Mchinery, double CD de 136 morceaux pour 80min, qu'il faut pas oublier!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
21/05/2009 11:40
note: 7.5/10
Ah oui exact, j'avais mal lu. Je corrige de ce pas, merci pour la remarque LostSon.
LostSon citer
LostSon
20/05/2009 17:27
Erreur sur la chro: c'est le troisième album, ne surtout pas oublier "Frozen corpse stuffed with dope", sans doute le meilleur du groupe, groupe que j'adore personnellement.
J'ai écouté que l'ecard de cet album,et c'est clairement moins foufou-ultra violent que ce le groupe a fait par le passé, mais ca reste très sympa...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Agoraphobic Nosebleed
Cyber grind/thrash
2009 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  8.17/10
Webzines : (30)  7.92/10

plus d'infos sur
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
Cyber grind/thrash - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Timelord Zero (Chronovore)
02.  Agorapocalypse Now
03.  Timelord One (Loneliness Of The Long Distance Drug Runner)
04.  Dick To Mouth Resuscitation
05.  Moral Distortion
06.  Hung From The Rising Sun
07.  First National Stem Cell And Clone
08.  Question Of Integrity
09.  Timelord Two (Paradoxical Reaction)
10.  Trauma Queen
11.  White On White Crime
12.  Druggernault Jug Fuck
13.  Ex-Cop

Durée : 28:37

line up
parution
20 Avril 2009

voir aussi
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
Arc (EP)

2016 - Relapse Records
  
Agoraphobic Nosebleed
Agoraphobic Nosebleed
A Joyful Noise (EP)

2011 - Relapse Records
  
Despise You / Agoraphobic Nosebleed
Despise You / Agoraphobic Nosebleed
And On And On ... (Split-CD)

2011 - Relapse Records
  

Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique
Encoffinized
Chambers Of Deprivation
Lire la chronique