chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Entombed - Inferno

Chronique

Entombed Inferno
La carrière d'ENTOMBED, c'est quand même une sacrée chaîne de montagnes russes, une partie constante de roulette avec plus de balles dans le chargeur que les ex-NIHILIST n'ont usé de genres dans la sphère metal, qu'ils soient death (« Clandestine »), thrash (« Morning Star »), hardcore (« Same Difference ») ou plus posément rock (« To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth »). Analysé furtivement, le parcours des suédois pourrait se résumer à un démarrage en fanfare – le sans faute de trois premiers full lengths devenus des classiques absolus – suivi d'un hiatus de quatre années difficilement compréhensible pour des fans avides de s'envoyer le successeur de « Wolverine Blues » et une déception logique au regard d'un « To Ride » honnête mais bien trop sage pour combler les attentes. Merci Earache donc qui, en tardant à libérer son poulain, a largement contribué à flinguer la carrière d'un ENTOMBED souffrant depuis lors d'un désintérêt croissant au fil d'œuvres loin d'être toujours mémorables, il est vrai.

Comme pas mal de groupes débarrassés de toute pression commerciale, les géniteurs du death n' roll ont alors validé l'option back to the roots au carrefour des années 2000 en provoquant SLAYER sur son propre terrain (à ce titre, « Morning Star » est un petit bijou de hargne et de vélocité) avant de revenir aux racines death de la première heure sur « Serpent Saints », pas exactement l'idée que je me fais d'un album incontournable malgré l'abattage de Lars Goran-Petrov. Et coincé entre ces deux chaises musicales old school, l'oublié de la nation death n' roll « Inferno », dernier album en date enregistré avant le départ de l'historique Uffe Cederlund. Le sort réservé à ce huitième full length frôlerait-il l'injustice ? Réponse en deux temps. Quoique souffrant d'un sérieux manque de reconnaissance, « Inferno », qui mérite le détour, est déjà recommandable pour les fans de longue date, qu'on imagine habitués à subir les baisses de régime récurrentes du combo suédois. Car bien que moins redoutable que « Morning Star » sur ce terrain, « Inferno » compte quelques bons moments thrashy en son sein, que ce soit sur une « Incinerator » brise nuque complètement démente en live, sur une « The Fix Is In » qui renoue enfin avec l'héritage de « Wolverine Blues » ou encore sur la spéciale bouillies de cervicales spécialement servie à l'attention de notre maître nageur maison : de très loin le plus sauvage et le meilleur extrait du lot, « Young & Dead », qui reprend le tempo hystérique de « Ensemble Of The Restless » en lui adjoignant une large couche de gras supplémentaire, tannera le cuir des brutes les épaisses avec la grâce d'un Leatherface en rupture de touristes égarés sur les routes du Texas. Un titre exceptionnel qui surgit au détour d'une réminiscence elle aussi plutôt inattendue, « Intermission » donnant une suite à mon sens supérieure à « DCLXVI », l'interlude au piano présente sur « To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth ». Quelques instants de douce mélancolie avant le pugilat de l'album, un sommet qui n'en appelera pas d'autres par la suite sinon le temps d'un « Descent Into Inferno » doomy –les guitares lead lugubres à souhait collent la chair de poule - jouant la carte de la lourdeur, à l'instar de l'opening track « Retaliation » et de la rampante « Children Of The Underworld », la plus grosse réussite du groupe dans ce registre.

« Inferno », qui compte plus de bons titres que de mauvais, ne fera donc pas tache dans votre thrashotèque personnelle mais si un skeud d'ENTOMBED doit se rappeler à votre bon souvenir, soyons clairs, il y a peu de chances pour que celui-ci vous vienne immédiatement à l'esprit ! La faute à une production qui, si elle conserve le grain de guitare caractéristique du groupe, manque singulièrement de tranchant et sonne trop chaleureusement pour booster les compos, l'interprétation somme toute pépère du tandem Cederlund/Hellid n'arrangeant rien à l'affaire (mais Peter Stjärnvind et LG Petrov se chargent de maintenir la pression). La faute surtout à l'aspect fourre tout d'un album dénué de toute ligne directrice et qui se contente d'aligner des titres à géométrie variable, tantôt rock, tantôt extrêmes voire carrément crust sur une « Public Burning » qui sonne comme du … DISFEAR, un groupe qu'a rejoint Uffe Cederlund sur « Live The Storm ». Comme par hasard ! La faute enfin à une dernière partie de programme guère folichonne, les trois derniers titres – et en particulier la lourdingue « Night For Day » - faisant presque regretter « Nobodaddy » et « That's When I Became A Satanist », pourtant tout sauf des incontournables. Inégal mais parfois réjouissant, « Inferno » souffre donc d'un certain manque de personnalité au regard des autres productions du groupe, ce qui n'empêche pas de se resservir une bonne rasade de death groovy aux relents rock toujours appréciables.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
14/04/2011 01:44
gulo gulo a écrit : google : "satan owes inferno" et tu sauras
Belle auto-promotion. Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
13/04/2011 17:55
note: 8/10
google : "satan owes inferno" et tu sauras
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
13/04/2011 07:36
note: 7/10
gulo gulo a écrit : "hardcore (« Same Difference ») ou plus posément rock (« To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth »)" "« To Ride » honnête mais bien trop sage" je il glp argl je m'étouffe Meurs pas, on a besoin de tes commentaires. Et puis je suis pas à une connerie près! Et sinon, le black musette d'Inferno, t'en penses quoi? Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
12/04/2011 19:50
note: 8/10
"hardcore (« Same Difference ») ou plus posément rock (« To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth »)"
"« To Ride » honnête mais bien trop sage"
je
il
glp
argl
je m'étouffe
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
02/04/2010 19:06
note: 7/10
Chris a écrit : "hardcore (« Same Difference ») ou plus posément rock (« To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth »)"

Moi j'aurais mis l'inverse! Moqueur


Allez pour 30 euros, je veux bien inverser mon descriptif si ça te tient à coeur Mr Green
citer
Chris
02/04/2010 07:04
"hardcore (« Same Difference ») ou plus posément rock (« To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth »)"

Moi j'aurais mis l'inverse! Moqueur

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Entombed
Death n' roll
2003 - Threeman Recordings
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (8)  7.81/10
Webzines : (12)  6.51/10

plus d'infos sur
Entombed
Entombed
Death Suédois - 1989 - Suède
  

tracklist
01.  Retaliation
02.  The Fix Is In
03.  Incinerator
04.  Children Of The Underworld
05.  That's When I Became A Satanist
06.  Nobodaddy
07.  Intermission
08.  Young & Dead
09.  Descent Into Inferno
10.  Public Burning
11.  Flexing Muscles
12.  Skeleton Of Steel
13.  Night For Day

Durée : 45:53

line up
voir aussi
Entombed
Entombed
Uprising

2000 - Threeman Recordings
  
Entombed
Entombed
Same Difference

1998 - Threeman Recordings
  
Entombed
Entombed
Morning Star

2001 - Music For Nations
  
Entombed
Entombed
Left Hand Path

1990 - Earache Records
  
Entombed
Entombed
Serpent Saints
(The Ten Amendments)

2007 - Threeman Recordings
  

Essayez aussi
Nolentia
Nolentia
Sell Your Soul To Grind N' Roll! (Démo)

2008 - Autoproduction
  
The Generals
The Generals
Blood For Blood

2013 - Lightning Records
  
Jesus Chrüsler Supercar
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolate Lands

2013 - Sepulchral Voice Records
  
Hearse
Hearse
In These Veins

2007 - Dental Records
  
Reek
Reek
Death Is Something There Between

2020 - Testimony Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique