chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nefarium - Ad Discipulum

Chronique

Nefarium Ad Discipulum
13 ans que ça dure, 13 ans que Nefarium se défoule sur l'Eglise, ses Saints et leurs adorateurs. 13 ans, quelques releases confidentielles, 2 albums, et à chaque fois cette animosité que nous retrouvons encore sur ce Ad Discipulum envenimé et chargé d'énergie négative.
Les années passent mais pas l'exécration, Nefarium ne lâche pas le morceau, enfonce encore un peu les clous et balance à la face du divin et de Christine Boutin une déclaration de haine brutalement mise en musique.
C'est la guerre, pas de prises de tête sauce progressive, pas d'influences psyché 70's, pas de parties acoustiques larmoyantes, pas de développement symphonique, la durée des 8 titres n'excède pas les 5 m10 sec et Nefarium vous en met un maximum dans la mâchoire en un minimum de temps.

Afin d'aider le groupe dans sa noble tâche, Garghuf (…bah oui), habituellement batteur chez Enthroned, s'offre une petite escapade Italienne pour martyriser les fûts sur cette nouvelle offrande enfiellée et le résultat est sans appel. Pour faire court, ça tabasse méchamment ! Ca tabasse en finesse et en ornements, certes, mais ça tabasse ! Le blast domine les débats mais il est intelligemment mis en valeur par des parties plus calmes (tout est relatif) et de multiples cassures qui rendent la rythmique extrêmement dynamique. Partition sans failles !
Les 3 autres musiciens n'étant pas des manchots, ils habillent leurs compos virulentes de mélodies prenantes et envoûtantes à l'image de Shepherds For Dead Lambs qui évoque les belles heures d'Obtained Enslavement ou du magnifique Servus Servorum Satane et sa partition de violon surprenante. Chaque morceau contient ses quelques mesures de bravoure, le riffing est varié, toujours intéressant, il n'y a pas de remplissage ici, tout est bon à manger.
Pour ne rien gâcher, le groupe possède un sens aiguisé du song writing qui charme nos oreilles à chaque nouvelle écoute tant la mise en place des différents plans tue dans l'œuf toute possibilité de lassitude ou d'ennui. L'atmosphère y est, c'est sombre, c'est violent, Satan sponsorise l'album, on aime !

En 35 minutes Nefarium met son auditoire K.O. Pas le temps de s'ennuyer, loin de là, le groupe marche un peu sur les plates bandes de Dark Funeral mais c'est tellement bien foutu qu'on s'en cogne. Ad Discipulum ne révolutionne évidement pas le monde de l'extrême musical mais il est un album carré, puissant, efficace, sans concessions que le seul mot « intensité » suffirait à résumer. Voici une œuvre massive à côté de laquelle il serait dommage de passer. Détournez quelques secondes les yeux du Watain faisandé qu'on essaie à tout prix de vous vendre et laissez une chance à ses Italiens belliqueux de vous coller une beigne et comme Jesus vous tendrez l'autre joue. Amen !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Surt citer
Surt
14/06/2010 22:47
Et sur scène ça tabasse aussi !!!
Häxan citer
Häxan
14/06/2010 19:14
note: 8/10
Effectivement les mélodies sont moins typées Suédoises, mais c'est un plus pour moi, il y a un peu plus de surprises. Quoi qu'il en soit c'est effectivement un album de qualité.
von_yaourt citer
von_yaourt
14/06/2010 19:09
De ce que j'en ai écouté je préférais franchement leur précédente orientation qui flirtait bien plus avec le black suédois. Mais ça a quand même l'air de rester un album de qualité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nefarium
Brutal Black Metal
2010 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (22)  7.1/10

plus d'infos sur
Nefarium
Nefarium
Brutal Black Metal - 1997 - Italie
  

tracklist
01.  Tongue Of The First Pope (Simon Peter)
02.  Hands Bleeding Fear (Pontius Pilate)
03.  The Bastard Son Of Satan (Jesus Christ)
04.  Shepherd For Dead Lambs (Johan The Baptist)
05.  Sharpening The Spear Of Longinus (Cassius Longinus)
06.  Servus Servorum Satanae (Benedictus XVI)
07.  Seven Whores Of Magdala (Mary Magdaleine)
08.  Mass Infanticide By The King Of Judea (Herod The Great)

Durée : 35:15

line up
parution
4 Juin 2010

Essayez aussi
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
I: The Law Of Retaliation

2015 - Autoproduction
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Visions of Exalted Lucifer

2016 - Hammerheart Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Divine Darkness

2016 - Endtime Productions
  
Angelcorpse
Angelcorpse
The Inexorable

1999 - Osmose Productions
  
Blood Of The Wolf
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination

2018 - Autoproduction
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique