chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
181 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Laethora - March of the Parasites

Chronique

Laethora March of the Parasites
Unique side project d'un membre de Dark Tranquillity à ce jour, Laethora est le bébé de Niklas Sundin, guitariste et graphiste émérite de son état. C'est à lui que l'on doit le premier contact avec « March of the Parasites », cette pochette qui met tout de suite mal à l'aise et semble bien éloignée des canons du Death Metal (si vous voulez de la pochette DM clichée, il y a l'embarras du choix sur Thrasho). Un petit coté Tim Burton sous LSD, vous ne trouvez pas ?
Sundin s'est entouré pour ce projet de membres de feu The Provenance, un groupe de Gothique / Doom qui n'a semble-t-il pas marqué les esprits (le nom me parle mais sans plus) pour toutes les activités annexes : batterie, seconde guitare et basse ; le chant étant assuré par un illustre inconnu qui gagne cependant à l'être, connu, car le gus possède un sacré coffre : Jonatan Nordenstam.

De prime abord, Laethora semble ainsi plutôt classique dans son approche, très influencé par la scène Suédoise des années 90, tirant son inspiration en droite ligne des Entombed, Unleashed et autres Grave. Riffs bien gras, une production très sèche et proche du son véritable des instruments (la batterie sonne vraiment…comme une batterie), on perçoit d'office une volonté de ne pas s'entourer d'artifices de production, et c'est tant mieux. Le début d'album nous conforte dans cette idée, du brutal démarrage de « Parasite » et « Revolution At Hand » au plus nuancé « Clothing for the Dead » : Laethora serait un groupe de plus, faisant du Death Metal à l'ancienne, plutôt bien d'ailleurs (superbes vocalises bien rauques de Jonatan Nordenstam). On note bien quelques dissonances ici et là, quelques riffs qui surprennent pour du DM, mais rien qui ne justifie le changement d'étiquette.

Et pourtant, une fois passé le trio de tête, quelque chose commence à se dégager de cet album, quelque chose d'autre qui justifie de compléter un peu l'avis initial : la fausse brutalité d' « Imposters », qui démarre comme un titre essentiellement mélodique avant de sombrer vers les bas fonds de la BPM attitude, est en fait une antichambre vers ce qui constitue le cœur de l'album : des titres passablement malsains, résolument sombres et oppressants, qui n'ont plus rien en commun avec cette étiquette de groupe de DM de seconde zone qu'on voulait bien lui coller. « Black Void Remembrance », le somptueux « The Scum of Us All » qui n'a rien à envier au plus malsain des mid-tempos du roi Morbid Angel, « Facing Earth », qui joue sur deux tableaux à la fois, Death et Sludge... Véritable revirement de situation et élément justifiant un regain intérêt pour auditeurs blasés, « March of the Paradiste » tire son épingle du jeu sur sa seconde partie en révélant son jeu : tel une poupée russe musicale, derrière son habillage Death Metal se cache des ambitions plus proches du Doom, du Sludge, et des titres vraiment habités, malsains et torturés qui font vite oublier l'efficace mais conventionnel trio ouvrant l'album. Mention spéciale à « The Scum of Us All », qui fout vraiment les chocottes, et « Black Void Remembrance », dont le court passage en chant clair semble aussi désespéré qu'une chanson quelconque de The Great Deceiver…ou qu'un supporter du PSG ayant mise gros sur une victoire de son équipe.

Une dualité intéressante, voilà ce que l'on retiendra de ce premier opus de Laethora. Sans pour autant crier au chef d'œuvre, car il manque cette étincelle de génie qui ferait de « March of the Parasites » une référence à ne pas louper, dans un genre ou dans l'autre. Disons que la démarche est intéressante, et que la surprise est de taille, vu le background plutôt « très très mélodique » de ses instigateurs. A l'écoute du dissonant « Y.M.B », on aurait pourtant du mal à se dire que ce sont des ex-The Provenance / Dark Tranquillity aux manettes… Laethora aura en tout cas attisé ma curiosité, et je porte de gros espoirs sur leur futur effort discographique, prévu pour début 2010. Espérons que leurs démons les tourmentent au moins autant que pour cet album, portant ainsi les fruits d'un album encore plus joyeusement torturé..

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Chri$ citer
Chri$
23/12/2009 20:36
note: 7.5/10
von_yaourt a écrit : J'ai vu certains comparer ce groupe à Lost Soul, quelle blague !

En effet, ça n'a rien à voir! Sourire
von_yaourt citer
von_yaourt
23/12/2009 14:23
D'accord avec Dark Nico, groupe fade, sans personnalité et qui manque d'accroche. Ce groupe ne fait rien qui ne soit mieux fait ailleurs... J'ai vu certains comparer ce groupe à Lost Soul, quelle blague !
Dark Nico citer
Dark Nico
23/12/2009 14:15
note: 5/10
Franchement pas grand chose à retenir, un disque qu'on écoute une ou deux fois et qu'on oublie aussitôt...
Barak citer
Barak
23/12/2009 13:25
note: 7/10
Pas mieux...
lkea citer
lkea
23/12/2009 12:26
note: 7/10
Pareil que le monsieur du dessous !
LostSon citer
LostSon
23/12/2009 10:25
note: 7.5/10
Un disque sympathique: classique, mais relativement efficace.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Laethora
Death Metal
2007 - The End Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  6.9/10
Webzines : (2)  6.82/10

plus d'infos sur
Laethora
Laethora
Death Metal - 2005 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Parasite
02.   Clothing for the Dead
03.   Revolution at Hand
04.   Impostors
05.   Black Void Remembrance
06.   Repulsive
07.   The Scum of Us All
08.   Y.M.B
09.   Warbitrary
10.   Facing Earth

line up
parution
26 Février 2007

Essayez aussi
Reptilian
Reptilian
Perennial Void Traverse

2016 - Edged Circle Productions
  
Anata
Anata
Under A Stone With No Inscription

2004 - Wicked World Records
  
Obscure Infinity
Obscure Infinity
Putrefying Illusions

2012 - Obscure Domain Productions
  
Repression
Repression
Portals To Twisted Frailties (EP)

2020 - Headsplit Records
  
Astriferous
Astriferous
Raise High The Scepter Of Indulgence (Démo)

2019 - Autoproduction
  

Dread Sovereign
Alchemical Warfaire
Lire la chronique
Carnifex
Pathological Rites (Compil.)
Lire la chronique
Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique