chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cathedral - The Guessing Game

Chronique

Cathedral The Guessing Game
Après avoir encensé le dernier Darkthrone et chié sur le premier album de Triptykon, autant perdre toute crédibilité et dire que la dernière offrande de Cathedral est bien mais pas top. Tout d'abord, je m'excuse pour la chronique tardive mais j'avais piscine et ne savais pas quoi penser de The Guessing Game. Il faut dire que l'attente était longue après ces années d'absence et un The Garden Of Unearthly Delight trop propre sur lui et classique pour tenir la distance, exception faite du fantastique « The Garden ».

C'est d'ailleurs un morceau qui semble avoir marqué les anglais à l'écoute de ces deux disques de quarante minutes chacun. Cathedral est plus prog' que jamais et les influences sabbathiennes partagent désormais l'affiche avec d'autres réminiscences tout aussi savoureuses. Là où la plupart des groupes psychédéliques empruntent la voie du progressif du pauvre (Pink Floyd, hop, c'est gratuit), la bande à Lee Dorrian joue les connaisseurs. On pense à King Crimson pour les structures barrées mais surtout aux trop méconnus Camel et Caravan. Le premier disque regorge d'exemples sentant bons l'encens et le délire tranquille (« Funeral Of Dreams » et ses voix célestes ou les arpèges de « Death Of An Anarchist ») et l'orgue Hammond est à sa place à côté des autres instruments. Lee « Come On » Dorrian joue le jeu avec sa voix dénuée de la hargne enfumée qu'on lui connaissait : son chant est plus posé, décevant au départ (ils sont où mes « Ouh Yeah ? ») puis totalement bonnard avec ses paroles de hippie en pleine crise identitaire. Cathedral n'est plus le monstre aussi morbide que sensuel de Forest Of Equilibrium : il est tout entier au service des seventies qui le font tant rêver. « Cats, Incense, Candles and Wine » est certainement la chanson où le trip est poussé le plus loin : aucunes distorsions, un son renvoyant directement à des albums comme In The Land Of Grey And Pink de Caravan, des guitares rock prog' et un chant clamant ses paroles hallucinogènes sur un ton à la fois blasé et entrainant. Qu'on se rassure, les volées de bois vert à la James Brown façon doom sont toujours de la partie (l'enchainement basse/gros riff qui tâche de « Death Of An Anarchist », « Edwige's Eyes » ou encore les wha wha de « Painting In The Dark »).

Le deuxième disque renoue avec le stoner/doom proche des précédentes productions du groupe. « The Running Man » et « Requiem Of The Voiceless » balancent des parpaings lourds, suivant les ordres d'un Lee Dorrian de nouveau rageur. « Requiem Of The Voiceless » est par ailleurs remarquable avec sa structure surprenante et sa musique en roue libre à mi-parcours. « The Casket Chaser » possède un groove imparable et méchamment addictif, renvoyant High On Fire dans les cordes. Malgré les éléments nouveaux parcourant The Guessing Game, on peut considérer ce dernier comme un Best-of des différentes périodes de Cathedral, à l'image de « Journeys Into Jade » et ses paroles s'amusant à intégrer les noms des différents albums du groupe dans son texte. Le travail sur l'artwork effectué par Dave Pratchett est une nouvelle fois de qualité et montre à qui en doutait que cet artiste est bien le cinquième membre de Cathedral, captant sur le papier ce que retranscrit le groupe par sa musique.

Et donc quel est le problème ? Tout est fait pour qu'après cinq ans d'attente, Cathedral revienne sur le devant de la scène et impose son herbe sur le marché ! Pourtant, je retrouve sur The Guessing Game les défauts de The Garden Of Unearthly Delight. La musique d'abord accrocheuse et jouissive s'avère au final trop lisse et glisse sur nos oreilles là où The Ethereal Mirror te jetait avec plaisir dans une crasse fascinante. Les anglais se contentent la plupart du temps de jouer ce qu'ils savent faire de mieux, ce qui n'empêche pas les fautes de goûts comme la chanson « The Running Man » où les guitares ne font que balancer des riffs de gros bœufs en mode automatique. Un « boum boum boum » inacceptable pour un groupe ayant composé des hymnes comme « Midnight Mountain ». Même chose pour des morceaux comme « Edwige's Eyes » et « Journeys Into Jade », dont ils auraient pu se passer afin de présenter un véritable album et non une compilation « salut, on a la flemme de choisir » finalement assez décousue. Enfin, certes, ses intonations seventies marquent un virage dans la carrière de nos hippies favoris, mais au final, est-ce vraiment une révolution ? Elles ont toujours eu une place dans leurs compositions et c'est oublier le côté Jethro Tull de Forest Of Equilibrium par exemple. Mais là où ces dernières servaient des guitares à l'identité marquée, elles deviennent sur The Guessing Game la marque d'un groupe qui passe au feutre ses arrangements, afin d'éviter la redite.

Ces quelques griefs font que je considère The Guessing Game comme une création de plus pour Cathedral. Bien sur, ces deux galettes sont supérieures à la moyenne des sorties du genre (dans la catégorie passéiste, pensez à un Witchcraft qui a tendance à lasser) et il sera difficile pour le premier venu de détrôner une création de cette qualité. Mais on ne peut que regretter le temps où ces mecs aussi cools que déglingués raclaient les fonds de tiroir pour trouver de quoi fumer. The Guessing Game est un retour des anglais sur leur passé. Mais c'est un Cathedral en transat dans sa villa qui regarde l'ancien clodo culte. Un double-album décidemment nostalgique : des années soixante-dix et du grand Cathedral.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
10/09/2016 08:55
Pas trop d'accord avec la note de la chro. Ce disque est une tuerie. Alors ça invente rien mais Cathedral se montre clairement imparable sur au moins 80% de l'opus. 7/10 c'est vraiment pas à l'image de ce disque. Chaque morceau a sa propre identité et aucun titre n'est faible à mon sens. C'est un putain d'univers dans lequel il faut rentrer. Je ne vois quasiment pas la différence entre Forest et celui là par exemple. C'est clairement du Cathedral et puis c'est tout.
En même temps quand il s'agit de ce groupe, je ne suis plus du tout objectif...
Barak citer
Barak
21/06/2010 19:02
note: 9/10
Album très riche, trop même, j'ai du mal à me le faire d'une traite, mais ça reste une sacré tuerie!
lkea citer
lkea
19/06/2010 19:36
note: 7/10
Tu devrais vraiment écouter "Forest Of Equilibrium", c'est pas encore la fumette des suivants et devrait te parler !

Après The Guessing Game est un bon album mais je préfère largement le cradingue des débuts Sourire
Worthless citer
Worthless
19/06/2010 19:23
Je ne connais pas suffisament la discographie de Cathedral pour me lancer dans de telles comparaisons avec leurs albums passés, par conséquent cet album est pour moi l'un des meilleurs de l'année jusque là. Et pourtant je ne suis pas un grand fan de musiques enfumées, mais intégrée au Doom/Stoner/Prog ça envoie...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cathedral
Stoner/Doom/Progressif
2010 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (12)  8.08/10
Webzines : (36)  7.94/10

plus d'infos sur
Cathedral
Cathedral
Doom Metal - 1989 † 2013 - Royaume-Uni
  

tracklist
Disque un :

01.   Immaculate Misconception
02.   Funeral of Dreams
03.   Painting in the Dark
04.   Death of an Anarchist
05.   The Guessing Game
06.   Edwige's Eyes
07.   Cats, Incense, Candles and Wine

Disque deux :

01.   One Dimensional People
02.   Casket Chasers
03.   La Noche del Buque Maldito (aka Ghost Ship of the Blind Dead)
04.   The Running Man
05.   Requiem for the Voiceless
06.   Journeys into Jade

Durée : 84 Mns

line up
parution
26 Mars 2010

voir aussi
Cathedral
Cathedral
The Last Spire

2013 - Rise Above Records
  
Cathedral
Cathedral
The Garden Of Unearthly Delights

2005 - Nuclear Blast Records
  
Cathedral
Cathedral
Forest of Equilibrium

1991 - Earache Records
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique