chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Destruktor - Nailed

Chronique

Destruktor Nailed
Difficile de faire plus cliché comme nom de groupe que Destruktor. Pareil pour la pochette de Mark Riddick. Mais les clichés font partie du folklore metal depuis tellement longtemps qu'ils nous manqueraient s'ils n'étaient plus utilisés. Et puis cela n'enlève rien à la qualité de la musique. Justement, ce Nailed s'avère un album tout à fait convaincant.

Il faut dire que la formation, ici réduite à un duo, n'est pas née de la dernière pluie puisque formée en 1995. Nailed n'est pourtant que son premier full-length, sorti en 2009 chez Hells Headbangers, valeur sûre de l'underground de bon goût. Mais avec une démo, deux EPs et deux splits avec Nunslaughter et Bestial Mockery, Destruktor a déjà de la bouteille. Musicalement, si je vous dis que le combo est australien, ça vous aide? Ça devrait, à condition que vous connaissiez un tant soit peu cette merveilleuse scène extrême. Car comme pour la plupart de ses compatriotes, la nationalité de Destruktor se reconnaît dès les premiers riffs. Cette faculté à manier un alliage de death, de black et de thrash, mâtiné d'un groove simpliste limite rock 'n roll, et aux thématiques blasphématoires et guerrières, c'est vraiment typique de ce grand pays de l'hémisphère Sud. Seul varie le pourcentage des différents éléments. Et ici, Destruktor se fait plus death metal que jamais. Evil, bête et méchant, le duo Glenn/Jahred enchaîne les titres ultra efficaces certes moins bestiaux et raw qu'avant mais toujours brutaux et hargneux, avec une ambiance dark et old-school qui ravira les amateurs. Ça sent le souffre sur les nombreux passages blastés (jamais ultra rapides cela dit) rendus bien jouissifs par d'excellents riffs qui bénéficient de ce côté accrocheur et aisément mémorisable qui aide grandement à l'appréciation de l'album. "Embrace The Fire" à 2'21 après la remarquable introduction en arpèges lente et sombre, le début de "The Epitome", "Inspiration Suicide" à 2'12, "Violence Unseen" à 0'32, "Nailed" après les descentes de toms en ouverture, "Meccademon" à 1'28, "Endless Reign Of Terror" à 0'11 très sinistre, j'en passe et des meilleurs, c'est un véritable festival. Quand ça ne bourre pas, ce sont des mid-tempi groovy headbangants qui prennent le relais ("The Epitome" à 2'40, "Violence Unseen" à 1'41, la lever de rideau de "Forward We March" très entraînante, le début de "Meccademon", "Spawning The Immortal" à 3'02 et sa lead mélodique sombre), parfois au parfum rock 'n roll ("The Epitome" à 0'29, "Nailed" à 3'22, "Endless Reign Of Terror" à 0'59), voire quelques séquences lentes à l'ambiance ténébreuse délectable (la montée en puissance d'"Embrace The Fire" au démarrage, celle d'"Endless Reign Of Terror" plus courte mais toute aussi jubilatoire, "Inspiration Suicide" à 1'15, "Meccademon" à 2'57, l'intro d'"After Death Murmurs"). Des riffs toujours simples et directs qui rentrent en tête facilement, aux teintes black metal indéniables même si les sonorités death prennent désormais le dessus. On note également des influences thrash bienvenues comme sur "Inspiration Suicide" et son entrée très Gospel Of The Horns ou sur "After Death Murmurs". La mélodie, toujours lugubre, n'est jamais oubliée, et Destruktor nous offre même quelques rares solos sympathiques, "Forward We March" étant le plus généreux à ce niveau. Quant à la basse, elle reste la plupart du temps en retrait mais sait aussi se mettre en avant ("The Epitome" à 2'23, "Meccademon" à 3'37, le début de "Spawning The Immortal" qui change un peu).

Nailed aurait été presque parfait s'il ne souffrait d'un manque de variété compromettant, à l'image du chant monotone à moitié growlé, plat et sous-mixé. Les riffs ont beau être plus que convenables, le groupe répète trop souvent les mêmes shémas et on sent arriver les blasts à 2 kms. Résultat, certains titres aux riffs moins percutants se retrouvent en-dessous des autres en tournant trop en rond. Rien de très grave mais il faut bien critiquer un peu! Car dans son ensemble, Destruktor a sorti un premier album foutrement bonnard et j'ai longtemps hésité à lui coller 8. For fans of Bestial Warlust, Order From Chaos, Deströyer 666, Corpse Molestation, Abominator qu'ils nous annoncent. Effectivement il y a un peu de cela même si ça sent le name-dropping de gloires australiennes. Sans doute les fans de black/death bestial lui ont reproché d'être trop propre, un constat indéniable illustré par la production la plus clean qu'aient jamais connue les Australiens, mais personnellement, ça ne me gêne pas du tout. Après 16 ans d'existence, Destruktor a clairement franchi un pallier avec Nailed. Vivement la suite!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
23/01/2017 13:28
note: 7/10
S'il n'est pas aussi réussi que son successeur ce premier album des Australiens se révèle quand même agréable et accrocheur malgré sa simplicité et une petite linéarité sur la durée.

Du bon Death sombre et brutal sans prétention mais qui fait le boulot sans soucis !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Destruktor
Blackened Death Metal
2009 - Hells Headbangers Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  6.67/10
Webzines : (6)  7.77/10

plus d'infos sur
Destruktor
Destruktor
Black / Death Metal - 1997 - Australie
  

tracklist
01.   Embrace The Fire
02.   The Epitome
03.   Inspiration Suicide
04.   Violence Unseen
05.   Nailed
06.   Forward We March
07.   Meccademon
08.   Endless Reign Of Terror
09.   After Death Murmurs
10.   Spawning The Immortal

Durée : 45'26

line up
parution
20 Septembre 2009

voir aussi
Destruktor
Destruktor
Opprobrium

2015 - Hells Headbangers Records
  

Essayez aussi
Ceremony of Silence
Ceremony of Silence
Oútis

2019 - Willowtip Records
  
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  
Spearhead
Spearhead
Theomachia
(The Doctrine Of Ascension And Decline)

2011 - Agonia Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Accursed (EP)

2019 - Willowtip Records
  

Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique
Non Opus Dei
Głód
Lire la chronique
Live Report - South Trooper Fest II @Jas'Rod (Les Pennes-Mirabeau)
Lire le podcast
Bethlehem
Lebe Dich Leer
Lire la chronique
Urn
Iron Will Of Power
Lire la chronique
The Negative Bias
Narcissus Rising
Lire la chronique
Abysmal Grief
Blasphema Secta
Lire la chronique
Bastard Grave
What Lies Beyond
Lire la chronique
NONE # 1 - PATHOLOGY - Reborn to Kill
Lire le podcast
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene
Lire la chronique