chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
145 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tenet - Sovereign

Chronique

Tenet Sovereign
Les all-star bands annoncés de longue date comme de potentiels nouveaux patrons du circuit, on a l'habitude, et surtout celle d'être déçus en bout de course par un produit tout sauf conforme au pedigree de leurs acteurs. C'est bien connu, un casting alléchant ne garantit pas forcément un album mémorable à l'arrivée, d'autant que les musiciens de renom de la scène metal ont souvent à coeur de rompre avec les automatismes de composition de leurs groupes respectifs. Dans cet ordre d'idée, TENET, le projet post-STRAPPING YOUNG LAD/ZIMMER'S HOLE de Jed Simon (pourtant mis sur les rails dès 1996 avec le batteur Steve Wheeler), dont on pouvait cerner les contours rythmiques sur myspace il y a déjà un an et demi, s'était mis une pression d'enfer par le seul renom des participants : la section rythmique toute entière de SYL (Byron Stroud et Gene Hoglan, qui remplace Adrian Erlandsson au pied levé) associée à deux vieilles gloires de la scène thrash nord américaine, Steve Souza (EXODUS, DUBLIN DEATH PATROL) et Glen Alvelais (FORBIDDEN, TESTAMENT). Et comme de bien entendu, « Sovereign » sonnerait comme tout sauf un croisement entre la machine de guerre canadienne et du thrash classieux estampillé bay area. Restait à savoir quelle voie emprunteraient nos bourrins préférés, entre hardcore mélodique teinté de glam et postcore à chanteuse, à coup sûr deux marchés porteurs d'avenir au cours de la prochaine décennie.

Eh bien sonnez clairons, résonnez trompettes mes frères car contre toute attente, l'affiche tient les promesses de son titre : STRAPPING YOUNG LAD + EXODUS + TESTAMENT = TENET. Alors vous me direz, t'es bien gentil coco, mais le mélange entre thrash vintage et metal moderne façon Townsend, je demande à voir. Pour être très clair d'emblée, ce premier album s'adresse bien plus aux aficionados de thrash US qu'aux adorateurs de maître Devin ; si les chantres de la modernité retrouveront certains de leurs petits sur le plan rythmique, les poids lourds Jed Simon, Byron Stroud et Gene Hoglan remplissant parfaitement leurs rôles de maîtres démolisseurs, le chant à l'ancienne et sans aucune concession de Zetro risque de former pour pas mal d'entre eux un obstacle insurmontable. En effet, face à pareil systématisme dans le pilonnage, que faire lorsqu'on est identifié comme le Brian Johnson du thrash, troisième sorcière officielle de la contrée après Blair Witch et Bobby « Blitz » Ellsworth (OVERKILL)? Vomir façon ultra guttural brutal slammoshing death metal? Virer industrial rock et faire comme le Kapt'n K, planqué derrière un mégaphone? Point du tout. Pour faire bonne figure, l'inégalable Steve Souza (dont je suis fan absolu, vous l'aurez compris) s'est mis en tête de gueuler, comme jamais, à plein poumons, et tout le temps. Complètement hors de lui, l'ancien frontman de EXODUS livre une prestation à ce point ahurissante que mêmes ses sympatisants habituels finiront l'album sur les reins, estomaqués par l'intensité (et la fréquence redoublée) de ses hurlements. Première surprise de taille, l'élément le plus extrême du disque n'est donc pas le jeu de double pédale de Gene Hoglan mais bel et bien le chant!

On se félicitera de la présence du génial Zetro qui, non content de ringardiser définitivement Rob Dukes et de renvoyer à leurs chères études l'armada de gueulards sans coffre ni charisme de la new wave of american thrash metal, trouve ici un terrain de jeu propice aux épanchements les plus brutaux. La décennie écoulée n'ayant pas accouchée d'un trop plein de chef d'oeuvres en la matière, « Sovereign », qui par bien des aspects se rapproche de mon idéal thrash-métallique, débarque à point nommé pour rétablir certaines valeurs de bases, au premier rang desquelles se trouvent les solis : entre les partisans de l'épure rythmique rejouant le même morceau à l'identique quatre albums durant (LEGION OF THE DAMNED), les papys en bout de course qui n'arrivent plus à aligner deux leads correctes (METALLICA et surtout SLAYER, dont le « World Painted Blood » s'annonce calamiteux) et la jeune garde qui confond vitesse et précipitation (RAMMING SPEED, BONDED BY BLOOD et consorts), il n'y avait guère que Dave Mustaine, Alex Skolnick ou Glen Drover pour relever le niveau (non, je n'oublie pas Jeff Loomis de NEVERMORE). Ajoutons désormais à cette liste l'excellent Glen Alvelais, intérimaire de luxe chez TESTAMENT sur le live « Return To The Apocalyptic City » et « Demonic » (avec Gene Hoglan, déjà). On savait le bonhomme suffisament doué pour relayer au pied levé un Alex Skolnick démissionnaire mais au regard du niveau de jeu dont il fait montre ici, le terme d'intérimaire de luxe deviendrait presque insultant. Dans un registre très proche de ce que TESTAMENT proposait sur ses cinq premiers albums (et sur son petit dernier, « The Formation Of Damnation »), Glen Alvelais, en charge de la section lead, caviarde l'album d'interventions aussi inventives que lumineuses, saisissant la moindre occasion d'aligner un déluge de notes aussi jouissif qu'un meeting impromptu entre John Rambo et une escouade de birmans. Rarement prévisibles dans leur placement, les compositions de Jed Simon évitant avec brio l'écueil d'une structure basique, ses solis occupent l'espace sonore de manière aléatoire, que ce soit dès l'entame (« Watching You Burn », dès 8 secondes), à la relance le temps d'un final explosif (« Crown Of Thorns », « Take A Long Line ») ou encore à mi parcours sur « Hail! Hail! » pour ce qui s'impose comme le passage thrash le plus marquant depuis des lustres : porté par les coups de semonces brise-nuques d'un riff sylien au possible, le morceau décolle véritablement à 1:50, le temps d'une monstrueuse envolée héroïque (plus d'une minute au compteur!) qui tient du pur génie, Steve Souza en rajoutant une couche à l'adresse d'un public qu'on imagine incandescent en concert sur pareil chef d'oeuvre. Plus conquérant tu meurs et si l'on doit un jour gravir les marches du paradis (ok, dans mon cas ce sera sûrement l'enfer), c'est au son de « Hail! Hail! » que l'on fera son entrée au royaume des morts!

Au carrefour d'un thrash moderne et puissant, jonglant habilement entre excès de vitesse (la speedée « Being And Nothingness », « Crown Of Thorns », « Take A Long Line »), avalanche de blasts et de double pédale (« Indulge Me ») et mid tempo plus ou moins séduisant – « Unnameable », un peu longuette, la sombre, rampante et atypique « Going Down » - « Sovereign » n'est toutefois pas exempts de (légers) défauts. Outre une production signée Jed Simon et Vincent Wojno (le « Cause For Conflict » de KREATOR) tirant un peu trop vers les aigus, le niveau de jeu global, quoique vraiment très réjouissant, reste un peu inégal, TENET se contentant pour l'instant de flamber par séquences. Sans doute est-ce le prix à payer d'une alliance old school/new school restant encore à parfaire, Glen Alvelais ayant parfois du mal à caler ses parties ultra mélodiques sur les riffs nerveux de Jed Simon (sur « Crown Of Thorns » à 2:56 notamment). La fin de programme n'étant pas des plus enthousiasmantes – le ventre mou de « Watching You Burn » et un title track étonnament faiblard pour conclure – on insistera plus volontiers sur les premières salves d'un « Sovereign » débordant de hargne et de rage, brillant sur le plan mélodique, à peine moins abouti sur le plan des riffs, encore que ceux, fantastiques, de « Being Nothingness » et « Take A Long Line » valent que l'on passe outre deux ou trois minces imperfections.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

DetoxAAA citer
DetoxAAA
24/02/2010 11:45
note: 8.5/10
C'est vraiment un très bon album, du Thrash puissant qui frise le Death Metal, et le son est vraiment puissant. Le Line up peut laisser rêveur avec des musiciens de marque !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/08/2009 12:57
note: 8.5/10
Keyser a écrit : [quote="Thomas Johansson"]Grave haha! Va écouter Eliminator, je suis sûr que t'aimeras pas Mr Green


Manqué! j'ai trouvé ça pas mal en fait.
Keyser citer
Keyser
18/08/2009 17:56
Thomas Johansson a écrit : Keyser a écrit : Pas convaincu par les extraits typiques du thrash moderne, ça bourre de façon stérile avec une grosse prod mais sans âme...

C'est dingue, on est quand même rarement en phase sur le thrash toi et moi, sorti de Megadeth et Machine Head. Un peu comme en football quoi ...


Grave haha! Va écouter Eliminator, je suis sûr que t'aimeras pas Mr Green
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/08/2009 13:39
note: 8.5/10
Keyser a écrit : Pas convaincu par les extraits typiques du thrash moderne, ça bourre de façon stérile avec une grosse prod mais sans âme...

C'est dingue, on est quand même rarement en phase sur le thrash toi et moi, sorti de Megadeth et Machine Head. Un peu comme en football quoi ...
Keyser citer
Keyser
17/08/2009 21:06
Pas convaincu par les extraits typiques du thrash moderne, ça bourre de façon stérile avec une grosse prod mais sans âme...
Niktareum citer
Niktareum
17/08/2009 20:16
C'est alléchant tout ça!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
17/08/2009 17:20
note: 8.5/10
Merci Onizoku et je suis bien de ton avis, Zetro manque cruellement à Exodus.
Onizoku citer
Onizoku
17/08/2009 16:08
Une seule chose à dire après avoir écouté cet album : mais virez moi Rob Dukes et hail Souza pour un éventuel Exhibit B. Gros sourire Je l'adorais déjà mais après avoir vu le live à San Francisco de 2003 ou 2004 je sais plus trop, je frôle également la vénération à présent.
Désolé pour le léger HS, excellente chronique en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tenet
Thrash metal moderne
2009 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.33/10
Webzines : (17)  7.44/10

plus d'infos sur
Tenet
Tenet
Thrash metal moderne - 1996 - Canada
  

écoutez
tracklist
01.  Being And Nothingness
02.  Indulge Me
03.  Crown Of Thorns
04.  Unnameable
05.  Take A Long Line
06.  Going Down
07.  Hail! Hail!
08.  Watching You Burn
09.  Sovereign

Durée : 34:28

line up
parution
20 Juillet 2009

Essayez aussi
Seven Tongues Of God
Seven Tongues Of God
MentalizatioN

2007 - Autoproduction
  
Destinity
Destinity
The Inside

2008 - Rupture Music
  
Criminal
Criminal
Akelarre

2011 - Massacre Records
  
Lyzanxia
Lyzanxia
Mindcrimes

2003 - Autoproduction
  
eOn
eOn
Unscared

2009 - La Fissure Productions
  

Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique
And Now The Owls Are Smiling
The Comforting Grip of Misery
Lire la chronique