chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kickback - No Surrender

Chronique

Kickback No Surrender
Le simple nom de Kickback évoque déjà beaucoup de choses chez la plupart d'entre nous. Une attitude volontairement provocatrice, des prestations scéniques surchauffées (remember Hellfest 2007), des albums relevant de la fessée sonore... la démarche artistique du groupe pourrait être résumée par un gros majeur pointé à la face du monde. Dès lors tout est assez simple: Kickback on aime ou on déteste. Personnellement j'adore. Ayant grandi au doux son de « Cornered », album somme toute classique dans le fond mais d'une efficacité à faire pâlir Michael Jackson, il va sans dire que j'attendais avec impatience ce nouvel album, dix ans après « Les 150 Passions Meurtrières » qui avait bien remué le couteau dans la plaie.

Je laisserai volontairement de côté tout l'aspect "sulfureux", "controversé" se rattachant au groupe pour me concentrer uniquement sur la musique, ou disons plutôt l'objet artistique que représente « No Surrender ». Car depuis les débuts déjà les parisiens ont toujours autant soigné l'image que le son (on connaît leur penchant pour le septième art [Gaspard Noé et le cinéma asiatique en tête] et la photo notamment [Antoine D'Agata par exemple, dont une citation clôture le livret]), et l'on retrouve ici les thèmes classiques du combo: le nihilisme, la drogue, les putes... la vie quoi! Tout ce qui fait qu'on se croirait, à l'écoute de cet opus, dans une petite ruelle des faubourgs de Bangkok, éclairé par un néon clignotant sur le déclin, la bite molle et encore rougie par une bonne pipe pratiquée par une jeune asiatique d' officiellement 18 ans et attendant fébrilement qu'un dealer nous ramène quelques grammes de coke. Oui « No Surrender » c'est à peu près ça. Il serait un doux euphémisme de dire que cet album est le plus malsain, sombre, glauque et haineux du groupe, il l'est même bien plus qu'un tas d'autres albums le revendiquant, mais là n'est pas le propos. Il se dégage de ces onze titres à la fois un malaise palpable, un dégoût de toute chose, le tout dans une atmosphère pourtant chaude et humide, aidée en cela par l'artwork mêlant tous ces aspects (artwork double, deux pochettes et deux livret étant disponibles; l'une inspirée du film de Gaspard Noé « Seul contre tous » dont on retrouve une nouvelle fois un extrait, l'autre surnommée "machette"). La production beaucoup plus organique que par le passé rajoute encore à cela et donne un côté très live à « No Surrender ». Bref la bande à Stephen Bessac a de nouveau peaufiné l'emballage autant que le contenu. Intéressons-nous y donc au contenu.

Inutile de dire que le recrutement de Damien (aka Toxik H., Diapsiquir, Arkhon Infaustus) suite au départ d' Irvin Oziel a considérablement changé la donne pour Kickback. Le bonhomme, en arrivage de la scène black et ayant très peu d'attache hardcore, a bien évidemment injecté au combo et à sa musique une partie de son bagage et de sa culture métallique. En tout cas on imagine aisément que c'était le genre de personne qui convenait à merveille au groupe. Je vais être franc, sur le plan strictement musical je garderai toujours une préférence pour les deux brûlots hardcore que sont « Cornered » et « Forever War », avec lesquels ce « No Surrender » ne conserve finalement qu'assez peu de similitudes. On est assez loin ici du hardcore-métal plutôt classique des débuts, la musique de Kickback a désormais mué, tout en gardant bien sûr des fondations affiliées au style des débuts (« Deathlust », « The low of the self », « If I die tonight », « Unholy triumph »), vers quelque chose de plus sombre, ficelé de riffs alambiqués et tortueux alliant arpèges, dissonances et tremoli, une musique beaucoup moins carrée, plus surprenante, mouvante ( « Aging disgracefully », « Still on the prowl », « Sideshow », « Warpath ») lorgnant maintenant plus vers un Catharsis que vers All Out War. Harmonie parfaite entre le son et l'image. Reste que jusqu'ici Kickback c'était comme un gros coup de poing américain en pleine face, direct et sans concession. « No Surrender » quant à lui viendra vous prendre à la gorge pour resserrer gentiment et insidieusement son étreinte fatale. Et même si ce baiser mortel recèle bien des moments d'anthologie, il me manquera toujours ce côté in your face qui faisait de Kickback l'un des tout meilleur groupe de hardcore, capable de pondre des titres éveillant en moi des pulsions violentes insoupçonnées (les débuts de « Heaven and hell » ou « Ruining the show » me donnant inévitablement envie d'égorger la première personne que je croise). Parfois taxé d'ambiances à la Arkhon Infaustus, même si je n'irais pas jusque là, il est vrai que les titres dégagent une atmosphère désormais plus malsaine encore, une même violence sous une forme différente. La voix de Stephen, peut-être encore plus éraillée qu'auparavant, viendra ponctuer merveilleusement ce déluge de mauvais sentiments. Et malgré tout, ça fait toujours très mal! Mais on en redemande.

S'il y a bien une chose qui est sûre en tout cas, c'est que nos parisiens ne sont pas prêts avec ce nouvel opus d'arrêter d'alimenter les débats stériles et autres discussions de cour de récré envenimées autour de l'attitude ou pour savoir si Kickback c'est plus ou moins malsain que le black metal. Mais qu'est-ce qu'on en a à battre? Kickback on aime ou on déteste. Et même si je trouve ce dernier glaviot un peu en dessous du reste, je persiste et signe: moi j'adore. De toute façon this is for them, this is not for us.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Oska
10/12/2013 02:45
Perso, j'ai découvert Kickback avec Cornered. Et plus la chronologie du groupe défile, plus il m'a surpris. Ca commencait par des mandales en pleine gueule, c'est desormais des coups de machettes, ou de scalpels, selon les pistes, selon les mesures. La violence se fait moins classique, donc moins formatée, donc moins routinière.
Niktareum citer
Niktareum
09/10/2013 22:06
note: 7.5/10
Ben écoute on sera pas d'accord là dessus. Pour moi "Forever War" est éminemment plus violent que tout ce qu'ils ont pu sortir par la suite. M'enfin l'égout et les couleurs comme disait l'autre...
KPM citer
KPM
09/10/2013 21:25
note: 10/10
Le truc c'est qu'il bute des culs comme tu dis justement parce qu'il explose toute la scène hardcore classique en incorporant d'autres éléments. Le chant est plus haineux, les parties considérées violentes encore plus violentes car elles tranchent avec celles plus ambiancées et le riffing est moins lourdingue à la longue.

Après ça change rien que je découvre Kickback avec Cornered ou pas, d'autant plus que le premier album du groupe que j'ai écouté est Forever War, qui est plus abouti que le premier et que je classe parmi mes favoris du NYHC. Mais en posant mes oreilles sur No Surrender j'ai juste été frappé par l'intelligence du propos, et pourtant la violence qui s'en dégage est réelle, hors de contrôle, alors que les autres se contentent du cadre des riffs pour bouger l'auditeur. Tout dans cet album EST la violence et elle te prend par là où tu ne t'y attends pas.
Niktareum citer
Niktareum
09/10/2013 13:49
note: 7.5/10
Question de point de vue. Moi je m'en fou qu'il soit irrespectueux. Je veux juste qu'il bute des culs, c'est ce que j'attends de Kickback, et là c'est moins le cas qu'auparavant. Après tu n'as peut-être pas découvert Kickback avec "Cornered" (enfin je suppose, dis moi si je me trompe Clin d'oeil) ça joue forcément sur l'appréciation de la suite. Et globalement je suis assez moyennement branché sur toute cette scène hardcore noire/malsaine/black métôl vers laquelle ils tendent aujourd'hui (même si c'est moins marqué sur celui que sur le dernier)
KPM citer
KPM
09/10/2013 10:58
note: 10/10
Il est quand même moche ce 7.5 pour l'album de méchant hardcore le plus irrespectueux de toutes considérations stylistiques.
Worthless citer
Worthless
06/08/2009 22:12
Un des albums de l'année pour moi aussi. Rarement le HxC s'est fait si noir et malsain.
Niktareum citer
Niktareum
06/08/2009 18:48
note: 7.5/10
Bah la note représente juste le fait que je trouve qu'il y a quand même quelques longueurs et des parties un peu moins intéressantes. "Forever war" (si j'arrive à le chroniquer un jour Mr Green ) tapera dans un bon 8.5-9/10 lui.
Saku' citer
Saku'
06/08/2009 18:43
note: 9/10
J'ai trouvé cet album énorme. Ta chro résume tout, ambiance malsaine, torturé. C'est sincère, violent et surtout très bien foutu.

On oscille entre passages crades à limite de Gaza et riffs efficace typiquement hardcore.

Bref ça tue et c'est surtout assez original, ça fait du bien du vent frais ! Un des albums de l'année.

Par contre je trouve ta note trop faiblard

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kickback
"Hardcore"
2009 - GSR music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (22)  8.86/10
Webzines : (18)  8.53/10

plus d'infos sur
Kickback
Kickback
? - 1991 - France
  

tracklist
01.   No surrender
02.   Deathlust
03.   Still on the prowl
04.   Aging disgracefully
05.   Woods are wet : woman hell
06.   The law of the self
07.   If i die tonight
08.   Sideshow
09.   Unholy triumph
10.   The audience is the target
11.   Warpath

line up
parution
12 Juin 2009

voir aussi
Kickback
Kickback
Et Le Diable Rit Avec Nous

2011 - GSR music
  
Kickback
Kickback
Cornered

1995 - Hostile Records
  

Essayez aussi
Backtrack
Backtrack
Darker Half

2011 - Reaper Records
  
Mizery
Mizery
Survive The Vibe (EP)

2014 - Lion's Share
  
Jesus Piece
Jesus Piece
Only Self

2018 - Southern Lord Recordings
  
Dead End Path
Dead End Path
Blind Faith

2011 - Triple B
  
Bent Life
Bent Life
Bent Life (EP)

2012 - 6131 Records
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast