chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

My Dying Bride - The Dreadful Hours

Chronique

My Dying Bride The Dreadful Hours
Après un The Light At The End Of The World signant un retour des Anglais à ce qu'ils savaient faire de mieux (ou du moins, ce que la majorité considéraient comme tel), on pouvait se poser la question de la suite à donner à ce disque ressemblant à un chant du cygne. La réponse : pas de changement à l'horizon mais plutôt une évolution aux racines bien ancrées ! On retrouve le doom / death mélodique quitté deux ans auparavant mais ce dernier accentue le côté patchwork entamé après 34,788%... Complete au point d'avoir des allures de Best Of de qualité.

Tu aimes quand My Dying Bride commence les hostilités par un monument ? Alors écoute-moi le morceau éponyme et sa douce introduction presque lumineuse, parfaite transition après un précédent brûlot sans espoir, rejointe progressivement par un chant clair lénifiant et une angoisse montant au fur et à mesure que les guitares rugissent. Ton palpitant de brutasse devient un petit cœur triste quand les Anglais fondent en larmes ? Jette-toi sur « Black Heart Romance » et ses accords chavirant (pas loin du rock sous lexomil de Katatonia), le refrain de « The Raven And The Rose » ou « A Cruel Taste Of Winter » aux mélodies rappelant The Angel And The Dark River, de quoi transformer n'importe quel fan de grind en Dorian Gray endimanché ! Ta tête a des démangeaisons nostalgiques du temps où le groupe envoyait du pâté Henaff ? Mmmmh, tu vas bouger comme un trépané sur le démarrage épique de « My Hope, The Destroyer » et les nombreuses introductions ou transitions headbanguantes servant à relancer les morceaux (la décidément excellente « The Raven And The Rose » et ses blasts mixés à des chœurs menaçants, le début de « The Deepest Of All Hearts » où Aaron éructe seul, donnant avec peu de chose une odeur de souffre au titre). Et le mortuaire, aaaah on a les bocaux à amour transformés en raisins secs quand les britanniques vêtissent le linceul des cadavres ? Mon salaud ! Déguste la froideur surannée de « Le Figlie Della Tempesta » et cette voix de sodomite sur « The Return To The Beautiful », version réenregistrée de « The Return Of The Beautiful » de l'opus As The Flower Withers, où ça retourne la terre avant de t'enterrer à coup de pelletés death !

Mais The Dreadful Hours est plus qu'une bête compilation et signe aussi cette volonté affichée de rendre le propos plus accessible. On peut même parler de doom catchy tant les riffs sont moins alambiqués ! Ce goût pour l'accroche se fait ici sans que les émotions ressenties n'en pâtissent (merci aux claviers, participant énormément à l'ambiance lugubre de l'ensemble), My Dying Bride ayant su proposer une juste mesure entre efficacité et profondeur à l'image d'une production limpide dans les moments atmosphériques, puissante dans les passages death et assez chaleureuse pour faire passer son côté aseptisé (notamment au niveau du chant). Les structures des compositions sont surprenantes et rattrapent cette tendance à moins s'éterniser, faisant ainsi de cette galette une œuvre abordable même pour ceux n'appréciant pas particulièrement le genre.

Cependant, il n'est pas aussi génial que son prédécesseur dont il n'a ni le parfum d'Apocalypse imminente ni la régularité dans l'excellence. Je pense à « A Cruel Taste Of Winter », trop simple par rapport au talent habituel des Anglais, et surtout « The Return To The Beautiful », mal placée en conclusion à en devenir soporifique jusqu'à l'arrivée du break final et ne tenant pas la comparaison face à l'originale, bien meilleure avec ce son baveux, cru, du début des années 90. The Dreadful Hours n'en reste pas moins l'album à écouter en priorité pour le newbie souhaitant avoir un panorama de ce que My Dying Bride a créé lors de sa longue discographie. La suite sera malheureusement moins convaincante…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

heylel citer
heylel
27/08/2015 14:30
note: 9/10
très bon album, hétérogène et interessant.
von_yaourt citer
von_yaourt
17/01/2011 16:49
Si être hype c'est aimer un album sorti il y a dix ans que j'ai pas écouté depuis le milieu des années 2000, alors oui, je suis hype. Moqueur
lkea citer
lkea
17/01/2011 16:35
note: 8/10
Von_Yaourt, rend-toi à l'évidence : tu es hype Mr Green
von_yaourt citer
von_yaourt
17/01/2011 16:01
J'avais vraiment aimé cet album mais je l'ai pas écouté depuis euh... 6 ou 7 ans ?

M'enfin bravo, c'est le second album qu'on ait en commun que tu chroniques depuis ton arrivée ! Deux sur plus de quatre vingt, c'est déjà un trop gros pourcentage. Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
My Dying Bride
Doom / Death Metal
2001 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  8.33/10
Webzines : (15)  8.7/10

plus d'infos sur
My Dying Bride
My Dying Bride
Doom/death - 1990 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   The Dreadful Hours
02.   The Raven And The Rose
03.   Le Figlie Della Tempesta
04.   Black Heart Romance
05.   A Cruel Taste Of Winter
06.   My Hope, The Destroyer
07.   The Deepest Of All Hearts
08.   The Return To The Beautiful

Durée : 71 Mns

line up
voir aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
Like Gods Of The Sun

1996 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
An Ode To Woe (Live)

2008 - Peaceville Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Ghost of Orion

2020 - Nuclear Blast Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Light At The End Of The World

1999 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
Pale King
Pale King
Monolith Of The Malign

2017 - Soulseller Records
  
Atriarch
Atriarch
Forever The End

2011 - Seventh Rule Recordings
  
Ghoulgotha
Ghoulgotha
The Deathmass Cloak

2015 - Dark Descent Records
  
Derkéta
Derkéta
In Death We Meet

2012 - Autoproduction
  
Soulburn
Soulburn
Earthless Pagan Spirit

2016 - Century Media Records
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique