chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Strandhogg - Ritualistic Plague

Chronique

Strandhogg Ritualistic Plague
(Evangelical Death Apotheosis)

Strandhogg est un jeune groupe de la scène Brutal Black polonaise très féconde, on sent avec ce Ritualistic Plague / Evangelical Death Apotheosis que les musiciens de ce combo ont fait leurs armes en écoutant Infernal War ou Thuderbolt dans leur garage, tout en conservant leur patte première. Il serait donc malvenu de parler de « groupe de plus » pour Strandhogg qui tient, par sa musique, à conserver sa personnalité et à rester intègre. Ce groupe le prouve largement sur ce premier album sorti en 2009, soit 5 ans après leur précédente démo, Art of Satanic and Antichristian Blood, elle-même précédée de In Eternal Fire en 2003.

Force est de remarquer que la production de ce premier opus est à la hauteur des ambitions de ce jeune loup ; en effet, elle est impeccable, la batterie martèle un rythme très dense, asservissant l'auditeur par un blast quasiment incessant, auditeur confronté à une avalanche de guitares enflammées, possédant toujours une accroche très appréciable par lui. Ce qui ressort bien de cette production béton est la basse, particulièrement bien mise en valeur sur cet opus, par sa lourdeur tranchante, son omniprésence, cet instrument pratiqué d'une main de maître ressort à merveille dans l'avalanche de riffs, tous aussi inspirés les uns que les autres, que nous propose le jeune groupe. Il est bon de noter que la basse a son importance dans un groupe de Black Metal, et Strandhogg marque par ce trait caractéristique de sa musique sa différence, en valorisant à merveille cet instrument, présent par les breaks qu'on lui laisse faire à maintes reprises.

Autre caractéristique remarquable de Strandhogg, la voix, très travaillée. Cette voix puissante et haineuse se fait à la fois éraillée, grave ou aiguë, plaintive et growlée, elle est donc triplée pour le plus grand bonheur des oreilles d'un auditeur ayant soif de paroles blasphématoires éructées avec classe.
Ce style qu'il faut pratiquer habilement, Strandhogg le pratique vraiment de la meilleure des manières, alliant densité, par des riffs inspirés et toujours originaux, et variété, par les petites incartades « symphoniques » dissonantes en fin d'album par exemple, sur le mid-tempo « Mortuus Evangelium », apogée de l'ambiance très sinistre qui parachève l'opus après une salve de cartouches intenses et courtes.

Chaque piste possède un charme et une accroche qui lui sont propres, une vivacité qui est toujours présente. Cet opus ne laisse pas à son auditeur le temps de respirer : l'enchaînement très spontané des deux premières bombes, « Prophecy of World Funeral » et « Strandhogg (Canonized Contempt) » assènent d'ores et déjà deux baffes qu'il est bon de se prendre.
Dans cette avalanche de brutalité viennent se greffer des bribes d'ambiances malsaines, instaurant un occultisme qui règne en maître sur ces morceaux, tous aussi agressifs les uns que les autres.
Une certaine « folie » se dégage de cette oeuvre, puisque la musique s'y fait instinctive, tranchante, et ne perd jamais son tempo, toujours rapide et véhément. Une densité omniprésente donc, qui a de vraies perles à proposer à son auditeur, comme « Devotion to Blood and Lust », de laquelle se dégage une fulgurance ravageuse.
Cet album ne souffre d'aucun ralentissement et ne tolère aucun compromis, même si l'ouverture vers un style plus démocratique lors de la dernière piste fait quelque peu souffrir son rythme, les expérimentations réalisées par ce groupe prometteur sont les bienvenues, car plutôt que de donner dans le « remplissage », elles apportent largement une dimension malsaine à cet album.

Ce Ritualistic Plague / Evangelical Death Apotheosis, album passé relativement inaperçu en 2009, a réellement nettoyé mes cages à miel de manière très efficace. La scène polonaise me semble décidément une mine d'or, puisque qu'on peut y trouver des jeunes loups de la trempe de Strandhogg, combo dont il me paraît judicieux de suivre l'évolution future, en espérant une prochaine sortie de la trempe de ce premier « full-lenght », déjà bien abouti.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Strandhogg
Brutal Black Metal
2009 - Pagan Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (3)  8.1/10

plus d'infos sur
Strandhogg
Strandhogg
Brutal Black Metal - 2002 - Pologne
  

tracklist
01.   Prophecy of World Funeral
02.   Strandhogg (Canonized Contempt)
03.   Deathworshippers (Ritualistic Plague)
04.   Devotion to Blood and Lust
05.   Coronation of the New God
06.   Pure Annihilation
07.   Profanated Blasphemy
08.   Mortuus Evangelium

Durée : 37:40

line up
parution
20 Février 2009

Essayez aussi
Nefarium
Nefarium
Ad Discipulum

2010 - Agonia Records
  
Angelcorpse
Angelcorpse
The Inexorable

1999 - Osmose Productions
  
Cyanic
Cyanic
Litanies Of Lust Unholy

2012 - Ghastly Music
  
Belphegor
Belphegor
Lucifer Incestus

2003 - Napalm Records
  
Mantak
Mantak
Diabolical Psycholust

2009 - Old Cemetery Records
  

The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique