chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pain - Nothing Remains The Same

Chronique

Pain Nothing Remains The Same
"Nothing Remains the Same" est mon premier contact avec Pain, et tient à ce titre une place toute particulière dans mon coeur. Je l'ai découvert lors d'un séjour en Allemagne, un pays beaucoup plus porté sur les musiques métalliques que la France, comme vous le savez ; au travers d'un clip, diffusé à une heure de grande écoute sur une chaine nationale: "Just Hate Me". Etant déjà un fan absolu de tout ce qui sort de l'esprit de l'hyper dynamique Tagtgren, et ayant un peu fait le tour d'Hypocrisy à l'époque, l'achat de cet album devint une évidence qui s'imposa à moi lorsque l'occasion se présenta.

3 albums de Pain étant déjà chroniqués dans nos colonnes, je ne vous ferais pas l'affront de me répéter une énième fois, sur les tenants et aboutissants du style privilégié ici. Sachez simplement qu'une ouverture d'esprit minimale est indispensable pour apprécier à sa juste valeur ce mélange singulier d'électro et de métal; et que les fans de technicité maladive sont invités à aller voir ailleurs, ici l'on ne joue que quelques accords par chanson, et surtout l'on joue décomplexé du string: c'est catchy et mainstream, so fuckin' what?

Mainstream ne signifie pas pour autant facile ou pauvre en musicalité, comme nous le prouve d'emblée le trio de titres ouvrant l'album. Des énergiques "It's Only Them" (qui rhabille Rammstein pour l'hiver en 5 minutes à peine) et "Close My Eyes" au tubesque "Shut Your Mouth" (l'incontournable de Pain s'il ne devait rester qu'un seul titre; et un clip absolument fendard), c'est l'artillerie lourde que déploie d'emblée Pain pour convaincre son auditeur de rester attentif. Quand au référentiel "Just Hate Me", excepté des paroles un brin cynique pour un titre aussi largement diffusé, aucun étonnement à son écoute, ce titre avait le pedigree nécessaire pour être massivement diffusé hors des médias traditionnels du métal.

Il est de coutume de relacher un peu la pression créative passé les 4 premiers titres, histoire d'en garder sous le coude pour de futurs albums. Il n'en est pourtant rien ici, Pain assurant jusqu'à la dernière minute son contrat d'excellence. Le métal indus de Pain fait donc une nouvelle fois mouche avec "Save Me", "Pull Me Under" ou "The Game" (aux guitares incisives qui rappellent une nouvelle fois les teutons masturbateurs); mais la richesse mélodique de Pain s'exprime pleinement sur l'autre facette de cet album, qui est elle beaucoup plus sombre et à l'opposé de tout volonté de diffusion radiophonique: "Injected Paradise" (qui tout comme "Pull Me Under" traite de façon très directe de l'addiction de Peter aux drogues, un sujet sensible qu'il est rare de voir exprimé de façon aussi directe), "Expelled" et l'éthérée "Fade Away" forment ainsi l'opposé du trio énergique en tête d'album, qui étaient bercés par une énergie et une insousciance qui est absente ici. Plus matures, plus tragiques aussi, ces titres rappellent que c'est Peter Tagtgren aux commandes, et qu'à l'instar d'un "Deathrow (No Regrets)" sur "Into The Abyss" (Hypocrisy), l'alliance de titres mélancoliques à des éruptions de brutalité peut aussi faire bon ménage.

Il n'en faut pas plus pour couronner "Nothing Remains the Same" de succès, relevant en bonus le défi de relooker à mi-chemin le mythique "Eleanor Rigby" des Beatles version électro métal, avec une certaine réussite qui plus est. Situé au milieu de ses petits frères, "Nothing Remains The Same" est certainement le plus sombre des albums de Pain, le plus froid également; plus adulte et un peu moins facile que ce qui suivra, il constitue le parfait trait d'union entre le métal indus sans compromission des débuts de Pain et l'usine à tubes à venir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
19/08/2010 11:26
Faut que je me le chope celui là un de ces jours !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pain
Electro Metal
2002 - Stockholm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (13)  7.56/10

plus d'infos sur
Pain
Pain
Electro Metal - 1996 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   It's Only Them
02.   Shut Your Mouth
03.   Close My Eyes
04.   Just Hate Me
05.   Injected Paradise
06.   Eleanor Rigby (Beatles cover)
07.   Expelled
08.   Pull Me Under
09.   Save Me
10.   The Game
11.   Fade Away

line up
voir aussi
Pain
Pain
Cynic Paradise

2008 - Nuclear Blast Records
  
Pain
Pain
Dancing With The Dead

2005 - Stockholm Records
  
Pain
Pain
Psalms Of Extinction

2007 - Roadrunner Records
  
Pain
Pain
You Only Live Twice

2011 - Nuclear Blast Records
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique