chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
110 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nesseria - Nesseria

Chronique

Nesseria Nesseria
Je ne sais pas si c'est la même chose pour mes collègues, mais depuis que je chronique de la musique, mon regard a changé par rapport à celle-ci : il est plus analytique, moins naïf. On en parlera plus en détail au prochain consortium inter-webzine à Abu-Dhabi (en espérant que cette fois, les gars de VS ne mangent pas tout le buffet) mais, si la dissection est agréable, le plaisir irréfléchi me manque un peu… Et puis, parfois, on tombe sur un pavé qui empêche toute réflexion et nous laisse le souffle coupé. Bam, le bruit de mon cerveau sur le parquet après l'écoute de ce premier album des français de Nesseria. La cervelle mise à terre finit par chuchoter puis crier : « Prends ça dans ta gueule Kickback ! ».

En effet, ce groupe, qu'on pourrait croire sorti de nulle part sans ces split sortis ça et là, joue un hardcore mêlé à du metal extrême comme nos haïsseurs préférés. Mais là où No Surrender perd en rapidité ce qu'il gagne en malsain, Nesseria emprunte sans faire de concession à cette exécution montre-en-main. Des morceaux comme « A ceux qui nous ont lâchés » ou « Par pertes et profits » laissent planer le doute, tant la fusion est réussie : est-ce du black/death avec chant de coreux ou du hardcore sulfureux ? On a même envie de pencher pour la première réponse à l'écoute de « Les alternatives » dont les distorsions cramées font penser à un Deathspell Omega période « Kénose » ou « Havixbecker Straβe » et sa lourdeur enflammée rappelant furieusement Immolation.

Pourtant, Nesseria est hardcore jusqu'au bout des ongles. Que ce soit les textes (qui crachent sur l'éducation, la politique ou encore la religion), le tempo surboosté ou la voix à la Jacob Bannon (d'ailleurs accrochez-vous pour comprendre les paroles !), ça suinte la frustration du prolétaire, la hargne accumulée qui explose dans les amplis. Brut de brut, « Pyramide » et « Ministère de la concurrence culturelle » passent tout au karcher en moins de trois minutes trente mises ensemble et il y a même du breakdown plombant sur « Havixbecker Straβe ». Finalement, Nesseria se sert du metal extrême pour insuffler à sa rage une puissance de feu décuplée, à l'image de cette batterie qui ne blast à aucun moment mais pilonne de manière tantôt syncopée, tantôt « armée en marche sous coke ». Par ailleurs, si les structures sont plutôt complexes pour un groupe de hardcore, elles restent intelligentes et ne dérivent jamais dans l'alambiqué inutile synonyme de perte en efficacité.

Nesseria est donc cohérent et original mais en plus, il poutre. Le tapping beau comme un glaviot de « Par pertes et profits », le final épique de « A ceux qui nous ont lâchés » (sors ton glaive camarade !) ou encore la prédication enfiévrée de « Les filles de Dieu » (une chanson que n'aurait pas renié Arkhon Infaustus !) ne donnent qu'une envie : sortir dans la rue, l'arme au poing, et tirer au hasard et ce malgré le côté casse-gueule que peut avoir ce mélange des genres. Car, du coup, les passages classiquement hardcore ressortent avec plus de force et certains riffs, sans être mauvais, font pâles figures à côté de ce maelström au service du chaos social, chose particulièrement pénalisante sur « 53% » notamment. Quelques légères baisses en intensité entament un peu le plaisir mais vu la production que le groupe se paye même « 53% » et ses trois notes introductives sonnent comme un immeuble qui te tombe sur le coin de la gueule.

Comme sa pochette l'indique, ce premier album de Nesseria, c'est trente-trois minutes de révolte noire dans un décor de feu et de cendre d'une qualité à te faire lâcher la guitare. Car si tu essayes de faire du hardcore ou que tu en as l'intention, après Nesseria, tu n'essayeras pas.

Alors, Nesseria ou n'essayeras pas ?

Oui, je vais finir ma chronique sur cette blague.

Je sais.

Merde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Surt citer
Surt
10/06/2010 12:59
note: 8/10
C'est pourtant pas mon style préféré mais faut avouer que ça tabasse !!
Worthless citer
Worthless
06/05/2010 19:41
En fait ça bute.
citer
(ancien membre)
01/05/2010 15:32
ughhhhhhhhhhhhhh la blague de fin
Niktareum citer
Niktareum
01/05/2010 10:47
Je connais, je les avais vus en concert à leurs début mais c'était un poil trop chaotique pour moi. Ca a peut-être un peu évolué depuis. J'écouterai ça. Clin d'oeil
Barak citer
Barak
01/05/2010 00:48
Dans ta gueule Kickback... Je demande à voir tiens! Mais c'est vrai que ce que j'en écoute sur le myspace poutre sévère. C'est bien méchant. A creuser sur un album entier.
DR.Jkl citer
DR.Jkl
30/04/2010 22:52
note: 8/10
Il sera mien. Un jour.
lkea citer
lkea
30/04/2010 18:45
note: 8/10
ça devrait plaire à Niktareum ça !

et allez soyons fou, peut-être à Keyser.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nesseria
Hardcore/Metal Extrême
2009 - Trendkill Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.44/10
Webzines : (9)  7.39/10

plus d'infos sur
Nesseria
Nesseria
Hardcore/Metal Extrême - 2003 - France
  

tracklist
01.   A ceux qui nous ont lâchés
02.   Arkhangelsk
03.   Havixbecker Straβe
04.   Par pertes et profits
05.   Le quatrième âge
06.   Pyramide
07.   Ministère de la concurrence culturelle
08.   Les alternatives
09.   53%
10.   Les filles de Dieu

Durée : 33 Mns

line up
parution
5 Mars 2010

voir aussi
Clinging To The Trees Of A Forest Fire / Nesseria
Clinging To The Trees Of A Forest Fire / Nesseria
Split (Split 12")

2011 - Throatruiner Records
  

Essayez aussi
Fuck The Facts
Fuck The Facts
Stigmata High-Five

2006 - Relapse Records
  
Seneca
Seneca
Reflections

2009 - Lifeforce Records
  
Slavery
Slavery
War Is Peace...Dead Is Dead

2004 - Several Bleeds Records
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique