chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Celeste - Misanthrope(s)

Chronique

Celeste Misanthrope(s)
La haine grasse de Jean-Marie Le Pen dans le corps bandant de Scarlett Johansson, c'est Celeste ! Les lyonnais reviennent un an après Nihiliste(s) prêcher l'apocalypse devant une horde de fanatiques déjà acquis à leur cause. Le changement n'est pas vraiment à l'ordre du jour avec Misanthrope(s) et je pourrais faire une chronique express en sortant l'équation « Nihiliste(s) + Black Metal = Mange tes dents ». Seulement, vous seriez déçus, il vous faut des lignes, alors je vais me sortir les doigts et m'étaler.

Étaler c'est bien le mot. La musique se fait plus rampante et les guitares égrènent leurs notes maladives avec lenteur. Nihiliste(s) est l'annonce soudaine du péril, hurlée avec une force empêchant tout raisonnement tandis que Misanthrope(s) caresse ta nuque pour mieux t'étouffer. Résultat : tu te payes une érection de pendu à l'écoute de « Que des yeux vides et séchés » ou « Comme pour leurrer les regards et cette odeur de cadavre » (« moisiiiiii… flétriiii ») et ce jeu grouillant, sorte de sludge nécrosé, plus lourd et noir, plus… black metal. En effet, Celeste est plus grandiloquent à tous les niveaux. La voix criarde et glaireuse crache une bile proche d'un surréalisme horrifique, la preuve avec « ...Anesthésié vos membres dans une orgie d'enthousiasme » (qui se termine par « J'espère qu'on te fera bouffer toute la merde que vous avez chiée ». Dans le genre, voilà un concurrent sérieux au texte de la chanson « Le gala des gens heureux » du groupe de black dépressif Gris !). Les instruments appuient ce discours aussi artificiel que décadent, à grands renforts de passages plombés et majestueux comme les huit minutes de « Mais quel plaisir de voir cette tête d'enfant rougir et suer». Mais cela n'empêche pas la charge oppressante, où le cadavre se réveille et cogne violemment (« Toucher ce vide béant attise ma fascination », « Il y aura des femmes à remercier et de la chair à embrocher » ou « A défaut de te jeter sur ta progéniture »).

Seulement, arrêtons de chercher la petite bête, c'est globalement la même chose : même production, même alignement sans fond ni forme de riffs qui hypnotisent et acculent l'auditeur et même démarche, que ce soit dans l'artwork (une belle photographie déclinée sous plusieurs formes et lesparolesécritessansespaceshistoirequet'enchiespourleslire) ou le téléchargement libre de l'album. Enfin, si la frappe est plus marquée, on a toujours le sentiment de s'en être pris plein la tronche sans forcement se souvenir du massacre. Misanthrope(s) est tout aussi monolithique que son prédécesseur et c'est là le problème. On a été prévenu et même conquis mais quel intérêt de sortir un album aussi proche de Nihiliste(s) ? Certes, cette tournure vers un dégoût plus froid est une évolution intelligente et même naturelle, mais c'est un apport bien maigre comparé à la surprise qu'a apportée Nihiliste(s) à sa sortie. C'est pour cette raison que ce deuxième album est celui que j'écoute le moins : à choisir entre deux recettes de forêt noire, je préfère celle qui me rappelle ma première bouchée.

Je pense que vous avez compris et je ne vais pas vous faire une aquarelle, surtout que parler de monochrome peint à la chiasse leur va mieux. Misanthrope(s) s'inscrit dans la ligne directe de Nihiliste(s) et si ses quelques atouts ont fait qu'à sa sortie j'en étais pleinement satisfait, le long terme relègue ce deuxième jet au rang des « ouaispasmalmaisquandmêmejesaispasilmanqueuntructuvois » (pour reprendre une nouvelle fois la typographie du groupe). Reste un bon album qui apporte le plaisir du cannibale, prêt à bouffer de l'humain misérable au kilomètre. Alors, ne faisons pas les fines bouches !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Worthless citer
Worthless
14/07/2010 14:44
Tout comme toi Ikea, c'est l'album qui me touche le moins (attention tout est relatif, Céleste est un des groupes qui ont le plus d'impact sur moi en ce moment) dans la discographie du groupe.
Mais cette sournoiserie, ce côté rampant et la véhémence du propos sont irrésistibles quand même.
lkea citer
lkea
11/07/2010 14:34
note: 7/10
Les deux sont prévus ! Sourire

Par contre je ne sais pas quand ce sera fait...
Invité citer
Självag
11/07/2010 14:27
Sinon Ikea, quand est-ce que tu chro du Mihai ? Je me sens seul avec ma chronique sur U-Zine...haha

J'ose espérer que tu compte chroniquer Pessimiste(s), au moins ?
Invité citer
Neuneu
11/07/2010 12:43
Moi je comprend assez moyennement l'engouement pour ce groupe. Ya certes de bonnes idees, une bonne prod, un bon artwork, mais c'est vraiment une recette repetitive un peu chiante. Sans parler du chant faiblard criard qui plombe les morceaux. Je mettrais 6.5/10. Ya du potentiel mais pas super bien exploite.
lkea citer
lkea
10/07/2010 17:15
note: 7/10
Självag a écrit : D'accord avec la chro, bien que je vois plutôt Misanthrope(s) comme Nihiliste(s) en plus lourd, suffoquant et oppressant. Et les paroles sont plus recherchées, moins "danstaface" que sur le précédent.

C'est pourtant ce que je dis quand j'écris que Celeste se fait plus rampant et étouffant ! Pour les textes, tu as raison, c'est une des raisons pour laquelle je préfère ceux du premier album : c'est une décharge, ça crache sur tout ce qui est vu comme "grand" alors que là c'est plus morbide et véhément je trouve. Sourire

Bienvenue par ici, il me semble ne pas avoir lu de commentaires de ta part auparavant !
Invité citer
Självag
10/07/2010 16:28
Groupe de dingue, album de dingue. Ce groupe est simplement ce que j'ai entendu de plus sombre actuellement. La plupart des groupes de black peuvent aller se rhabiller et perdre tout espoir à 20 ans.

D'accord avec la chro, bien que je vois plutôt Misanthrope(s) comme Nihiliste(s) en plus lourd, suffoquant et oppressant. Et les paroles sont plus recherchées, moins "danstaface" que sur le précédent.
Barak citer
Barak
10/07/2010 14:04
note: 7.5/10
On ne peut plus d'accord avec la chro.
lkea citer
lkea
10/07/2010 10:42
note: 7/10
[insérer ici un message invitant à télécharger l'album et soutenir le groupe]

http://denovali.com/celeste/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Celeste
Post Sludgecore / Black metal
2009 - Denovali Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (11)  7.55/10
Webzines : (13)  8.15/10

plus d'infos sur
Celeste
Celeste
Post Hardcore / Black Metal - 2005 - France
  

tracklist
01.   Que des yeux vides et séchés
02.   Comme pour leurrer les regards et cette odeur de cadavre
03.   Toucher ce vide béant attise ma fascination
04.   La gorge ouverte et décharnée
05.   Il y aura des femmes à remercier et de la chair à embrocher
06.   Mais quel plaisir de voir cette tête d'enfant rougir et suer
07.   Une insomnie avec qui tout le monde voudrait baiser
08.   A défaut de te jeter sur ta progéniture
09.   ...Anesthésié vos membres dans une orgie d'enthousiasme

Durée : 51 Mns

line up
parution
2 Octobre 2009

voir aussi
Celeste
Celeste
Nihiliste(s)

2008 - Denovali Records
  
Celeste
Celeste
Pessimiste(s) (EP)

2006 - Purepainsugar
  
Celeste
Celeste
Morte(s) Née(s)

2010 - Denovali Records
  
Celeste
Celeste
Animale(s)

2013 - Denovali Records
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique