chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tormented - Rotten Death

Chronique

Tormented Rotten Death
Les chroniques de « true » death suédois s'enchaînent (Axis Powers, Tribulation, Bone Gnawer, Sanctification, Vomitory, Demonical, My Own Grave…) et la nuée s'étend toujours un peu plus. Encore à des années lumières des termes « trigger », « chant clair » et autres « synthétique », cette fois-ci c'est la « dream team » Tormented qui pointe le bout de son pentacle. Fondée en 2008, elle marque les retrouvailles de deux ex-Edge Of Sanity (et ex-Incapacity), à savoir l'ex-guitariste Andreas "Drette" Axelson (Marduk, Infestdead) et le ponctuel remplaçant de Dan Swanö, Roberth "Robban" Karlsson (Scar Symmetry, Pan.Thy.Monium, Devian, Solar Dawn). Le groupe n'attendra pas bien longtemps avant de signer sur le label suédois Iron Fist Productions afin de sortir son premier opus Rotten Death.

En silence radio depuis son départ d'Incapacity il y a 3 ans et demi, quelle joie de pouvoir écouter le nouveau rejeton de maître Andreas Axelson (fondateur de Marduk et d'Edge Of Sanity pour les incultes), qui en plus d'être au chant, s'occupe aussi de la guitare ! D'ailleurs pas besoin de vous décrire la chose en un pavé, Tormented surfe sur la même vague que Death Breath : son cradingue influencé par Autopsy, Nihilist, Carnage, Bathory et consorts affublé d'une ambiance kitsch de film d'horreur de séries Z (aux moult samples éparpillés) ! On connaissait déjà le chant black d'Andreas dans Marduk et son chant death viril dans Incapacity et Infestdead, cette fois le bonhomme est méconnaissable dans Tormented. Totalement possédé, il s'imprégnera de bout en bout de ce metal de la fin des années 80/début 90. Musicalement, Rotten Death se veut légèrement moins subtil que son aîné Death Breath, les Suédois iront balancer le gros paté en décomposition façon « keupon » (« Burning Torment », « Drowning In Decaying Flesh ») avec les quelques riffs à vous hanter les esgourdes pendant vos escapades dans les cimetières (« Blood Of The Undead » ou « Death Owns The Night »).

Trop de comparaisons à Death Breath ? Oui vous avez raison. Et c'est bien ça le problème, impossible de ne pas écouter Stinking Up The Night et après ce Rotten Death. Que ce soit le chant, les riffs, l'ambiance, le son… Tout semble concordé à la différence près que le groupe de Stockholm (Death Breath) maîtrise un poil mieux son sujet et ça malgré les gros hits de fin « Come Back From The Dead » (quel refrain !), le hit calqué sur Dismember « Tomb Of Corpses » ou la méchamment bourrine « Reverse Funeral ». Les compositions de Rotten Death comme dans beaucoup de groupes de cette déferlante « pure swedish death metal » sont parfois inégales et essoufflent malencontreusement la galette (reprenant une grosse bouffée après un riff bien musclé). Point se voulant moins marqué sur Stinking Up The Night.

Merveilleusement sale et headbanguant, Rotten Death est un bel hommage aux prémices du death metal. En attendant le prochain Death Breath qui possède une longueur d'avance dans le style, Tormented devrait suffisamment rassasier les amateurs de l'old school. Quant à savoir si il s'agit d'un simple délire de potes ou un groupe à la future discographie généreuse, l'avenir nous le dira. En tout cas très bonne surprise que cela. On attend la suite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
06/08/2009 11:07
note: 8/10
Bonne surprise que cet album qui fera partie d'une prochaine commande! Le revival old-school bât son plein!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tormented
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (11)  7.23/10

plus d'infos sur
Tormented
Tormented
Death Metal - 2008 - Suède
  

tracklist
01.   Rotten Death
02.   Vengeance From Beyond The Grave
03.   Blood Of The Undead
04.   Burning Torment
05.   Death Owns The Night
06.   Come Back From The Dead
07.   Drowning In Decaying Flesh
08.   Tomb Of Corpses
09.   Reversed Funeral

line up
parution
30 Mai 2009

voir aussi
Tormented
Tormented
Death Awaits

2013 - Listenable Records
  
Tormented
Tormented
Graveyard Lust (EP)

2012 - War Anthem Records
  

Essayez aussi
Hyperdontia
Hyperdontia
Nexus Of Teeth

2018 - Dark Descent Records
  
The Forsaken
The Forsaken
Beyond Redemption

2012 - Massacre Records
  
Evoked
Evoked
Immoral Arts (EP)

2024 - F.D.A. Records
  
Incantation
Incantation
Vanquish In Vengeance

2012 - Listenable Records
  
Supreme Pain
Supreme Pain
Divine Incarnation

2011 - Massacre Records
  

This Ending
Crowned In Blood
Lire la chronique
Hyperdontia
Harvest Of Malevolence
Lire la chronique
Ossilegium
The Gods Below
Lire la chronique
Lethal Blaster
Velocidad sangrienta
Lire la chronique
Hardened
Pale Eternal Fog
Lire la chronique
Sol
Promethean Sessions
Lire la chronique
Speed
Gang Called Speed (EP)
Lire la chronique
The River's Source
MMXXII​ / ​MMXXIII
Lire la chronique
Scattered Remnants
Procreating Mass Carnage (D...
Lire la chronique
Crawl
Altar Of Disgust
Lire la chronique
Evoked
Immoral Arts (EP)
Lire la chronique
LIXIVIAT FESTIVAL #2
Blockheads + Feastem + P.L....
Lire le live report
Gorgasm
Sadichist (EP)
Lire la chronique
One Step Closer
All You Embrace
Lire la chronique
Anges de la Mort
Notre tombeau grand ouvert
Lire la chronique
Ernte
Weltenzerstörer
Lire la chronique
Houle
Ciel Cendre Et Mis​è​re Noi...
Lire la chronique
La photo mystère du 16 Juin 2024
Jouer à la Photo mystère
Castrated
Surgical Vicissitude (EP)
Lire la chronique
Hemorrhoid
Raw Materials Of Decay
Lire la chronique
LADLO in Paris II
Aorlhac + Houle + Pénitence...
Lire le live report
Darkend
Viaticum
Lire la chronique
Prisonnier Du Temps
Comme Un Lion En Cage
Lire la chronique
Extinct
Incitement Of Violence
Lire la chronique
Immune to Them
Vomit the Chains (EP)
Lire la chronique
Phantom
Transylvanian Nightmare (EP)
Lire la chronique
Six Feet Under
Killing For Revenge
Lire la chronique
SETH
Lire l'interview
Zørza
Hellven
Lire la chronique
Vltimas
Epic
Lire la chronique