chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hail Of Bullets - On Divine Winds

Chronique

Hail Of Bullets On Divine Winds
Assurément l'une des meilleures découvertes de 2008 et encensé de toute part, les soldats néerlandais de renom d'Hail Of Bullets (composé de membres de Pestilence, Asphyx, Thanatos ou Gorefest) reviennent un an et demi après leur EP (limité à 2000 copies) Warsaw Rising et deux ans et demi après le séduisant …Of Frost And War. Autant vous dire que bon nombre de récents disciples se rongeait les ongles pour la nouvelle fresque historique de la "dream team". Hail Of Bullets retourne donc narrer les grandes batailles de la Seconde Guerre Mondiale, toujours sous la houlette de maître Dan Swanö pour le mixage. Les affrontements entre Soviétiques et Allemands sur le front de l'Est laissent place à celui des Américains et des Japonais dans le Pacifique pour un deuxième album On Divine Winds (traduction de « kamikaze »). Décortiquons la stratégie des Bataves.

Encore dans votre phase « brutal death technique » joué à 260 bpm ? Il vous faudra un temps d'adaptation plus que conséquent face à l'avancée lente et primaire de la « grêle de balles ». Les Néerlandais réitèrent ainsi dans leur death metal old school mid-tempo hommage aux ténors de la scène fin 80/début 90 (Death, Bolt Thrower, Massacre, Autopsy…). Les adeptes des ressuscités Asphyx n'auront quant à eux, pas grand mal à retrouver la patte du guitariste Paul Baayens et le timbre vocal unique de Martin van Drunen. La force du groupe étant de pouvoir balancer des compositions sous anesthésiants (frôlant le doom) relativement « pauvres » mais qui arrivent à vous enivrer tout le long de la galette. Comme à l'époque mais aux aspects modernes (une production encore atomique), des riffs minimalistes et monolithiques à vous tenir la nuque (« Strategy Of Attrition » ou « On Choral Shores ») ponctués de quelques subtilités afin de ne pas tomber dans le précipice de la linéarité. Hail Of Bullets va d'ailleurs faire un effort de composition et d'expérimentation notable par rapport à …Of Frost And War. Les mélodies noires simples (riffs et soli) s'exposent d'avantage (« Unsung Heroes », « Kamikaze ») tout comme certains breaks bien placés (la déferlante de « Full Scale War »). Une description qui n'est pas sans rappeler celle des débuts d'Edge Of Sanity.

Mais la force principale de Hail Of Bullets demeure avant tout cette atmosphère dark/doom qu'il réussit à créer et tout particulièrement sur ce On Divine Winds. Le groupe délaisse les tranchées enneigées pour un voyage dans l'enfer de la jungle du Pacifique. Lâché en plein assaut, vous subirez les bombardements annihilateurs, les tirs fantômes et la moiteur du climat tropical. Nul doute que Martin a dû regarder la récente série hollywoodienne de Spielberg/Hanks « The Pacific » (et autres références historiques cinématographiques comme « La Ligne rouge » ou « Les Lettres d'Iwo Jima ») en plus de se plonger dans ses bouquins d'histoire. Calqué sur la thématique de la montée de l'empire Japonais et de son déclin, le début d'album expose une musique très directe (l'attaque surprise « Operation Z ») puis au fil des titres, commence à y ajouter une touche très mélancolique (Funeral n'est pas loin) à l'image des forces japonaises suicidaires (kamikazes et attaques banzaï) et de la capitulation après la bombe atomique (la frissonnante « To Bear The Unbearable » à la façon d'un « Berlin »). Rarement un groupe n'avait retranscrit des batailles avec un tel réalisme et de telles émotions dégagées : du grand art !

Avec On Divine Winds Hail Of Bullets confirme la maîtrise de ses armes. Le groupe raccourci sa galette, fignole ses titres et dévoile une ambiance doomy encore plus touchante tout en gardant sa base death primaire headbanguante. Certes, ils subsistent encore ces passages « à vide » difficile à digérer et qui essoufflent l'album, donnant ce sentiment de « bloc uniforme ». Mais une fois esquivé, impossible de ne pas réécouter jusqu'à épuisement ce death metal immersif à la fois violent et émouvant... Longue vie à Hail Of Bullets !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
27/11/2010 09:48
note: 7/10
L'album démarre très bien mais j'ai du mal à ne pas décrocher passé 3-4 titres. Trop redondant sans doute, même si toujours moins chiant qu'Asphyx.
Invité citer
Solo Necrozis à la fac
07/10/2010 18:26
Cette chronique est très bien écrite et me file une putain de trique, je l'achète NAO.
Caacrinolas citer
Caacrinolas
04/10/2010 08:24
Guadacanal = Tube.
Fridrik citer
Fridrik
04/10/2010 04:56
Rien que pour la voix de Van Drunen et pour le coté old school.
Niktareum citer
Niktareum
03/10/2010 23:23
J'irai probablement l'acheter prochainement celui là! J'avais beaucoup aimé le premier, malgré qqs défauts. Mais si ce "On Divine Winds" est plus court ça en fait déjà un de moins.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hail Of Bullets
Death Metal
2010 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.6/10
Webzines : (21)  7.94/10

plus d'infos sur
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
Death Metal - 2006 † 2017 - Pays-Bas
  

écoutez
tracklist
01.   The Eve Of Battle
02.   Operation Z
03.   The Mukden Incident
04.   Strategy Of Attrition
05.   Full Scale War
06.   Guadalcanal
07.   On Choral Shores
08.   Unsung Heroes
09.   Tokyo Napalm Holocaust
10.   Kamikaze
11.   To Bear The Unbearable

line up
parution
11 Octobre 2010

voir aussi
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
III
(The Rommel Chronicles)

2013 - Metal Blade Records
  
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
...Of Frost And War

2008 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Murder Squad
Murder Squad
Unsane, Insane And Mentally Deranged

2001 - Pavement Music
  
Undergang
Undergang
Den Gobbelte Grav (EP)

2018 - Forlaget Corto
  
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Fluids
Fluids
Exploitative Practices

2019 - Maggot Stomp Records
  
Coldworker
Coldworker
The Doomsayer’s Call

2012 - Listenable Records
  

Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique