chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Imperium Dekadenz - Procella Vadens

Chronique

Imperium Dekadenz Procella Vadens
IMPERIUM DEKADENZ est un groupe de Black Metal allemand qui pratique selon ses dires un "atmospheric Black Metal that combines dramatic, eagerly, epic and also cold melodies". Tout un programme me direz vous, et ça sent la sophistication et le fignolage à plein nez tout ça... Je ne pouvais décemment pas mettre ça pour le "style", sans quoi il n'y aurait pas eu beaucoup de choix dans la rubrique "Essayez Plutôt"...
Ce groupe, manquant sans doute un peu d'humilité, est une entité relativement neuve au sein de la scène Black : cet album, Procella Vadens, paru en cette année 2010, n'est que leur troisième rejeton. Et, signé chez Season Of Mist, dans la section "Underground Activists", le duo s'est frayé un chemin au sein de l'underground, avec son Black Ambiant très travaillé des premières albums : ...Und Die Welt Ward Kalt Und Leer et le fameux Dämmerung der Szenarien de 2007.

Le groupe pratique dans les faits une mixture entre un Black efficace, accrocheur (pour ne pas dire trop méchamment « facile ») et ambiances propres sur elles, à base de guitares sèches et de petites démonstrations techniques bien senties. C'est une musique fignolée, façonnée avec minutie et livrée de la meilleure façon qui soit aux auditeurs… 
Je vais tenter une métaphore un peu triviale : Procella Vadens, c'est comme quand on se boit une bonne bière ou un bon vin (pas un grand crû, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit), on dit que « c'est la Sainte-Vierge qui te pisse dans la gorge », ou, pour le dire de façon moins sophistiquée, « ça passe tout seul » : en clair, ça s'écoute bien facilement.

Mais après moult écoutes, cet album possède à mes yeux un bilan plutôt mitigé : en fait, pour faire court, c'est du bon Black, bien produit, associé à une ambiance bien élaborée et relativement bien amenée, à l'exemple du premier morceau, "Lacrimae Mundi", qui se vit par sa rythmique incisive pour se clôturer sur un passage mélancolique aux relents de guitares acoustiques. Mais c'est bel et bien le deuxième morceau, "A Million Moons", aux riffs si efficaces que l'on se prend en pleine figure, constituant l'apogée dans la composition et dans l'ambiance : ce morceau est le révélateur de ce Black de bonne facture que nous propose le duo.
Un Black malgré tout un peu emphatique, véhiculant des émotions plus ou moins parlantes à mon sens par des compositions qui souffrent grandement de répétitions et de la lenteur de certains plans, par ailleurs assez souvent similaires.
Un Black Metal qui s'apprécie par sa production, vraiment bonne, et par ses guitares épiques, bien mises en relief par une rythmique assurée par une batterie qui va à l'essentiel : double pédale et bonnes descentes de toms, entres autres. De même, on sent une recherche dans la composition et dans l'élaboration d'une ambiance : la glace, le froid, la forêt : IMPERIUM DEKADENZ offre une vraie célébration de la nature, notamment. Autre point fort, le groupe développe, outre son "romantisme" traduit par la pochette magnifique, un autre concept lié aux romains et notamment à la décadence de l'empereur Caligula ("Ego Universalis"). Sempiternels clichés? Non, au vue des paroles, en allemand et en anglais, ce qui ressort de cet album se traduit par une ode au spleen et par une certaine mélancolie, sans toutefois tomber dans le dépressif lourdingue : la voix y est grandement pour quelque chose, elle qui est éraillée et puissante sans toutefois être transcendante.

Cette atmosphère sert de fil rouge par le développement conceptuel et donc musical de cet opus, et un des points les moins emmerdants de cette ambiance est le piano omniprésent, magnifique et très bien réalisé : l'intro et l'outro sont de merveilleuses pièces (qui me font penser à du Satie dans leur côté à la fois mélancolique et dissonant) donnant à la fois une tristesse réelle et puissante et une cohérence à l'œuvre, le piano se retrouvant parsemé tout au long de l'album. "An Autumn Serenade" est un bel exemple de cette « grâce » atmosphérique, avec son introduction tendrement pianotée, son riff mélancolique et son petit pont ambiancé, bien que comportant des répétitions, comme beaucoup de riffs de cet album d'ailleurs, la lenteur n'aidant pas forcément à se renouveler.

Je ne donne donc pas mon adhésion la plus totale à cette atmosphère qui prend le dessus sur certaines pistes : certes, elle a un côté envoûtant, certes, mais elle donne par contrepoint un coup de mou à cet opus, notamment par des pistes instrumentales trop longues et indigestes, voire franchement chiantes. On sent malgré tout un réel investissement dans ces ambiances qui prennent peut-être trop de place et qui du coup traînent en longueur. "A la nuit tombante" est carrément emmerdante, mais la palme absolue en matière de bouse revient à "The Descent Into Hades" : voici en tout cas deux pistes qui coulent littéralement l'album en lui donnant un gros coup de mou. Ces atmosphères restent bien réalisées : les guitares sèches et électriques viennent y trôner d'une main de maître et on ne peut qu'apprécier les musiciens accomplis que sont Horaz et Vespasian. Nul doute qu'elles plairont à certains, en tout cas.

Voilà, IMPERIUM DEKADENZ est un groupe qui reste agréable à écouter bien qu'il soit un brin agaçant par son côté « Je pète un peu plus haut que mon cul et je l'assume ». Un groupe efficace et prometteur, mais qui laisse aux ambiances une trop large place. Mais en dehors de cet aspect soporifique, les riffs Black, bien que répétitifs, sont toujours efficaces. Enfin, IMPERIUM DEKADENZ est un groupe qui peut sincèrement plaire à tous les fans de CELESTIA ...et ce n'est pas forcément un compliment!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Geisterber citer
Geisterber
28/03/2010 16:08
note: 6/10
Oui von_yaourt c'est sûr que Dämmerung der Szenarien me semble meilleur à moi aussi, il s'attarde nettement moins sur ce chiantisme ambiant et ses compos restent marquées de cette efficacité.
Après le plus de ce "Procella Vadens" c'est le piano, le (gros) moins c'est le côté "on s'emmerde les mecs, vous êtes bien mignon avec vos petits(mais pas conscis!) morceaux atmosphériques, mais on s'emmerde..."
von_yaourt citer
von_yaourt
28/03/2010 15:47
note: 6/10
D'accord avec cet chronique, un album qui pourrait être bien meilleur si il s'appesantissait moins dans de (parfois) vaines ambiances. Ce que j'avais écouté du précédent me paraissait bien plus convaincant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Imperium Dekadenz
Black Metal Atmosphérique
2010 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (10)  6.15/10
Webzines : (25)  7.96/10

plus d'infos sur
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Black Metal Atmosphérique Mélodique - 2004 - Allemagne
  

tracklist
01.   Die Hoffnung stirbt...
02.   Lacrimae Mundi
03.   A Million Moons
04.   Ego Universalis
05.   À la nuit tombante
06.   An Autumn Serenade
07.   Ocean, Mountain's Mirror
08.   The Descent into Hades
09.   Procella Vadens
10.   ...Wenn der Sturm beginnt

Durée : 57:21

line up
parution
29 Janvier 2010

voir aussi
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs

2016 - Season Of Mist
  
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
When We Are Forgotten

2019 - Napalm Records
  
Imperium Dekadenz
Imperium Dekadenz
Meadows of Nostalgia

2013 - Season Of Mist
  

Essayez plutôt
Cepheide
Cepheide
Respire (EP)

2015 - Autoproduction
  
Summoning
Summoning
With Doom We Come

2018 - Napalm Records
  
Walknut
Walknut
Graveforests And Their Shadows

2007 - Stellar Winter Records
  
Mare Cognitum
Mare Cognitum
Luminiferous Aether

2016 - I, Voidhanger Records
  
Eldamar
Eldamar
The Force of the Ancient Land

2016 - Northern Silence Productions
  

Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique
Xibalba
Años en Infierno
Lire la chronique
Brutal Avengers
Chapter II - Mission to Ext...
Lire la chronique
PPCM #35 - Cherchons du STONER DEATH METAL !
Lire le podcast
Gravesend
Preparations For Human Disp...
Lire la chronique
Grave Circles
Tome II
Lire la chronique