chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Katharsis - VVorld VVithout End

Chronique

Katharsis VVorld VVithout End
Il existe un conte populaire décrivant un diner composé de convives et auquel, sans que les autres le sachent, Satan et Jésus participent. L'objectif est d'acquérir les âmes des invités en les charmant et sans dévoiler son identité, afin de savoir si l'être humain a un penchant pour le vice ou la sainteté. Jésus est affable, arborant un sourire serein en toutes circonstances. Satan déclame, gesticule, se moque de son adversaire et s'arme d'un rire si tonitruant, cynique et communicatif, que le reste de la table se joint à lui et s'amuse. L'enfer sort vainqueur du repas.

Katharsis est ce rire. Sur VVorld VVithout End, les allemands ont allié le black/thrash de leur premier album à l'hystérie de Kruzifixxion pour un rendu excessif et ignoble. On est loin de l'esthétisme qui a le vent en poupe dans la scène « orthodoxe » : la production est raw, le chant enterre les autres instruments, tout est dégueulasse, moche et joué sans retenue. Le but n'est pas d'exprimer par des chœurs lancinants ou une beauté sombre une religiosité déformée mais de porter au pilori l'inverse de ce qui est considéré comme harmonieux et saint. Les musiciens mettent alors leur savoir au service d'une figuration des flammes (les brûlots « Eden Belovv », « Krossfyre » et « Ascent From Goulgotha ») et des chaines lourdes qui s'accrochent aux poignets des traîtres (l'hypnose « VVytchdance »).

Et pourtant, on se rend vite compte ça joue bien et même très bien, une fois la couche de suie essuyée. On se dit même que cette spontanéité relève d'un travail constant d'orfèvre du malsain qui salit le diamant et fait entrer l'imperfection dans ses calculs. La batterie possède un jeu varié, alternant blasts et mid-tempos sauvages, et les guitares proposent des plans construits et changeants, entre salves maudites et accords thrash survoltés et entêtants (le morceau éponyme et raaaah la conclusion de « VVytchdance » !). La fin de « Ascent From Goulgotha » offre par exemple une superposition batterie massive/tremolos de guitare et de basse d'une intensité si divine qu'elle fait ouvrir les mains et tendre les paumes vers l'extérieur. L'ardeur extatique se retourne lors d'un « Kosmic Sakrifice », morceau furieux joué à l'envers, montrant que tu as été trompé et que tes yeux révulsés ne regardent pas Dieu mais son fils rebelle.

Et il y a cette voix, cette voix qui dit « Retourne chanter ton gospel dans les champs de coton Arioch. Je domine. ». Sans elle, VVorld VVithout End ne serait qu'un très bon album de black/thrash sulfureux (et instrumental, aussi). Les cordes vocales sont tellement martyrisées, les paroles tellement mâchées, qu'elle semble sortir de partout et de nulle part, tel un irrésistible hurlement sadique. Un sourire en coin et un regard fixe décorent ton visage à son écoute, tant Drakh se fait jouissif, bestial, transcendé, un état de grâce naissant de la laideur que l'on retrouve pleinement lors du morceau éponyme où Katharsis est plus progressif, sans altérer la frénésie qui parcourt cet album. La violence est alors décuplée à en être sublime, la preuve avec ce final où les prédications d'un prêtre se mêlent à des tremolos épiques pour un résultat fiévreux, antireligieux. Car c'est un disque difficile, aussi puissant qu'épuisant, qui demande un grand investissement pour assimiler, et à terme devenir, ce blasphème viscéral, autrement beau.

Tout le paradoxe est là. En crachant sur le céleste, en valorisant l'affreux et le diabolique, Katharsis véhicule une émotion plus vive que la foi solaire, une lumière noire qui nous irradie. Il est une adoration et l'écouter prêcher revient à communier en lui. Alors riez mes frères, RIEZ !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
24/03/2018 09:02
note: 9.5/10
langoustator a écrit : Je lisais la chro de de Kruzifixxion, je me suis dit: bordel fourth reich c'est 2009? Le temps passe...
Du coup je me suis repassé un petit VVorld VVithout End (mon favori), et si perso je vieillis, ça reste toujours aussi bon. Merci pour la piqûre de rappel!


De rien (ça fait plaisir de revoir un message de toi par ici) ! Je me suis moi-même rappelé d'écouter ce disque et il a tourné un peu tout le temps la semaine dernière ahah !
langoustator citer
langoustator
23/03/2018 23:09
Je lisais la chro de de Kruzifixxion, je me suis dit: bordel fourth reich c'est 2009? Le temps passe...
Du coup je me suis repassé un petit VVorld VVithout End (mon favori), et si perso je vieillis, ça reste toujours aussi bon. Merci pour la piqûre de rappel!
lkea citer
lkea
23/03/2017 08:45
note: 9.5/10
J'ai essayé de me rappeler la source, mais impossible... Je l'avais entendu en cours d'anthropologie il y a quelques années. Je reviendrai vers toi si jamais je retrouve son origine !
Dantefever citer
Dantefever
24/03/2017 11:30
note: 9.5/10
Ikea, si tu as le nom du conte que tu évoques, je suis preneur !
Invité citer
Davy
22/08/2010 22:29
Culte de chez culte, immanquable, ultime !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Katharsis
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (24)  9.15/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Katharsis
Katharsis
Black Metal - 1994 - Allemagne
  

écoutez
tracklist
01.   Eden Belovv
02.   Kross Fyre
03.   VVytchdance
04.   Ascent From Ghoulgotha
05.   Kosmik Sacrifice
06.   VVorldVVithoutEnd

Durée : 52 Mns

line up
voir aussi
Katharsis
Katharsis
666

2004 - Norma Evangelium Diaboli
  
Katharsis
Katharsis
Fourth Reich

2009 - Norma Evangelium Diaboli
  
Katharsis
Katharsis
Kruzifixxion

2003 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Chambre Froide
Chambre Froide
Rouges Chapelles (Démo)

2016 - Autoproduction
  
Obscurité
Obscurité
Contemplation

2014 - Ossuaire Records
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The Darker Paths

2018 - Hells Headbangers Records
  
Fuath
Fuath
I

2016 - Neuropa Records
  
Seth
Seth
l'Excellence

2000 - Osmose Productions
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique