chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Punish Yourself - Pink Panther Party

Chronique

Punish Yourself Pink Panther Party
Autant l'avouer tout de suite: avant l'arrivée de la cuvée 2009, je n'avais jamais eu l'occasion de me flageller les oreilles au son des albums de Punish Yourself. Sauf que le titre "Gay Boys in Bondage" avait atterri il y a quelques années de ça sur un sampler de Rock Hard (aux côtés de «Ten Seconds » de Blaze, du « Loser » de Ayreon et du « Trollhammaren » de Finntroll … je vous dis ça de mémoire), et que ce mélange d'électro dance-floorisante, d'indus et de « party freak attitude » m'avait méchamment botté. Typiquement le genre de musique qui fout la patate, ne respecte rien et fonce dans le tas tout en faisant hurler le métalleux outragé! A l'annonce de la sortie de "Cult Movie" - il y a deux ans de cela -, j'étais resté prudemment sur le bas-côté, l'album étant annoncé comme atypique, ce qui signifiait alors en l'occurrence « agencé comme une B.O de film entièrement instrumentale » ... Mais quand m'est venu aux oreilles l'annonce de la sortie imminente d'une galette portant le doux nom de "Pink Panther Party", aussi sec se sont formées dans mon cortex des images de créatures cartoonesques couvertes de cuir et de piercings, suant à grosses gouttes sous une jungle de néons colorés et d'enceintes crachant sans relâche de grosses giclées de beats. Yeah, les happy dirty & noisy electro-terroristes sont de retour, et ce coup-ci je vais m'en payer une bonne tranche!!

Oui mais là, déception. Au lieu de retrouver la voix taquine et autoritaire de la coquinette qui nous contait les mésaventures de moustachus ligotés, voilà-ti-pas que sort de mes écouteurs un indus "standard", sombre, martial, parfois lancinant, évoluant entre le old-Ministry (surtout) et les froideurs d'un Treponem Pal (sur « End of the Western World » et « Welcome to now » par exemple), le tout étant placé sous le haut patronage de cordes vocales beaucoup plus masculines et passe-partout que ce à quoi je m'attendais. Bah elle est où la carte postale « Cyber-Andrew W.K. en short jaune fluo et ceinture-god' à clous »? Pas franchement de panthère rose ni de grosse fiesta en vue lors des premières écoutes de la galette, le côté electro-dansant ayant apparemment laissé la place à plus de tension, de noirceur, de poussière … Bah merde alors, moi qui étais chaud bouillant là?!

Allez, on laisse la boule à facettes de côté, mais on ne va pas se décourager pour autant. Dans quel trip les french techno-masos sont-ils partis cette fois-ci? Premier constat: le groupe met un point d'honneur à entretenir une atmosphère futuriste et sombre (Blade Runner-like pour caricaturer) tout au long de l'album, afin – j'imagine – d'homogénéiser son propos. Pour ce faire il use d'intros et d'interludes ambiancées (pas moins de 3 morceaux sur 12), enchaîne certains titres sans coupure aucune ( « End of the Western World » et « (My Name is) Legion ») et démarre régulièrement ses titres sur des crescendos (tu vas voir que Keyser aurait écrit crescendi!) ou des fade in toute en déploiement de tension progressif. Bref, "Pink Panther Party" n'a rien d'une collection hétéroclite de hits colorés et in your face. Pourtant, peu à peu, on réalise que même dans les moments les plus froids et sombres, le groupe réussit à communiquer une certaine patate, la rythmique martelant certes de manière assez mécanique mais avec vigueur, l'invitation à se bouger le train n'étant finalement jamais très loin. Prenez par exemple un « Born in Thorns / Torn to Pieces », morceau pourtant tout en tension, en vocaux haineux et en mode Ministry furibard: celui-ci se révèle plein d'énergie et particulièrement entraînant. Plus parlant encore, l'indus furieux, grandiloquent et apocalyptique de « This is my Body, this is my Gasoline », bien qu'éminemment nihiliste et revêche, se retrouve bien vite dans le top 3 des titres les plus intéressants de cet album, la puissance et l'énergie déployées faisant rapidement décoller l'auditeur loin au-dessus de son sofa.

Et puis le groupe nous réserve quand même une bonne petite brochette de morceaux bien sympatoches, moins lourdement typés indus sombre et plus proches de sucreries type Die Krupps, Killing Joke, Marylin Manson, voire Mindless Self Indulgence. Prenez « (My Name is) Legion »: grosse louchée de groove, touches electro légères, rythmique imparable, formatage hit aux petits oignons… On pourrait se croire en train d'écouter une reprise de Depeche Mode effectuée par un Manson particulièrement en jambes. Que dire de « Zmeya » qui démarre sur une rythmique qui évoque de loin le « The beautiful people » de qui-vous-savez, et qui donne direct à l'auditeur l'impression d'être bien au chaud dans ses pantoufles (ma foi, tout de même: un brin facile ce titre, avec – à partir de 3:32 – le sempiternel passage permettant à coup sûr de faire entonner une série de Hey! Hey! à un public en délire). Le pompon du tube efficace et grand public revient à « You ain't Got Me », très electro-pop et prêt à cartonner dans les clubs branchés. Le groupe a d'ailleurs sans doute senti que le morceau dénotait un poil, et a préféré clore l'album sur un « Welcome to Now » beaucoup moins euphorisant.

Allez, concluons vite et bien: cet album est donc pour moi une micro-déception par rapport à ce que j'attendais initialement de Punish Yourself. En même temps je vous rappelle que je ne connaissais le groupe que par l'intermédiaire d'un seul et unique morceau. Mais si les frenchies ne sont pas dans la niche singulière et festive où je les attendais, mais plutôt dans des standards indus plus « classiques », il n'en reste pas moins qu'ils délivrent un album énergique, accrocheur et puissant qui devrait ravir les amateurs du genre. Ces derniers peuvent d'ailleurs arrondir à loisir ma note quelques poils plus haut.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

max.scxxxd citer
max.scxxxd
24/01/2015 23:07
note: 9/10
en album ça passe très bien, mais en live... ça déboite tout!
cglaume citer
cglaume
15/10/2009 06:21
note: 7.5/10
Ant1 a écrit : Je dirais que loin de t'être trompé, c'était plutôt le cas sur les premiers albums.

Je finirai bien par m'acheter Sexplosive Locomotive pour vérifier tout ça !
Ant1 citer
Ant1
14/10/2009 18:45
Bon, comme suggéré, j'arrondis la note au dessus ! ^^
T'façons, j'aurais acheté ce PY même si la critique avait été mauvaise (Auquel cas, j'aurais envoyé une tarte à la crème à la rédac' de Thrasho !).

Bon, j'attends sa sortie avec impatience !

Sinon, juste pour revenir sur :
Citation : Mais si les frenchies ne sont pas dans la niche singulière et festive où je les attendais, mais plutôt dans des standards indus plus « classiques »
Je dirais que loin de t'être trompé, c'était plutôt le cas sur les premiers albums. Ça a eu tendance à évoluer, effectivement, par la suite, même si, en concert, c'est bien fesse-tif !
:-P

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Punish Yourself
Indus pêchu
2009 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (14)  7.17/10

plus d'infos sur
Punish Yourself
Punish Yourself
Indus pêchu - France
  

tracklist
01.   ...Than a Thousand Suns
02.   Shiva only is God
03.   End of the Western World
04.   (My Name is) Legion
05.   A Russian Lullaby
06.   Zmeya
07.   Born in Thorns / Torn to Pieces
08.   Deadmeatpetroleum
09.   This is my Body, this is my Gasoline
10.   Satan Buddies
11.   You ain't got me
12.   Welcome to now

Durée : 56:2

line up
parution
19 Octobre 2009

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique