chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Marilyn Manson - The Golden Age Of Grotesque

Chronique

Marilyn Manson The Golden Age Of Grotesque
Il fut un temps où j'étais fan de Manson, il y a de ça très longtemps. Comme beaucoup de metalleux en devenir, ce groupe a été une de mes portes d'entrée vers cette musique que j'écoute maintenant depuis plus d'une décennie. Puis un jour on découvre d'autres groupes, d'autres styles, certains albums commencent à prendre la poussière comme si leur intensité faisait partie du passé. Mais il suffit de peu de choses pour que tous ces bons moments s'extirpent des tréfonds de votre cerveau, un seul titre, une seule mélodie que vous pensiez avoir oublié. "Antichrist Superstar", "Mechanical Animals", "Holy Wood", des albums tellement excellents qu'on en vient à se demander pourquoi ne pas être allé plus loin dans la discographie du révérend. Comme mieux vaut tard que jamais, c'est avec un décalage de presque 10 ans que je me replonge dans l'univers froid et malsain des américains, avec un oeil forcément nouveau, peut-être trop.

Même s'il n'était pas tout à fait à la hauteur de son prédécesseur, "Holy Wood" était une usine à tubes dans laquelle peu de choses étaient à jeter. Et ces tubes, on a trop souvent tendance à les attribuer au personnage de Marilyn Manson, en oubliant que Marilyn Manson est avant tout un groupe dont une bonne partie des membres participent à l'écriture des morceaux. Lorsque l'on se rend compte que Twiggy Ramirez composait quasiment tous les titres, son départ explique assez facilement la cassure que représente "The Golden Age Of Grotesque" par rapport à tout ce qu'a pu pondre la formation auparavant. Néanmoins, John 5, Manson et Tim Skold ont tenté de prolonger le travail de leur ancien bassiste en continuant à diffuser un style violent et malsain.

Le concept de ce cinquième album repose sur une atmosphère assez particulière, celle des années 30, du swing jazz et de la période pré-nazi. A l'instar de l'artwork, la musique laisse clairement transparaitre ces éléments dans la tonalité qu'elle porte, de manière plus ou moins explicite bien sûr. Manson s'amuse et se fait plaisir et il n'y a qu'à voir les clips de "This is the new shit" ou "mOBSCENE" pour se rendre compte à quel point "The Golden Age Of Grotesque" porte bien son nom, sorte de grand cabaret lugubre et dérangé. Et dans cette apologie du grotesque, pas de place pour les sentiments : la musique est directe, puissante, groovy et quand elle n'est pas entrainante, elle se fait lancinante pour ajouter à la crédibilité de ce cirque digne des pires cauchemars. Sans pour autant changer radicalement de direction musicale, le groupe renforce le côté industriel de son style en accordant une place plus importante à l'électronique et aux effets en tous genres, Tim Skold (ex-KMFDM) ayant dû apporter sa touche personnelle. En plus du chant de Manson (largement retravaillé comme d'habitude), tous les instruments passent à la moulinette électronique à un moment ou à un autre, ce qui ajouté aux nombreux arrangements allant dans ce sens, donne un côté ultra froid et austère à cet album. Mais ce qui prime ici avant tout, c'est le côté rock'n roll et l'efficacité. Contrairement aux deux précédents albums, le groupe ne cherche plus la petite bête ou la subtilité : ça doit claquer, un point c'est tout. Et c'est ce qui se passe la plupart du temps.

Le créneau de Manson a toujours été de faire des tubes et "The Golden Age Of Grotesque" ne dérogera pas à la règle puisque la majeure partie des titres est construite selon le schéma classique couplet/refrain/break, sans aucune difficulté d'assimilation. On ne peut pas vraiment leur en vouloir pour ça, ça ne changera sans doute jamais. Ce qui reste à juger donc, c'est la qualité de ces tubes et c'est là que le bas blesse car pour moi, on est clairement en dessous de l'intensité des 3 précédentes productions. Il manque à cet album ce petit plus qui transformait le plomb en or (l'effet Ramirez ?), l'émotion et la sensibilité qui se fondait dans la déferlante de haine d'un "Antichrist Superstar" ou d'un "Holy Wood". Malgré de bonnes choses ("This Is The New Shit", "mOBSCENE", "Use Your Fist And Not Your Mouth" ou encore la reprise très connue de "Tainted Love"), cet album ressemble à une coquille vide comparé à ce qu'a produit le groupe auparavant, et ce malgré un ensemble totalement cohérent et inscrit dans un concept plutôt intéressant. Trop linéaire et trop froid, "The Golden Age Of Grotesque" se révèle être le plus mauvais Manson depuis "Antichrist Superstar" en ce qui me concerne. Le départ de Ramirez a changé la donne et force est de constater que les américains peinent à suivre. Pas étonnant donc que le groupe ait opté pour une toute autre direction 4 ans plus tard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

armageddon200 citer
armageddon200
08/02/2011 09:00
note: 3.5/10
moi qui défendait tjrs le Manson disant à tout le monde que sa musique était vachement mieux que l'image qu'il transmet... eh ben avec ce Cd c'est tout faux... Album vraiment chiant...
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
13/07/2010 08:18
Tim Skold n'est pas franchement réputé pour transformer en or tout le plomb qu'il touche. Les albums de KMFDM sur lesquels il a sévi sont de loin d'être ceux que je préfère. Après pour revenir à Manson c'est comme d'habitude, 3 ou 4 morceaux corrects en début d'album et le reste c'est du tout venant.
Dead citer
Dead
10/07/2010 20:12
note: 6.5/10
just gnu it a écrit : Mon titre favori reste l'éponyme. (jamais écouté ce qu'ils ont fait ensuite par contre...)

La suite de la discographie arrive dans les semaines à venir Sourire
just gnu it citer
just gnu it
10/07/2010 19:02
note: 6.5/10
Manson le grand mystificateur, volontiers homme d'image... Sur celui-ci leur penchant pour une pop scandaleuse et outrancière aboutit à une espèce de joyeuse mascarade qui fait franchement rigoler. Donc oui, c'est clairement moins sérieux que les précédents, mais rien à faire la démarche me fait beaucoup rire encore aujourd'hui. Mon titre favori reste l'éponyme. (jamais écouté ce qu'ils ont fait ensuite par contre...)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Marilyn Manson
Metal/rock industriel malsain
2003 - Interscope Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (10)  6.25/10
Webzines : (15)  7.63/10

plus d'infos sur
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Metal/rock alternatif - Etats-Unis
  

vidéos
Mobscene
Mobscene
Marilyn Manson

Extrait de "The Golden Age Of Grotesque"
  
Tainted Love
Tainted Love
Marilyn Manson

Extrait de "The Golden Age Of Grotesque"
  

tracklist
01.   Theater
02.   This Is The New Shit
03.   Mobscene
04.   Doll-Dagga Buzz-Buzz Ziggety-Zag
05.   Use Your Fist And Not Your Mouth
06.   The Golden Age of Grotesque
07.   (s)Aint
08.   Ka-Boom Ka-Boom
09.   Slutgarden
10.   Spade
11.   Para-Noir
12.   The Bright Young Things
13.   Better of Two Evils
14.   Vodevil
15.   Obsequey (The Death of Art)
16.   Tainted Love

Durée : 61 min.

line up
voir aussi
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Eat Me, Drink Me

2007 - Interscope Records
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Born Villain

2012 - Cooking Vinyl
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
Holy Wood
(In The Shadow Of The Valley Of Death)

2000 - Interscope Records
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
The Pale Emperor

2015 - Cooking Vinyl
  
Marilyn Manson
Marilyn Manson
The High End Of Low

2009 - Interscope Records
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique